mardi, novembre 29, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsAli Saremi, prisonnier politique condamné à mort, traité avec cruauté en Iran

Ali Saremi, prisonnier politique condamné à mort, traité avec cruauté en Iran

Ali Saremi, prisonnier politique condamné à mortCNRI – Le 20 avril, les bourreaux du régime iranien ont emmené au tribunal Ali Saremi, âgé de 62 ans, père d’un résident d’Achraf et condamné à mort, pour un simulacre de procès concernant un nouveau dossier judiciaire. Or cela faisait à peine deux jours qu’il avait subi une lourde opération chirurgicale. Ils n’ont pas hésité à lui enchaîné les mains et les pieds pour ce transfert. Cette mise en scène de procès ne s’est terminée sur aucun résultat et la suite a été remise à plus tard.

Le tribunal était présidé par le juge Moghisseh, membre de la « commission de la mort » du massacre de 30.000 prisonniers politiques de 1988. Cela concernait un raid violent mené en septembre 2008 par des détenus dangereux recrutés par le directeur d’Evine contre les prisonniers politiques. Dans ce simulacre de procès, M. Saremi a protesté contre ce nouveau complot, la fabrication de ce faux dossier supplémentaire et son transfert à la prison de Gohardacht en banlieue téhéranaise. Répondant aux insultes que proférait le juge, il a mis en avant ses droits.

Ali Saremi, dans les premières années du pouvoir des mollahs a été à quatre reprises arrêté pour sa sympathie à l’égard des Moudjahidine. Il a passé en tout 23 années derrière les barreaux du chah et des mollahs. En août 2007, il a été arrêté pour avoir participé à une cérémonie en mémoire des 30.000 prisonniers politiques massacrés en 1988.  En décembre dernier, au bout de deux ans et demi, sans la moindre procédure judiciaire équitable, il a soudain été condamné à mort et à deux ans de prison. Le régime des mollahs, excédé par la détermination de ce prisonnier sympathisant de l’OMPI et dont le fils se trouve à Achraf, a décidé de forger un nouveau dossier à son encontre pour intensifier la pression.

La Résistance iranienne appelle l’ensemble des instances des droits de l’homme dans le monde, notamment le haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, et les rapporteurs sur les arrestations arbitraires, les exécutions et la torture, à condamner la situation catastrophique des droits de l’homme en Iran et à intervenir immédiatement pour sauver les prisonniers politiques.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 avril 2010

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe