dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes élections irakiennes ébranlent les intégristes

Les élections irakiennes ébranlent les intégristes

 Search Fondation, 23 avril 2010 – Le 7 mars 2010, le peuple irakien a voté pour élire un nouveau parlement et a ébranlé la région en rejetant les intégristes islamiques et en optant pour un avenir nationaliste laïc. Malgré le taux de participation inférieur à la moyenne à Bagdad, où les zones sunnites ont été la cible de bombardements jusqu'à midi, le Bloc Irakiya dirigé par l'ancien Premier ministre Iyad Allaoui a remporté 91 sièges, tandis que le Premier ministre sortant en a remporté 89, avec sa Coalition de l’état de droit.

Al-Maliki et d'autres dirigeants intégristes se sont rendus à Téhéran immédiatement après la confirmation des résultats par la Commission électorale, pour voir comment créer une majorité au nouveau parlement. Mais la première option pour cela revient à Iyad Allaoui.

Les intégristes tous ensemble pourraient encore avoir une majorité, mais ils se sont durement divisés sous Maliki, qui a appelé à l'arrestation de Moqtada al-Sadr et a mené une guerre éclair contre son Armée du Mehdi à Bassorah et à Bagdad en 2008.

M. Allaoui doit voir s'il peut trouver une alliance avec les députés kurdes, qui sont eux-mêmes plus divisés qu’aux élections de 2005.

Le Conseil national de la Résistance iranienne basée à Paris, estime que ces résultats électoraux en Irak sont une victoire pour la lutte du peuple iranien pour la démocratie.

Les partisans des mollahs de Téhéran ont tenté d'exclure environ 500 candidats, dont M. Saleh Mutlak, le secrétaire général du Bloc Irakiya, en raison de leurs opinions nationalistes laïques. Ces forces n'ont pas répondu violemment à la provocation, mais ont travaillé dans le processus politique pour participer avec succès aux élections.

Il y a eu des résultats notables contre les mollahs. Muwaffaq al-Ruba’i, l'ancien conseiller à la sécurité nationale du gouvernement Maliki et le premier président de la commission gouvernementale chargée de la répression des 3.450 militants de la démocratie iranienne à la Cité d'Achraf, n'a obtenu que 1.315 votes et a été éliminé. Mme Wijdan Mikhail Salim, la ministre des Droits humains, qui a également menacé les résidents d'Achraf, n'a reçu que 203 voix et a aussi été éliminée.

Ali al-Lami, qui était chargé de la disqualification des candidats patriotiques irakiens, n'a obtenu que 703 votes. Abou Mehdi al-Mohandesse, un présumé agent terroriste de Téhéran, a recueilli 2.018 voix. Ils ont tous les deux été éliminés. Un certain nombre de ministres de Maliki, dont le ministre des Transports (641 votes), le ministre de la Défense (578 votes), le ministre de l'Immigration (1070 votes) et Ali Allaq, le Secrétaire du Conseil des Ministres (1069 votes) ont également perdu.

D'autre part, le Dr Abdullah Jabouri a reçu le plus grand nombre de voix dans la province de Diyala, où se trouve la Cité d'Achraf. Le Dr Jabouri a présidé la session du Premier congrès de solidarité qui s'est tenu à la Cité d'Achraf en juin 2006, qui avait rendu publique une déclaration de soutien de 5,2 millions d'Irakiens à Achraf.

Pendant ce temps en Iran, la dictature isolée interdisait l'équivalent iranien de Noël et du Nouvel An, les 17 et 21 mars

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe