samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe David iranien contre un Goliath international de la complaisance

Le David iranien contre un Goliath international de la complaisance

Le David iranien contre un Goliath international de la complaisance

Le 28 juillet, le tribunal de première instance de Bruxelles a rendu une ordonnance empêchant le gouvernement belge d’entreprendre toute opération secrète ou ouverte d’extradition d’agents iraniens jusqu’à ce que de nouvelles audiences juridiques aient lieu le 19 septembre.

Bien que provisoirement en vigueur, ce jugement a définitivement couvert d’opprobre le gouvernement De Croo. Bien que Bruxelles ait conclu un accord avec Téhéran depuis des mois, voire des années, elle a utilisé de multiples tactiques pour déjouer les graves allégations selon lesquelles elle entendait saper le système judiciaire belge en cédant à la politique d’extorsion du régime iranien et en libérant quatre terroristes condamnés, mais aujourd’hui, le 19 septembre, les avocats du gouvernement belge doivent officiellement se présenter au tribunal, regarder les juges dans les yeux et expliquer pendant des heures pourquoi ils veulent remettre des meurtriers de masse à leurs maîtres à Téhéran.

Pour autant que cela ait été rendu public, le gouvernement De Croo prépare l’accord avec Téhéran depuis mars de cette année. Le 4 mai, Michael Freilich, membre de l’opposition belge au Parlement, a tiré la sonnette d’alarme au sujet d’un accord perfide, mais plusieurs ministres ont tout nié lorsqu’ils ont été contre-interrogés par les députés.

Le 1er juillet, les membres de la commission des Affaires étrangères du parlement belge ont été contraints de prévoir un vote d’urgence pour le mardi suivant (5 juillet). Le gouvernement a annoncé qu’il devait instantanément faire confirmer un accord avec l’Inde, les Émirats arabes unis et l’Iran. Dès que l’information est parvenue au public, la
Résistance iranienne s’est mobilisée et a organisé une campagne mondiale pour empêcher la libération d’un groupe de terroristes d’État qu’elle avait contribué à mettre derrière les barreaux.

Bien que le gouvernement belge n’ait pas réussi à faire adopter silencieusement son projet de loi en cinq jours, il a fait un effort supplémentaire pour effrayer les députés avec les habituels avertissements de « sécurité nationale » et les a poussés à choisir le parti plutôt que l’intégrité. Une fois le projet de loi adopté par la commission des Affaires étrangères, presque personne n’a pensé qu’il y avait un espoir d’arrêter le traité.

Pendant trois longues semaines, le gouvernement et le Parlement belges ont été inondés de protestations et d’objections venant du monde entier. Des centaines d’anciens dirigeants mondiaux, de ministres, de législateurs, de juges, d’ONG, de lauréats du prix Nobel et des milliers d’Iraniens ont fait part de leurs inquiétudes et ont averti Bruxelles de se rendre au régime meurtrier qui a utilisé la politique de complaisance menée pendant quatre décennies comme un feu vert pour motiver les cellules terroristes et les envoyer tuer des dissidents et prendre des citoyens occidentaux en otage.

Grâce à la campagne mondiale, et en particulier à trois semaines de manifestations ininterrompues dans les rues par les Iraniens et les partisans de la Résistance iranienne, l’opinion publique en Belgique et dans toute l’Europe a rejeté le traité, et Politico est allé encore plus loin pour exposer l’appétit européen pour le pétrole et le gaz, mené par la
France, qui était gardé secret sous le mantra de la « sécurité nationale« .

Enfin, même lorsque le Parlement belge a voté la bénédiction du traité avec le régime iranien, la Résistance iranienne n’a pas baissé les bras et a annoncé qu’elle contesterait cette décision par tous les moyens juridiques et politiques possibles. Un vœu qu’elle a tenu en obtenant la décision du tribunal de première instance de Bruxelles le 28 juillet.

En tant que personne ayant une certaine expérience dans des occasions similaires, je suis certain qu’une phrase qui résonnera encore et encore dans les chambres du tribunal sera « sécurité nationale ». Il s’agit d’un terme ambigu que l’exécutif utilise pour faire taire le pouvoir judiciaire ainsi que ses pairs législatifs afin qu’ils ne se penchent pas sur les eaux sales des traités intergouvernementaux.

Mais au tribunal, les défenseurs de Bruxelles seront confrontés à une équipe chevronnée qui a défié et vaincu avec succès de nombreux gouvernements occidentaux. Le Conseil national de la Nésistance iranienne (CNRI) et sa principale composante, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), ont passé des années devant les tribunaux européens et américains à mener une bataille difficile qui semblait autrefois impossible à mener.

Il y a encore dix ans, les gouvernements occidentaux utilisaient l’étiquette « terreur » pour interdire leur lutte contre la dictature iranienne. Après 15 ans de lutte juridique, la Résistance iranienne a réussi à mettre fin à toutes les désignations, un tribunal après l’autre.

Aujourd’hui, le CNRI et ses partisans internationaux tentent de persuader les gouvernements occidentaux que la complaisance ne fait que nuire à la sécurité nationale. Depuis la prise de l’ambassade américaine à Téhéran en 1979 ou la prise d’otages suivante en 1983 à Beyrouth, la machine à extorsion du régime des mollahs n’a été prouvée efficace que par la politique de complaisance de l’Occident. En maintenant cette approche, il n’y aura jamais de « dernier otage » ou de « dernière attaque terroriste« .

Asadollah Assadi est actuellement derrière les barreaux grâce à la collaboration sincère et professionnelle des forces de l’ordre internationales et du système judiciaire européen. Il est le premier diplomate terroriste iranien à être sanctionné, et nous devons nous assurer qu’il ne sera pas le dernier.

C’est pourquoi, en tant qu’anciens dirigeants occidentaux, nous soutiendrons la Résistance iranienne afin de remettre en question la vision à courte vue de nos pairs successifs en matière de sécurité nationale. Espérons que les juges de Bruxelles comprendront que ce qui est en jeu est bien plus que la sécurité d’un groupe d’opposition étranger en exil.

Alejo Vidal-Quadras, professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président de l’International Committee In Search of Justice (ISJ).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe