mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireWashington veut que l'Europe mette davantage de pression sur l'Iran (Burns)

Washington veut que l’Europe mette davantage de pression sur l’Iran (Burns)

Agence France Presse – Washington souhaite que les Européens mettent davantage de pression sur l’Iran en adoptant des sanctions supplémentaires contre ce pays, comme demandé par Paris et Londres, a déclaré mercredi à Paris le sous-secrétaire d’Etat chargé des affaires politiques, Nicholas Burns.

"Nous espérons que l’Europe suivra la France et la Grande-Bretagne sur cette importante question", a déclaré le numéro trois de la diplomatie américaine lors d’une conférence devant l’American University of Paris.

"Un conflit avec l’Iran n’est pas inévitable, il n’est pas souhaitable. Et si nous voulons que la diplomatie réussisse, et elle doit réussir, nous devons la renforcer", a-t-il dit dans cette intervention.

L’Union européenne (UE) discute actuellement d’une série de sanctions autonomes contre l’Iran, à la demande de la France et avec le soutien de la Grande-Bretagne, mais l’Allemagne et l’Italie, qui ont d’importants échanges commerciaux avec Téhéran, sont réticentes.

M. Burns a également justifié les récentes sanctions supplémentaires adoptées par les Etats-Unis pour accentuer la pression afin que Téhéran, soupçonné de vouloir se doter de l’arme nucléaire malgré ses démentis, accepte de geler ses activités nucléaires sensibles.

Ces sanctions, qui ciblent notamment le corps militaire des Gardiens de la révolution et des banques iraniennes, "visent à aider la diplomatie à réussir, et éviter que dans l’avenir nous ne nous retrouvions dans une situation où il n’y aurait plus que des options désagréables", a-t-il dit en faisant allusion à un éventuel recours à la force.

M. Burns a appelé à l’adoption par le Conseil de sécurité de l’Onu d’une troisième résolution de sanctions contre l’Iran, et dénoncé l’attitude de la Chine et de la Russie qui selon lui "font traîner" les discussions.

Il a également appelé les "grands partenaires commerciaux de l’Iran" -citant le Japon, la Corée du sud, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Russie et la Chine- à "revoir à la baisse leur commerce" avec Téhéran. Il a appelé en particulier Moscou et Pékin à "arrêter de vendre des armes" à l’Iran.

M. Burns était à Paris pour des entretiens avec des responsables des ministères des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi qu’avec le conseiller diplomatique du président Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe