samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireWashington écarte un dialogue direct avec Téhéran sur la crise nucléaire

Washington écarte un dialogue direct avec Téhéran sur la crise nucléaire

Washington écarte un dialogue direct avec Téhéran sur la crise nucléaireAgence France Presse – La Maison Blanche a écarté jeudi l’idée d’un dialogue direct entre les Etats-Unis et l’Iran pour résoudre la crise nucléaire.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Scott McClellan, a fait observer que le processus diplomatique au Conseil de sécurité n’était qu’à ses débuts, face aux objections russes et chinoises à une résolution contraignante.

"Ce n’est pas un problème bilatéral entre le régime (iranien) et les Etats-Unis, c’est un problème entre le régime et la communauté internationale, c’est une menace pour la région et le monde", a déclaré M. McClellan.

Il répondait à une question de la presse sur les raisons pour lesquelles Washington n’engageait pas directement le dialogue avec Téhéran.

Pour certains experts, une solution diplomatique à la crise est très incertaine si les Etats-Unis et l’Iran ne se parlent pas.

Ils ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980.

M. Bush a reçu mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, dont le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a préconisé récemment des discussions directes entre les Etats-Unis et la République islamique.

Au même moment, la France et la Grande-Bretagne soumettaient au Conseil de sécurité un projet de résolution sommant l’Iran de suspendre l’enrichissement d’uranium et créant les conditions de possibles sanctions. Russes et Chinois, qui ont un droit de veto, ont redit leur opposition aux sanctions.

"C’est un projet de résolution", a dit M. McClellan, "et une nouvelle période de discussions va s’ouvrir".

M. McClellan a rappelé que ce projet avait le soutien américain.

"Nous sommes encore aux débuts du processus diplomatique et nous recherchons une solution diplomatique", a-t-il dit, répondant aux craintes que les Etats-Unis ne décident de recourir à la force.

Il a affirmé la nécessité de "continuer à faire pression sur le régime" iranien.

Le président George W. Bush devait participer jeudi après-midi à une partie des entretiens entre le conseiller à la sécurité nationale Stephen Hadley et le secrétaire du Conseil de sécurité russe Igor Ivanov à Washington, a dit M. McClellan.

Ces entretiens étaient prévus le 2 mai, mais avaient été reportés à cause de problèmes d’avion de M. Ivanov, selon l’administration américaine.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe