lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIndignation internationale face à l’ingérence du régime iranien en Irak

Indignation internationale face à l’ingérence du régime iranien en Irak

Indignation internationale face à l’ingérence du régime iranien en IrakCNRI – Les protestations du régime de Téhéran contre le soutien massif de la population irakienne aux Moudjahidine du peuple d’Iran de la Cité d’Achraf ont provoqué une levée de boucliers à travers le monde. Des députés en Europe et en Amérique du Nord, la Commission américaine pour la démocratie au Moyen-Orient, les coprésidents des Amis d’un Iran Libre du Parlement Européen et l’Association pour l’amitié et la solidarité entre les Irakiens et les Iraniens ont fermement condamné la dictature religieuse, qualifiant sa démarche de violations de la liberté de parole du peuple irakien.

Les législateurs européens ont également dénoncé les mensonges du régime iranien, avançant que le Conseil de Sécurité de l’ONU aurait inclus l’OMPI sur sa liste des organisations terroristes, pour faire pression sur le ministère des Affaires étrangères irakien. Ils ont souligné que les campagne de calomnie de Téhéran contre le mouvement de résistance iranien avait pour unique objectif d’induire en erreur l’opinion publique sur le compte des Moudjahidine du peuple d’Iran. Les députés européens ont souligné que grâce au soutien de plus de 2,8 millions d’Irakiens, l’OMPI était devenu un obstacle majeur à l’ingérence du régime iranien en Irak.

Dans leurs lettres adressées à la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, à l’ambassadeur américain en Irak Zalmay Khalilzad, au général George Casey, commandant de la Force Multinationale en Irak, au président et au ministre des Affaires étrangères irakiens, les eurodéputés ont affirmé que la liberté de parole pour les membres de l’OMPI à Achraf était garantie en vertu de la quatrième Convention de Genève et que de plus, le renvoi du régime iranien au verdict de l’ancien Conseil de gouvernement irakien demandant l’extradition des membres de l’OMPI n’avait aucun fondement légal. Leurs lettres font également remarquer qu’il s’agit là de la preuve indiscutable que ce décret avait été dicté par Téhéran à des responsables du gouvernement irakien de l’époque.

Plus d’un millier de députés européens et nord-américains et des centaines d’eurodéputés ont condamné à plusieurs reprises la désignation de l’OMPI comme groupe terroriste.

Dans leurs lettres au ministère des Affaires étrangères irakien, plusieurs juristes internationaux de renom ont évoqué la déclaration du 17 mai 2003, par le Commandement central des Etats-Unis en Irak concernant le statut de l’OMPI dans ce pays. Selon la déclaration :

« Les forces de la coalition ont rassemblé 2139 tanks, blindés de transport de troupes, pièces d’artillerie, pièces d’artillerie de défense aérienne et divers véhicules appartenant auparavant aux forces Moudjahidin-e Khalq (MEK). La résolution volontaire et pacifique du processus par le MEK et la Coalition contribue de manière significative à la mission de la Coalition consistant à établir un environnement sans danger et sécurisé pour la population irakienne. »

Un communiqué de l’Association pour l’amitié et la solidarité entre les Irakiens et les Iraniens déclare que le régime iranien joue un rôle certain et évident dans son intervention dans les affaires internes de l’Irak et que l’aspect majeur de cette interférence est d’ignorer la démocratie irakienne et le droit du peuple.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe