samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUne seule organisation qui prône un changement démocratique en Iran, et c’est...

Une seule organisation qui prône un changement démocratique en Iran, et c’est l’OMPI – Michael Mukasey

CNRI – « Ce que je demande à mon gouvernement, en bref, c’est de cesser d’agir sur la base de ses peurs et de se mettre à agir en fonction de ses espoirs et de ses idéaux, en permettant aux Iraniens qui veulent la liberté pour leur pays d’agir aussi sur la base de ces espoirs et de ces idéaux », a déclaré Michael Mukasey le 18 juin à Villepinte, près de Paris.

L’ancien ministre américain de la Justice s’exprimait lors du plus grand rassemblement d’Iraniens jamais organisé à l’étranger. Les Iraniens et les partisans de la Résistance avaient afflué de toute l’Europe par centaines d’autobus, en train ou en voiture, et par avion d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient et du Canada.

Des centaines de personnalités politiques et sociales internationales, des dizaines de délégations parlementaires, de hauts dignitaires notamment américains, entouraient Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne. Ce meeting monstre appelait à la protection d’Achraf et apportait un soutien massif à la Résistance.

Voici les moments forts de l’intervention très applaudie de Michael Mukasey :

Je veux d’abord remercier chacun d’entre vous venu ici cet après-midi pour attirer l’attention du monde là où elle devrait se focaliser, à savoir d’apporter la démocratie en Iran.

Ma mission en tant qu’Américain comporte deux parties. L’une parait plus facile que de focaliser l’attention du monde, et c’est de faire en sorte que mon gouvernement accepte qu’’un moyen direct pour aider à l’avènement de la démocratie en Iran est de cesser de bloquer l’OMPI avec la désignation injuste d’organisation terroriste étrangère.

Et la seconde tâche, qui lui est étroitement liée, s’adresse également à mon gouvernement. Il s’agit que les Etats-Unis usent de l’influence considérable qu’ils ont sur le gouvernement Maliki et l’effet de levier considérable qu’il possède pour faire cesser le harcèlement d’Achraf, protéger ses résidents, et s’ils doivent être réinstallés, de le faire hors d’Irak et non pas en Irak.

La première de ces tâches devrait être simple. Après tout, ce n’est pas une étape qui nécessite un grand investissement de richesse ou qui fait courir un risque à nos forces armées. Il s’agit simplement d’avoir le courage moral d’admettre que la politique suivie par plusieurs administrations, démocrates et républicaines, ne sert plus à rien, si tant est qu’elle n’ait jamais servi à quelque chose, et que c’est une erreur politique de maintenir l’OMPI sur la liste des organisations terroristes étrangères. L’OMPI a depuis longtemps renoncé à la violence.

Aujourd’hui, et depuis des années, l’OMPI sous la direction de la courageuse Madame Radjavi, prône clairement une république démocratique, non nucléaire et laïque en Iran. Les membres de l’OMPI qui vivent à Achraf ont abandonné les armes qu’ils auraient pu utiliser pour se défendre et remis leur bien-être entre les mains des forces de la coalition après l’invasion de l’Irak en 2003. Ils ont accepté l’assurance solennelle de la coalition, et plus particulièrement des généraux américains, qu’ils seraient traités comme des personnes protégées en vertu du droit international.

L’OMPI s’est remise entre les mains des Etats-Unis et de nos institutions, et donc, en plus d’accepter la parole de nos militaires comme quoi les résidents d’Achraf seraient protégés, l’OMPI est allée devant nos tribunaux pour faire annuler cette qualification injuste en ayant recours à la loi. Après tout, une organisation ne peut être traitée par la loi comme une organisation terroriste étrangère, que si elle s’engage soit dans le terrorisme qui menace le bien-être des États-Unis ou garde la capacité et l’intention de le faire. Par conséquent l’OMPI, qui a renoncé à la violence, ne devrait avoir aucune difficulté à sortir de cette liste. Et donc en juillet 2010, l’OMPI a remporté une décision de la Cour d’appel du District of Columbia appelant la secrétaire d’Etat à reconsidérer la désignation d’organisation terroriste étrangère de l’OMPI, car l’information sur laquelle elle reposait n’était pas suffisante.

Et où en sommes-nous aujourd’hui? Eh bien, cela m’amène à ma deuxième tâche, car à Achraf, l’organisation qui a cédé ses armes et s’est placée sous la protection internationale en 2003, au point où les résidents d’Achraf ont chacun reçu une carte d’enregistrement les désignant comme une personne protégée, ont été attaqués à deux reprises par les troupes irakiennes, une fois en juillet 2009, une fois en avril 2011, et les deux fois pendant que le secrétaire à la Défense des États-Unis était présent en Irak. La dernière fois a conduit à la mort de plus de 35 femmes et hommes sans défense, tués par des armes et des véhicules fournis par les États-Unis et par des troupes formées par les Etats-Unis et les Etats-Unis n’ont rien fait à ce sujet.

Et que dire de l’inscription sur la liste noire de l’OMPI que la secrétaire d’Etat a reçu l’ordre de la réviser en juillet 2010 ? Presque un an après, cet examen n’a pas encore été achevé et le Département d’Etat n’a fourni aucune estimation sur le moment où ce sera terminé. Le Département d’Etat semble être engagé dans une stratégie de retard sans fin. Si cette stratégie vient en quelque sorte de l’espoir que la démocratie peut être d’une manière ou d’une autre progressivement atteinte sous le régime actuellement au pouvoir, cet espoir aurait dû depuis longtemps être abandonné.
 

Je pense qu’essayer de parvenir progressivement à la démocratie en Iran sous le régime actuel, c’est comme essayer d’adopter progressivement la conduite à gauche pour la conduite à droite. La seule chose que vous pouvez garantir en faisant cela, c’est que des gens seront tués et en effet des personnes ont été tuées. Ce n’est pas le moment de soutenir des demi-mesures.

Il y a une organisation et une seule qui prône un changement démocratique immédiat en Iran, et c’est l’OMPI. La seule façon de permettre à l’OMPI de fonctionner est de la retirer de la liste des organisations terroristes étrangères, parce que l’inscription empêche non seulement les membres de l’OMPI de venir aux États-Unis, empêche l’organisation de collecter des fonds et des soutiens aux Etats-Unis, mais cela donne aussi à l’Iran et à l’Irak l’excuse parfaite pour maltraiter des résidents d’Achraf parce qu’ils sont membres d’une organisation que les Etats-Unis désignent comme terroriste. Si cette inscription est annulée, non seulement il n’y aura aucune excuse supplémentaire fournie par les Etats-Unis à l’Iran et à l’Irak pour maltraiter les membres de l’OMPI, mais de plus l’OMPI pourra rallier le soutien du peuple américain. Par exemple, on pourrait permettre au peuple américain de voir et d’entendre Mme Radjavi, dont l’éloquence et la dignité lui donnent un pouvoir de premier ordre qui sème l’espoir dans vos cœurs et la peur dans le cœur des mollahs. Ce pouvoir pourrait être libéré pour construire un monde bon.

Un grand Président des Etats-Unis, Abraham Lincoln a appelé mon pays « le dernier meilleur espoir de la terre », et je pense qu’il est possible que ces mots puissent être encore plus vrais aujourd’hui qu’ils ne l’étaient quand il les a prononcés au milieu du 19e siècle. Mais ils ne peuvent être vrais que si les Etats-Unis non seulement sont une grande puissance, mais agissent aussi en tant que telle.

Ce que je demande à mon gouvernement, en bref, c’est de cesser d’agir sur la base de ses peurs et de se mettre à agir en fonction de ses espoirs et de ses idéaux, en permettant aux Iraniens qui veulent la liberté pour leur pays d’agir aussi sur la base de ces espoirs et de ces idéaux.

Merci beaucoup pour votre attention, et tous mes vœux dans la poursuite de votre cause, qui est la cause des peuples libres du monde entier. Merci beaucoup.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe