mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesUne prisonnière politique en Iran : le régime des mollahs est incapable...

Une prisonnière politique en Iran : le régime des mollahs est incapable de se réformer et il est complètement illégitime

Une prisonnière politique en Iran : le régime des mollahs est incapable de se réformer et il est complètement illégitime

NCRI – Maryam Akbari-Monfared, une prisonnière politique en Iran, a publié une lettre dans laquelle elle affirme qu’elle va boycotter les prochaines élections présidentielles du 19 mai en Iran. « Ce régime est illégitime dans son intégralité et mon vote est un non », a-t-elle écrit.

Vous trouverez ci-dessous la traduction de quelques extraits de cette lettre :

Je suis dans les prisons des mollahs depuis huit ans et chaque jour j’ai été témoin des tortures infligées aux femmes emprisonnées. Après avoir été témoin de telles scènes, je dis avec toutes mes forces que ce régime fondamentaliste ne peut être réformé.

Le vote des gens n’a aucune valeur sous le régime des mollahs et les élections frauduleuses sont organisées uniquement pour donner un semblant de légitimité à ce régime. Tous les dirigeants du régime sont nommés avec l’aval de Khamenei et aucun d’entre eux n’a été élu par le peuple.

Depuis quelques mois, la campagne des élections présidentielle s’est transformée en déballage d’affaires de corruption dans lesquelles les deux factions du régime sont impliqués à part égal. Le système est corrompu dans sa totalité et les piliers du régime tombent les uns après les autres.

Selon les statistiques officielles, au cours des quatre dernières années et sous le gouvernement de Rouhani, le nombre d’exécutions en Iran a augmenté de façon significative. Plusieurs officiels du régime – qui ont été impliqués dans les massacres politiques commis dans les années 1980 – ont récemment fait des déclarations sur ces évènements et ont dit qu’ils sont fiers du rôle qu’ils ont joués dans ces massacres !

Pour-Mohammadi, l’actuel ministre de la Justice, était membre de « la Commission de la mort » en 1988.

En 1999, Rouhani était le secrétaire du Conseil supérieur de sécurité nationale de ce régime et a joué un rôle de premier plan dans la répression des insurrections étudiantes.

Comme nous l’avons constaté depuis quatre ans, « la clé magique » de Rouhani n’a pas réussi à ouvrir des verrous.

Avant le simulacre d’élections présidentielles, Rouhani a fait quelques gestes ridicules telles que faire une randonnée en montagne et se faire photographier aux côtés de jeunes filles branchées. La réalité est que Rohani est l’un des principaux figures du régime ayant imposé aux femmes le voile obligatoire. Maintenant, pour obtenir le vote des gens, il tente d’améliorer son image et faire oublier son passé, tout en évitant de parler des problèmes économiques et politiques.

Ebrahim Raïssi [l’un des candidats dans les élections présidentielles] était lui aussi membre de « la Commission de la mort » en 1988. Il n’a aucune expérience dans le domaine de la gestion des affaires publiques. En revanche, il a eu une longue expérience dans le massacre des prisonniers politiques en 1988 qu’il décrit maintenant comme la réalisation de « la volonté du Dieu » !

Aujourd’hui, l’appareil de répression du régime continue de verser le sang des jeunes au nom de l’islam ! Le gouvernement de Rohani a envoyé 25 jeunes Kurdes à la potence.

Le régime des mollahs n’hésite jamais à commettre des crimes si ces crimes sont nécessaires pour sa survie et pour atteindre ses objectifs, ce régime n’hésite pas à propager la guerre et le chaos dans les pays de la région tels que la Syrie, l’Irak et le Yémen.

Le régime des mollahs est incapable de se réformer et il est complètement illégitime auprès du peuple iranien.

Maryam Akbari-Monfared – Prison d’Evin – Mai 2017