vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Nucléaire« Une politique de fermeté est nécessaire pour maîtriser le programme militaire...

« Une politique de fermeté est nécessaire pour maîtriser le programme militaire iranien »

Le gouvernement Obama doit adopter une politique “ferme et décisive” qui exige du régime iranien qu’il se soumette aux résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour démanteler son programme nucléaire, qu’il autorise les inspecteurs internationaux à inspecter tous ses sites, et qu’il réponde aux interrogations sur ses activités passées, a affirmé le directeur politique de l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC).

Majid Sadeghpour a reproché aux puissances mondiales d’accorder trop de concessions au régime iranien lors des négociations nucléaires en cours.

“Même plusieurs conseillers principaux du Président Obama ont déclaré publiquement que cet accord était bien au-dessous des principes-mêmes du gouvernement. En fait, l’accord imminent est un mauvais accord parce qu’il fait trop de concessions à un régime qui est indigne de confiance, et qui est réprouvé par des millions d’Iraniens”, a écrit M. Sadeghpour samedi dans The Hill.

Le mois dernier, le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, a établi des conditions strictes pour le programme nucléaire dans une adresse télévisée nationale. Faisant marche arrière sur les précédents engagements qu’avaient pris ses négociateurs en avril, Khamenei a affirmé que, “contrairement à l’insistance américaine, nous n’acceptons pas de restrictions à long terme de 10 ou 12 ans, et nous leur avons dit quel était le nombre acceptable d’années pour des restrictions.”

Khamenei a insisté sur trois lignes rouges pour les négociations : pas d’inspection des sites militaires du régime, pas d’approche des scientifiques nucléaires iraniens ; et la continuation des activités de recherche et de développement.

Aux yeux de Khamenei, les discussions doivent uniquement se concentrer sur les sites et activités déjà découverts, et non sur les sites non découverts or les activités passées en lien avec les Possibles Dimensions Militaires (PDM) du programme nucléaire du régime.

“En d’autres termes, les lignes rouges de Khamenei protègent les dimensions capitales du programme nucléaire militaire du régime. C’est un signe révélateur des véritables intentions du régime, et cela devrait donner une nouvelle indication de la non-fiabilité du régime” écrit Sadeghpour.

“Téhéran insiste sur le fait que l’accès aux sites militaires ne doit pas être donné aux inspecteurs internationaux. Pourquoi ? S’il est vraiment sincère quant à l’abandon de son projet d’armement, pourquoi est-il si catégorique dans son intention de se dérober aux questions sur les dimensions militaires de ses projets passés et présents ? Qu’a-t-il à cacher ?”

“Le défaut intrinsèque de l’accord en passe d’être signé, c’est qu’il ne s’occupera que des sites déjà connus. Pourtant, Téhéran n’a jamais dévoilé volontairement les aspects secrets de son programme militaire. C’est le principal groupe d’opposition, le Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), qui avait révélé les activités nucléaires clandestines du régime pour la première fois en 2002. Depuis lors, pas une seule fois Téhéran n’a reconnu ses activités. Alors, pourquoi devrait-on lui faire confiance aujourd’hui ?”

Surtout, le régime des mollahs a refusé de répondre à des questions directes de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) sur ses activités passées, autre signe qui prouve qu’il tente de dissimuler un maximum de choses aux yeux de la communauté internationale. Il refuse également d’autoriser l’approche de tous ses scientifiques et l’accès à tous ses sites par les inspecteurs.”

“La communauté internationale aurait dû réprimander Téhéran pour ses mensonges, ses tromperies et des activités menaçantes. Au lieu de ça, l’Occident, et en particulier le gouvernement Obama, a récompensé Téhéran en le reconnaissant comme un État du seuil nucléaire.”

“L’accord en passe d’être signé n’exige pas d’inspection rigoureuse de tous les sites, y compris les sites militaires n’importe où et à n’importe quel moment. C’est un accord affaibli qui laisse à Téhéran ses infrastructures nucléaires intactes et le récompense de milliards de dollars d’avoirs dégelés, sans parler de la levée des sanctions.”

“Il y a moins d’un mois, plus de 100 000 expatriés iraniens et des centaines de hauts responsables du monde entier, y compris des États-Unis, se sont rassemblés à Paris pour réclamer un changement démocratique en Iran.”

“L’oratrice principale de ce rassemblement, la Présidente-élue du CNRI Maryam Radjavi, a exposé un plan qui prévoit un Iran démocratique, séculier et non-nucléaire, et qui a reçu l’approbation extrêmement enthousiaste des milliers d’iraniens présents pour l’acclamer.”

“Il y a une alternative à la négociation avec un régime – sur le point d’être reconnu comme un État du seuil nucléaire- résolu à dominer la région. Cette alternative repose dans la volonté du peuple iranien. Les iraniens veulent un autre système politique. Par contre, cet accord légitimise la brutale théocracie actuelle, la récompense financièrement, brise les chaînes des sanctions internationales, et laisse intactes les infrastructures nucléaires. C’est un héritage dont aucun président ne pourrait se vanter de laisser.”

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe