dimanche, février 5, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeUne bombe de bord de route tue 10 passagers d'un bus dans...

Une bombe de bord de route tue 10 passagers d’un bus dans le nord de Bagdad

Une bombe de bord de route tue 10 passagers d’un bus dans le nord de BagdadDe Bushra Juhi

The Canadian Press, BAGDAD – Lundi, une bombe de bord de route a soufflé un bus, faisant 10 morts parmi des personnes travaillant pour une organisation opposée au régime de l’Iran, selon la police. Douze autres ont été blessées dans l’explosion qui s’est produite au nord de Bagdad.

 

L’explosion a eu lieu après l’aube près de Khalis, à 80 kilomètres au nord de Bagdad, dans la province de Diyala, zone célèbre pour la fréquence de telles attaques, d’après la police de la province. Toutes les victimes travaillaient à la base des Moudjahidine-e Khalq, ou MEK, à Achraf qui s’opposent au régime d’Iran.

La bombe a explosé sur le côté du bus public blanc et les éclats ont troué le côté calciné du bus. Le véhicule, inspecté plus tard par les soldats américains, était maculé de sang, comme le montre le reportage télévisé d’Associated Press.

« Nous transportions les travailleurs de Baqouba au camp des Moudjahidine lorsque la bombe a explosé et tué tous ces gens », un homme qui était présent dans le bus a déclaré à AP TV.

Dans d’autres attaques, une bombe de bord de route a tué deux officiers de police et blessé trois autres dans le quartier de Karradah à Bagdad ; et un autre a trouvé la mort et six autres ont été blessés lorsqu’une bombe cachée dans un mini van servant de bus a explosé.

Des hommes armés ont tué deux autres officiers de police lorsqu’ils ont attaqué un convoi dans l’ouest de Bagdad. Un autre groupe a sérieusement blessé un colonel de police à Ghazaliyah. Deux autres policiers, identifiés comme d’anciens Baathistes, ont été tués à Amarah, à 290 kilomètres au sud-est de Bagdad.

Une voiture piégée visant un convoi américain a tué un civil et blessé neuf autres à Tahariyat Square, à Bagdad, selon le lieutenant colonel de police Abbas Mohammed Salman. On ne sait pas s’il y a eu d’autres victimes.

Une bombe de bord de route a touché un convoi britannique dans le sud de l’Irak, blessant trois soldats, a annoncé un porte-parole lundi.

L’explosion s’est produite dimanche soir dans le quartier de Gizayza à Basra, deuxième ville d’Irak, située à 550 kilomètres au sud-est de Bagdad. Trois soldats ont été blessés, dont un grièvement, a déclaré le capitaine britannique Kelly Goodall.

Dimanche soir également, un chef de tribu, qui défiait les terroristes les plus craints en Irak et envoyait des combattants pour aider les troupes américaines contre al-Qaeda dans l’ouest de l’Irak, est mort dans une fusillade, dernière victime d’une apparente campagne insurgée contre les Arabes sunnites qui collaborent avec les Américains.

Le Premier ministre ayant du mal à pourvoir les postes de sécurité clés du pays, son porte-parole a suggéré qu’un délai soit fixé si l’impasse se poursuivait. Nouri al-Maliki tente de mettre d’accord les hommes politiques chiites et sunnites sur des candidats indépendants et liés à aucune milice sectaire.

Des coups de feu et des bombes ont tué neuf personnes et blessé 35 dans tout le pays dimanche et les corps d’au moins 10 autres personnes ont été découverts à Bagdad, probablement victimes du carnage sectaire qui déchire l’Irak.

Le meurtre le plus significatif est celui du cheikh Osama al-Jadaan, pris en embuscade par des hommes armés alors qu’il se déplaçait en voiture dans le quartier de Mansour à Bagdad, zone majoritairement sunnite. Le chauffeur d’al-Jadaan et un de ses gardes du corps ont été tués également, selon la police.

Al-Jadaan était leader de la tribu Karabila, qui compte des milliers de membres dans la province d’Anbar, foyer d’insurrection s’étendant de l’ouest de Bagdad à la frontière syrienne. Il avait annoncé un accord passé avec le gouvernement irakien soutenu par les Etats-Unis pour aider les forces de sécurité à traquer les membres d’al-Qaeda et les combattants étrangers.