mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireUn porte-parole de l’opposition iranienne à Sky News : Faire confiance aux mollahs...

Un porte-parole de l’opposition iranienne à Sky News : Faire confiance aux mollahs est imprudent – Vidéo

CNRI- Le gouvernement Obama a accordé des concessions injustifiées dans les négociations nucléaires avec le régime des mollahs, a affirmé le porte-parole de l’opposition iranienne Shahin Gobadi à Sky News. 

Dans une interview en direct mercredi, Shahin Gobadi du Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI) a déclaré: « Il ne faut pas se faire d’illusions sur la situation aujourd’hui.

Le régime iranien fait tout son possible depuis presque 30 ans pour obtenir des armes nucléaires. Ce programme possède tous les critères et ingrédients d’un programme d’armement, et il n’y a aucune autre raison logique pour que le régime iranien tienne autant à poursuivre ce programme, parce que selon les propres estimations du régime, que nous avons obtenues, cela n’a économiquement aucun sens. » 

« La personne qui doit prendre la décision finale est Ali Khamenei, le Guide Suprême iranien », a-t-il affirmé. 

M. Gobadi a affirmé que les négociations nucléaires se sont longuement éternisées « simplement parce que Khamenei est complètement bloqué. Il se trouve dans une impasse majeure. » 

« Les 25 dernières années, il a énormément investi pour obtenir les armes nucléaires qui lui garantiraient la survie de son régime. D’un autre côté, ces dernières années les sanctions économiques ont commencé à peser et il réalise que le peuple iranien est plus agité que jamais. Il est très inquiet de voir le peuple se soulever en masse comme il l’a fait en 2009. Pour faire simple, il est entre le marteau et l’enclume. Il veut le beurre et l’argent du beurre. » 

À la question de la confiance que l’on peut accorder au régime, M. Gobadi a rejeté toute possibilié de faire confiance aux mollahs, et a soutenu : « Il faut être très clair à ce sujet. Le mot-clé ici, c’est la transparence, pas la confiance. Qu’entends-je par là ? Le régime iranien doit révéler de manière claire les dimensions militaires passées de son programme nucléaire.

C’est ici qu’ils ont un cadavre dans le placard, parce qu’ils savent que s’ils autorisent des inspections inopinées et un système de vérification, tout le monde découvrira que c’est un programme nucléaire militaire, toute leur tromperie sera révélée et la vraie nature de ce programme sera connue. C’est pourquoi ils répètent inlassablement l’expression « bâtir la confiance, bâtir la confiance », mais le mot-clé ici c’est la transparence. » 

« Tout comme Mme Maryam Radjavi, la Présidente élue de la Résistance Iranienne, l’a répété encore et encore, à moins qu’il n’y ait accès total à tout site militaire ou non-militaire, possibilité pour l’AIEA d’approcher les scientifiques iraniens, suppression des dimensions militaires passées, et tant que le stock nucléaire n’est pas acheminé hors d’Iran et que les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU ne sont pas implémentées, il n’y a aucun moyen de garantir que toutes les routes qui mènent à la bombe ont été barrées. » 

« Il faut faire très attention aux antécédents ici. Ces deux dernières décennies et plus particulièrement ces 12 dernières années, depuis que la Résistance Iranienne et le Conseil National de la Résistance Iranienne ont révélé l’existence d’un tel programme nucléaire secret, surtout l’existence des sites de Natanz et Arak, l’attitude du régime iranien vis-à-vis de l’AIEA et de la communauté internationale a été de jouer à « cache-cache » et « attrape-moi si tu peux ».

Il n’y a pas un seul site que le régime iranien a volontairement exposé à l’AIEA. Ils n’ont fait que les reconnaître après avoir été attrapés en flagrant délit, quand d’autres sources telles que la Résistance Iranienne et d’autres encore ont dénoncé tellement de choses qu’il n’y avait plus d’autre choix. Avec ce genre d’antécédents, parler de confiance est tout simplement déplacé. La question ici c’est la transparence, et à moins que ces mesures ne soient prises, il n’y a aucun moyen de garantir que toutes les rout
es qui mènent à la bombe ont été barrées. » 

« L’Occident, et en particulier les Etats-Unis, ont déjà fait trop de concessions. Toute politique qui a des principes devra regarder vers la voie du changement. C’est faire erreur, à mon avis, que de n’envisager que le choix entre la bombe ou un accord avec les mollahs. Il y a un autre choix pour un changement qui vient de l’intérieur de l’Iran : tendre la main au peuple iranien, entendre la Résistance Iranienne pour un changement démocratique, pour un vrai changement.

La meilleure solution est un changement de régime par le peuple iranien et la Résistance organisée, parce que penser que si l’on parvient à un accord avec ce régime il cessera sa politique de transgression dans la région, ses abus dans le pays, et son soutien au terrorisme est complètement irrationnel. Le régime ne va pas abandonner les piliers de sa force. En lui faisant des concessions et en desserrant les sanctions, on ne fait que l’encourager. Ils ne vont pas changer de cap », a ajouté M. Gobadi.