vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireUn officiel du régime iranien rejette l’inspection des sites militaires en Iran

Un officiel du régime iranien rejette l’inspection des sites militaires en Iran

Un officiel du régime iranien rejette l’inspection des sites militaires en Iran

Un membre de haut-rang du parlement du régime iranien a dit que personne ne sera autorisé à inspecter les sites militaires en Iran. Il a exigé que cette exception soit mentionnée dans la mise en œuvre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP), en cas de conclusion d’un accord nucléaire final.

Plusieurs autres officiels du régime iranien ont fait des commentaires similaires après la publication des déclarations du Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Le mardi dernier, Yukiya Amano avait dit qu’un accord nucléaire entre Téhéran et les pays du groupe P5 + 1 donnerait aux experts de l’agence le droit d’accéder à des sites militaires en Iran.

Le président de la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du parlement des mollahs, Alaeddin Boroudjerdi, a déclaré dimanche : « En cas de conclusion d’un accord final entre l’Iran et les pays du groupe P5 + 1 et de la mise en œuvre du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP), une exception doit être faite et l’inspection des sites militaires ne pourrait être autorisée. »

« Dans le cadre de l’accord préliminaire conclu avec l’Iran, les inspecteurs de l’AIEA pourront accéder aux sites nucléaires en Iran », avait déclaré le directeur de l’AIEA dans une interview avec l’Associated Press datée de la semaine dernière.

Le 2 avril, le régime iranien a conclu un accord préliminaire avec les six puissances mondiales. Selon les termes de cet accord et en vertu du Protocole additionnel du TNP, les experts de l’ONU peuvent effectuer des inspections inopinées dans tous les sites nucléaires en Iran.

« Dans de nombreux autres pays, de temps en temps, nous demandons d’accéder à des sites militaires lorsque nous avons des raisons pour faire cela, alors pourquoi pas en Iran ? », avait dit Yukiya Amano, le directeur général de AIEA, dont les propos ont été cités par l’Associated Press.

« Si nous avons une raison pour demander un accès aux sites militaires, nous allons le faire et en principe l’Iran doit accepter », avait-il ajouté.

Le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a exclu toute « mesures de contrôle extraordinaires » des activités nucléaires en Iran, en soulignant que les sites militaires ne pouvaient pas être inspectés.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe