mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeUn groupe d'opposition iranien en exil dénonce la décision de l'UE de...

Un groupe d’opposition iranien en exil dénonce la décision de l’UE de le maintenir dans la liste noi

Associated Press, Villepinte, France – Des milliers de partisans d’un groupe d’opposition iranien se sont rassemblés samedi près de Paris, pour dénoncer une décision de l’Union européenne de le maintenir sur une liste noire du terrorisme et affirmer que l’Iran "est au bord de l’explosion."

Associated Press, Villepinte, France – Des milliers de partisans d’un groupe d’opposition iranien se sont rassemblés samedi près de Paris, pour dénoncer une décision de l’Union européenne de le maintenir sur une liste noire du terrorisme et affirmer que l’Iran "est au bord de l’explosion."

Les sympathisants des Moudjahidine du peuple d’Iran sont venus de toute l’Europe à ce rassemblement, à bord de nombreux bus dans un centre d’exposition du nord de Paris.

L’organisation a affirmé que 50.000 personnes étaient présentes au meeting. Les chiffres de la police n’étaient pas disponibles. Les personnes étaient venues pour entendre la dirigeante Maryam Radjavi accuser ce qu’elle a appelé "la collaboration déshonorante" de l’Union européenne avec les dirigeants de la République islamique d’Iran.

Maryam Radjavi, vétue d’un ensemble et foulard bleus, a affirmé qu’une vague de troubles déclenchée par un plan de rationnement de l’essence en Iran annoncé mercredi, "est la véritable image d’une société mécontente au bord de l’explosion."

Les Iraniens ont brisé des vitrines et mis feu à plus d’une douzaine de stations-service dans la capitale, Téhéran et d’autres villes après l’annonce du rationnement.

"La vague de protestations en Iran a confirmé que les mollahs sont assis sur un baril de poudre", a dit Radjavi.

Cependant, elle s’est attardée sur la situation de son propre groupe – qui est sur les listes du terrorisme de l’UE et du Département d’Etat américain – et a affirmé que le refus jeudi par les 27 nations de l’UE de le retirer de la liste était destiné à satisfaire le régime clérical.

"UE, honte à vous!" a crié la foule, sous une énorme bannière "un Iran Libre avec Maryam Radjavi."

Les Moudjahidine du peuple préconisent le renversement du régime de Téhéran. Le groupe, qui s’appelle aussi le Conseil national de la Résistance et considère Radjavi comme la présidente de la République élue de l’Iran, insiste sur le fait qu’il s’agit d’une coalition d’opposants iraniens en exil basés à Auvers-sur-Oise, au nord de Paris. L’aile militaire basée en Irak, les Moudjahidine du peuple, a été désarmée par l’armée américaine.

Les Moudjahidine du peuple affirment que l’UE a refusé d’appliquer un verdict prononcé l’année dernière par la Cour européenne de Justice qui a annulé une décision prise en 2002 de placer l’organisation sur la liste terroriste et ordonné le gel de ses avoirs. Ils réclament un million d’euros de dommage et intérêt de l’UE.

Les experts légaux de l’UE maintiennent que la décision de la Cour de justice ne concerne que des aspects de procédure et n’implique pas un retrait du groupe de la liste noire.

Maryam Radjavi a dit que l’UE a choisi "une collaboration déshonorante avec les parrains et les financiers du terrorisme international."

Elle a aussi appelé le président français nouvellement élu Nicolas Sarkozy "à tourner la page" sur "un des héritages les plus honteux" du gouvernement précédent.

Elle se référait aux arrestations massives du 17 juin 2003 de dizaines de membres des Moudjahidine – incluant Maryam Radjavi – par la police française.

Dix-sept personnes, y compris Maryam Radjavi, ont été mises en examen pour financement de groupes terroristes.

En juin, la Cour d’appel de Paris a levé les restrictions contre les 17 personnes, y compris celle qui leur interdisait de quitter le territoire français et une autre qui les  empêchaient de se rencontrer.

Radjavi a prétendu que cette mesure était "une collaboration directe" avec Téhéran.

Les Moudjahidine organisent de temps à autres des rassemblements, mais c’est à celui de samedi que la foule est apparu la plus nombreuse.