jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance50.000 Iraniens à Villepinte acclament Maryam Radjavi

50.000 Iraniens à Villepinte acclament Maryam Radjavi

50.000 Iraniens réunis le 30 juin 2007 au Parc des Expositions de Villepinte, au nord de Paris, appellent à un changement de régime en Iran et au soutien international pour la principale organisation d’opposition en Iran

CNRI – Villepinte, Parc des Expositions – Le congressman Bob Filner (Démocrate de Californie) et Lord Slynn of Hadley, ancien juge de la Cour européenne de Justice ont assisté au meeting de 50.000 Iraniens, qui accueillait des parlementaires et des personnalités internationales samedi 30 juin. Les participants ont appelé à la pleine application du jugement de la Cour européenne de Justice sur le retrait des Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI) de la liste du terrorisme. Ils ont exprimé leur soutien à un changement de régime en Iran.

50.000 Iraniens réunis le 30 juin 2007 au Parc des Expositions de Villepinte, au nord de Paris, appellent à un changement de régime en Iran et au soutien international pour la principale organisation d’opposition en Iran

CNRI – Villepinte, Parc des Expositions – Le congressman Bob Filner (Démocrate de Californie) et Lord Slynn of Hadley, ancien juge de la Cour européenne de Justice ont assisté au meeting de 50.000 Iraniens, qui accueillait des parlementaires et des personnalités internationales samedi 30 juin. Les participants ont appelé à la pleine application du jugement de la Cour européenne de Justice sur le retrait des Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI) de la liste du terrorisme. Ils ont exprimé leur soutien à un changement de régime en Iran.

Aujourd’hui, 50.000 Iraniens venus de toute l’Europe et d’Amérique du Nord se sont rassemblés à Paris pour appeler à une politique de fermeté vis-à-vis de l’Iran. Contrairement à la situation imposée par la misogyne du régime en Iran et contre laquelle elles protestent, les femmes étaient massivement présentes, tandis que les jeunes et les représentants des diverses minorités ethniques lançaient bruyamment des slogans. Ils ont dénoncé l’inscription de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes.

Reflétant la diversité de la diaspora iranienne, ils lançaient “Etat de droit, Justice, UE., UE., honte à vous”, “la Liberté est notre droit inaliénable” et ont exprimé leur soutien à un changement démocratique avec la présidente de la République élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi.

Dans son discours, Mme Radjavi a dénoncé le régime de Téhéran et ses visées expansionnistes. Elle a noté que “le soulèvement général des 26 et 27 juin déclenché par la crise de l’essence, montre le véritable visage d’une société exaspérée au bord de l’explosion. Ce soulèvement est le témoignage le plus objectif et le plus clair des revendications brûlantes des Iraniens. Ils veulent renverser le régime des mollahs. Il s’agit d’une crise qui marque la phase terminale de la théocratie et sa destruction. Tout ce que les Etats partisans de la complaisance ont misé ou prétendu sur le régime des mollahs, s’est avéré faux. Ils prétendaient qu’un embargo pousserait les Iraniens à soutenir le régime, ils peuvent ouvrir les yeux maintenant et voir ce soulèvement général. Et cela se passe alors que l’étiquette de terroriste collée à la résistance leur permet de maîtriser les effets des sanctions. Alors imaginez ce qui se passera, le jour où cette étiquette de terrorisme disparaîtra !" 

“Il est temps pour l’occident de voir et de reconnaître un Iran différent. La solution du problème iranien se trouve avec le peuple iranien dans les rues de l’Iran et avec nous”, a dit Mojgan une jeune femme  venant d’Allemagne. C’est la preuve que la Résistance iranienne jouit d’un soutien populaire quand elle appelle au changement de régime et que les Iraniens rejettent mollahs de toutes leurs forces. Ce sont eux qui mènent la lutte contre les extrémistes religieux et leurs dirigeants à Téhéran. ”

Un autre participant venu de Norvège a déclaré : “Trop de temps a été gaspillé dans les négociations de l’UE avec le régime iranien sur la crise nucléaire. Il est temps maintenant pour l’occident d’adopter une nouvelle politique.”

Galvanisé et stimulé par les manifestations et les actes de protestation dans le pays, les participants ont exprimé leur solidarité avec les femmes, les étudiants et les jeunes à travers l’Iran.

Cette atmosphère joyeuse dénonçait pourtant une réalité cruelle en Iran :

• L’Iran est gouverné par des fanatiques barbares non élus qui affichent un programme expansionniste de prédateurs.

• Les dirigeants de ce régime considèrent la population, les pays voisins et la communauté internationale comme des sujets sur lesquels ils gouvernent.

• Cette perversion des règles islamiques est dangereuse non seulement pour les Iraniens, mais aussi pour la communauté internationale.

• Leur idéologie est intolérante, irréformable et tous les efforts entrepris pour changer leur attitude sont dangereusement futiles.

• Les Iraniens sont décidés à débarrasser l’Iran de l’intégrisme islamique.

• La politique internationale ne doit plus tergiverser sur les revendications du peuple iranien.

Les Iraniens demandent aujourd’hui que l’Union européenne, les Etats-Unis et la communauté internationale ne les n’ignorent plus. Ils doivent soutenir leur appel à un changement de régime et mettre un terme à ne leur pas de deux avec le régime qui s’est révélé être un fiasco. Les Iraniens savent mieux que quiconque que cette politique de complaisance ne peut aboutir et encourage le bellicisme.

En réalité, le retrait rapide des Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme est le critère déterminant vis-à-vis de cette menace mondiale.

Les Iraniens ont avant tout exprimé leur désir de voir la complaisance avec les mollahs prendre fin, déclarant qu’elle est sans perspective et que depuis des années ce sont les Iraniens qui en paye le prix.

La poursuite de la politique de complaisance de l’UE avec l’Iran l’a mené à enfreindre ses propres lois. Son refus d’appliquer le jugement du 12 décembre 2006 de la Cour européenne de justice est illégal.

Le conseil des ministres de l’UE s’efforce de maintenir l’OMPI malgré une absence de preuve évidente et sans explication juridique ni transparence légale. L’Union européenne doit respecter et appliquer les décisions de sa propre justice. Avec une telle mesure, ils mettraient incontestablement fin à la politique de complaisance avec le régime terroriste en Iran.

Le mois de juin a une signification historique pour la résistance iranienne principalement à cause de deux événements centraux.

Alors que dans le monde aujourd’hui s’opposent deux visions, celle d’un changement de régime à celle d’un changement dans le régime en Iran, le 20 juin 1981, les Iraniens ont été les premiers à se heurter à la dure réalité que les mollahs ne cherchent pas de cœxistence, mais uniquement à dominer. Ce jour-là et moins de deux ans après leur arrivée au pouvoir, les mollahs ont brutalement écrasé une manifestation pacifique d’un demi million de personnes, faisant des centaines de morts. Cet événement a marqué le début d’un règne de terreur. Il marque aussi le début de la résistance.

Tout aussi significatif est le 17 juin 2003 la rafle menée à Auvers-sur-Oise par des autorités françaises contre les bureaux du Conseil national de la Résistance iranienne, à la demande des mollahs. Résultant d’un marchandage honteux avec Téhéran, les événements du 17 juin ont constitué une tragédie pour la lutte du peuple iranien pour la démocratie. Ils couronnaient dix années de politique de complaisance économique, politique et diplomatique, qui a encouragé un régime répressif brutal et a accéléré sa course à l’arme atomique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe