vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: SociétéUn climat sécuritaire sévère à la veille de la présidentielle en Iran

Un climat sécuritaire sévère à la veille de la présidentielle en Iran

Un climat sécuritaire sévère à la veille de la présidentielle en Iran

CNRI – Un haut responsable des forces de sécurité iranien a annoncé que 20 000 unités des forces spéciales seront chargées de la sécurité des élections. Pour sa part, l’ancien ministre des Renseignements des mollahs, Haydar Moslehi, a affirmé que l’« ennemi cherche à provoquer la classe moyenne » pour le pousser à manifester.

À la veille de l’élection présidentielle, le chef des forces spéciales du régime, Hassan Karami, a déclaré que tripler les unités des forces spéciales et leurs équipements allait « envoyer une mise en garde aux ennemis jurés de la révolution islamique ».

Les unités spéciales ont joué un rôle clé dans la répression brutale des soulèvements populaires de 2009.

Le chef des forces de sécurité s’est exprimé à plusieurs reprises sur la nécessité de renforcer les unités spéciales, alors que de nombreuses manœuvres ont été menées par ces unités pendant ces derniers temps.

De plus, l’ancien ministre des Renseignements, Haydar Moslehi, a alerté au sujet d’une autre sédition à la suite de la prochaine présidentielle. Or, cette fois les caractéristiques de la sédition seront différentes, a-t-il estimé. « Car l’ennemi provoque la classe moyenne inférieure, contrairement à 2009 qui a vu la classe moyenne supérieure descendre dans la rue.

S’adressant à un groupe bassidjis à Téhéran, Moslehi a dit espérer que la prochaine sédition interviendra pendant que Khamenei est toujours au pouvoir, car lui seul pourra l’empêcher, a rapporté l’agence de presse ISNA. « Si la sédition intervient plus tard (lorsque Khamenei ne sera plus le Guide suprême), alors peu importe son successeur, il ne sera pas capable de la gérer, comme l’affaire Montazeri, qui si elle s’était passée après la mort de Khamenei, personne n’aurait pu gérer ce problème. »

Concernant Montazeri, Moslehi se référait à l’éviction du dauphin du Guides suprême qui avait protesté contre le massacre des prisonniers politiques en1988 en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe