samedi, novembre 26, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes attaques de la cyber armée du régime iranien sont le signe...

Les attaques de la cyber armée du régime iranien sont le signe de sa faiblesse

Les attaques de la cyber-armée du régime iranien sont le signe de sa faiblesse

Hossein Salami, le commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran, a tenu mardi un discours vantard dans lequel il a affirmé que son organisation terroriste disposait d’une « cyber armée forte de 2 000 bataillons ».

« Nous avons 2 000 cyber bataillons organisés et actifs. La situation s’est améliorée en ce qui concerne les créateurs de contenu, les opérations et l’infrastructure », s’est vanté Salami dans des propos cités par l’État Hamshahri en ligne le 6 septembre.

Salami a également appelé à activer ce qu’il a décrit comme un « réseau national de renseignement », ou simplement à rendre le cyberespace iranien comme celui de la Corée du Nord et à contrôler le flux d’informations.

Ces dernières années, les réseaux de médias sociaux sont devenus très populaires parmi les Iraniens, et les autorités se sont donc pliées en quatre pour contrôler ces plateformes.

Le discours de Salami n’était pas le seul exemple de responsables iraniens faisant la promotion du « pouvoir de la cyber-armée ». En novembre 2021, Gholamreza Soleimani, le chef de l’organisation Basij du CGRI, a annoncé le lancement de près de 3 500 cyber bataillons. Et en mars 2022, un ancien chef du Centre des médias numériques du ministère de la Culture a expliqué le fonctionnement de certains de ses programmes de désinformation en ligne.

« Nous avons créé de nouveaux comptes sur Twitter, en utilisant la personnalité de personnes influents sur Twitter qui étaient principalement des militants contre-révolutionnaires. Le nôtre ne différait que par un seul caractère et était assez similaire au vrai. Nous avons utilisé la même image et le même nom, mais tout était faux. Une fois créés, nous avons commencé nos activités », a déclaré Ruhollah Momen Nasab, qui supervise désormais le projet de loi parlementaire visant à restreindre l’Internet en Iran, dans une interview à la télévision d’État.

Téhéran a investi dans sa cyberpuissance ces dernières années pour cibler ses adversaires à l’étranger et accroître la surveillance intérieure, tandis que les militants ont utilisé les réseaux sociaux pour coordonner les manifestations anti-régime. Téhéran utilise également sa cyber armée comme outil coercitif et pour extorquer et faire chantage aux puissances internationales.

Selon un rapport du Centre d’études stratégiques et internationales du 25 juin 2019, trois organisations militaires jouaient alors un rôle de premier plan dans les cyberopérations : le Corps des gardiens de la révolution iraniens (CGRI), le Basij et l’Organisation de défense passive (NPDO) iranienne. ).’”

Le 7 septembre 2022, l’agence Mandiant Intelligence a publié un rapport sur les activités destructrices du groupe de piratage APT42. Le rapport décrit APT42 comme « un groupe de cyberespionnage parrainé par l’État iranien chargé de mener des opérations de collecte d’informations et de surveillance contre des individus et des organisations d’intérêt stratégique pour le gouvernement iranien.

Dans un rapport complet en avril, la Résistance iranienne a révélé des informations accablantes sur la soi-disant cyber-armée du régime iranien et sur son fonctionnement. Ce rapport a mis en évidence comment la « cyber-armée de Téhéran génère plusieurs comptes qui se soutiennent mutuellement pour maximiser la diffusion de la propagande ».

« Les faux comptes se présentent régulièrement comme des personnalités anti-régime, telles que Maryam Radjavi, Massoud Radjavi… ou même des médias comme la BBC et Iran International », ajoute le rapport.

Dans son étude, « Comment l’IRGC utilise la cyberguerre pour préserver la théocratie », le bureau du CNRI à Washington a fourni des preuves sur la façon dont Téhéran a utilisé sa cyber armée pour inonder Internet de désinformation, ouvrant la voie à la répression des soulèvements populaires.

Le 10 décembre 2020, Treadstone 71, LLC, une société de cyber-renseignement et de contre-espionnage basée en Californie, a publié les détails d’une opération d’influence iranienne soutenue par le renseignement.

« L’IRGC, le MOIS et les unités cybernétiques Basij de bas niveau ont inondé Twitter de près de cent douze mille tweets pendant soixante heures en utilisant des hashtags et du contenu visant à contrôler le récit des médias sociaux« , lit-on dans le rapport.

Contrairement au récit que Salami et d’autres responsables tentent de vendre, le développement de la cyberpuissance de Téhéran est signe de sa faiblesse. Si le régime des mollahs jouit d’une légitimité nationale et internationale, pourquoi doit-il créer de faux comptes pour cibler des dissidents ou pirater des infrastructures à l’étranger ?

Salami a répondu à cette question dans son discours de mardi : « L’ennemi cherche à dominer le cyberespace et à déformer la vérité. Le cyberespace est devenu le champ d’opération le plus dangereux de l’ennemi.

Les réseaux sociaux ont joué un rôle majeur dans l’organisation des récentes manifestations anti régime en Iran.

Bien que les efforts du régime iranien pour renforcer sa cyber armée sont un signe de faiblesse, mais sa menace doit être prise au sérieux. Les puissances occidentales devraient faire des efforts concertés pour saper les attaques malveillantes de Téhéran et s’attaquer à sa capacité de nuisance.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe