lundi, janvier 30, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran RésistanceLe 57e anniversaire de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran

Le 57e anniversaire de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran

Le 57e anniversaire de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran

Mardi, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) a célébré le 57e anniversaire de sa fondation. L’occasion a fourni aux membres et sympathisants l’occasion de célébrer la longue survie du mouvement face à la répression violente des dictatures du Chah et des mollahs. Mais l’OMPI a fait bien plus que survivre en promouvant une alternative démocratique aux deux systèmes répressifs. Ces dernières années, elle est très clairement devenue la première source d’espoir pour la liberté du peuple iranien, ainsi que le principal moteur des soulèvements populaires visant à réaliser le changement de régime en Iran.

Depuis la fin de 2017, il y a eu au moins neuf soulèvements ainsi que d’innombrables manifestations et actes de désobéissance civile. Le premier des soulèvements a duré une grande partie de janvier 2018 et a englobé plus de 100 villes et villages, avec des slogans hardis comme « mort au dictateur ». Face à des défis aussi directs et généralisés à son emprise sur le pouvoir, le guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, a répondu en sapant la propagande de son prulaopre régime (qui nie l’impact du mouvement) pour reconnaître que l’OMPI avait joué un rôle de premier plan dans les troubles et avait « préparé pendant des mois » pour le réaliser.

La reconnaissance tacite par Khamenei de la popularité de l’OMPI a provoqué une recrudescence de la répression aveugle, qui a atteint de nouveaux sommets en novembre 2019 lors d’un autre soulèvement national, celui-ci près de deux fois plus important que son prédécesseur. Avec des foules de manifestants rassemblés dans près de 200 localités, les forces de sécurité ont ouvert le feu sur nombre d’entre eux, tuant environ 1 500 personnes avant d’en arrêter des milliers d’autres. La justice iranienne, alors sous le contrôle de celui qui allait être nommé président en juin 2021, a soumis nombre de ces personnes arrêtées à des tortures pendant plusieurs mois.

Ces actions ont touché des Iraniens de tous horizons et n’ont fait que renforcer le sentiment d’affinité entre la population et les militants courageux de l’Ompi en Iran. Ces militants des Unités de résistance ont continué d’encourager le combat face à la répression et ont notamment réussi à limiter le taux de participation aux élections truquées du régime à environ dix pour cent de la population. Peu de temps après, les unités de résistance ont élargi leurs stratégies pour atteindre le public, prenant contrôle des moyens de diffusion des médias d’État, les systèmes de sonorisation et les sites Web du gouvernement à plusieurs reprises en 2022.

Ces efforts ont reflété les images et les messages de la résistance régulièrement affichés dans les rues et parfois à la place des panneaux d’affichage de propagande du régime. À l’approche des élections qui ont porté Ebrahim Raïssi au pouvoir, l’OMPI a appelé les Iraniens à « voter pour un changement de régime ».

Dans les rues et sur les médias d’État détournées, l’OMPI a transmis les messages de Maryam Radjavi, la présidente élue du CNRI, et de Massoud Radjavi, chef de la résistance iranienne, qui était en 1972 le dernier membre survivant du Comité central de l’OMPI après les exécutions de ses membres fondateurs, Mohammad Hanifnejad, Saeid Mohsen et Ali Asghar Badizadegan.

En fait, l’esprit de résistance reste vivace en Iran et les manifestations anti-gouvernementales restent un phénomène quasi quotidien malgré le fait que le gouvernement Raïssi tente d’instaurer un climat de répression toujours plus fort et pousse le taux d’exécutions à plus du double de celui de l’année précédente. Toujours incapables de revenir sur la reconnaissance par Khamenei de l’influence du MEK en janvier 2018, les autorités du régime mettent de plus en plus en garde contre le potentiel de nouveaux soulèvements. Une étude récente financée par l’État a même révélé que 75 % de la population participerait probablement au prochain mouvement national de soulèvement s’il devait éclater dans un proche avenir.

Documentary: 1988 massacre of 30,000 political prisoners in Iran and the role of Ebrahim Raisi

L’histoire des 57 dernières années ne laisse aucun doute sur le fait que lorsque cela se produira, l’OMPI dirigera le mouvement pour le changement de régime. Il est raisonnable de penser que l’organisation qui a survécu à 57 ans de répression brutale et de propagande inlassable continuera à attirer plus de partisans tant au pays qu’à l’étranger jusqu’à l’effondrement de la dictature théocratique iranienne et l’avènement d’un lran libre et prospère.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe