lundi, février 6, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeInterview révélatrice avec un responsable du régime iranien

Interview révélatrice avec un responsable du régime iranien

Le Dr Hossein Rafiei dans une interview avec le quotidien officiel Mostaghel, avoue de nombreux faits clarifiant les politiques criminelles du régime concernant la pandémie qui a causé le nombre élevé de morts en Iran.

L’Iran est devenu un épicentre important de la pandémie de coronavirus, avec des décès massifs survenus à travers le pays. Au 7 juin, selon le réseau de l’Organisation des moudjahidin du peuple d’Iran (PMOI / MEK), le bilan des décès dus au virus mortel atteignait 50 000 personnes dans 325 villes d’Iran.

Le régime iranien a recouru à une campagne systématique pour blâmer les sanctions américaines comme étant la principale cause de la calamité en Iran. Les lobbies et les apologistes de Téhéran ont fait écho à cette notion. Un rapide coup d’œil sur les médias publics iraniens montre que la propagande du régime est contraire à la réalité.

Le 1er juin 2020, le quotidien d’État Mostaghel a publié sur son site Internet une interview de «Dr. Hossein Rafiei, membre du Conseil national de la paix » qui met en lumière des faits qui clarifient les politiques criminelles du régime concernant la pandémie qui a causé le nombre élevé de morts en Iran.

Cette interview souligne la politique criminelle du régime qui a fait des milliers de morts et propagé le coronavirus à travers l’Iran, ainsi que les moyens financiers dont le régime dispose mais refuse d’utiliser pour aider les gens. Certains de ces points sont:

La politique d’immunité collective du régime iranien a créé la deuxième vague du virus.
Le gouvernement dispose de vastes ressources financières mais ne les a pas utilisées pour lutter contre COVID-19.
Selon les statistiques publiées par la Banque centrale du régime en novembre 2019, la liquidité était d’environ 2282 milliards de tomans et 1376 milliards de tomans y ont été ajoutés. Si la moitié des intérêts étaient prélevés comme impôt, ses 15 billions de tomans pourraient être divisés chaque mois en 2 millions de tomans et donnés à 7,5 millions de familles, environ 30 millions de personnes, pour leurs frais de subsistance.
Ce montant de liquidité est entre les mains de 500 responsables du régime qui l’ont obtenu par la corruption, et seulement avec la moitié de ce montant, le régime peut payer deux millions de tomans par mois pendant 4 ans à dix millions de ménages (40 millions de personnes) .
Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, contrôle neuf grands institutions financières, notamment : les coopératives militaires, la Fondation des martyrs et des anciens combattants, la Fondation pour le logement de la révolution islamique, la Fondation de secours Imam Khomeini, la Fondation Mostazafan, l’Organisation économique Razavi, siège de l’exécution de la directive de l’Imam Khomeiny, le centre de développement économique du futur, et le QG Khatam-al Anbiya des pasdaran. Au cours des 30 dernières années, ces institutions ont progressivement accru leur richesse et leur liquidité. Il n’existe aucune information précise et claire sur le bilan de leurs activités et la richesse de ces institutions, mais selon Reuters, les richesses du siège de l’exécution de la directive de l’Imam Khomeiny s’élève à lui seul à 95 milliards de dollars.
Behzad Nabavi, ministre du gouvernement dans plusieurs administrations, a déclaré dans une interview à l’agence de presse Alef, le 21 septembre 2019 : « Dans notre pays, il y a quatre institutions qui contrôlent 60% de la richesse nationale. Cela comprend le siège de l’exécution de la directive de l’Imam (Setad Ejraie Farman Imam), la base de Khatam-ol-Anbiay, Astan-e Quds et la Fondation des opprimés et des handicapés. La richesse de toutes les institutions économiques sous la tutelle du guide suprême équivaut à mille milliards de dollars. Le bénéfice de dix pour cent de cette fortune est de cent milliards de dollars, avec lesquels il est possible de couvrir les frais de subsistance de dix millions de ménages à faible revenu (quarante millions de personnes). »

Extraits de l’interview:

Q: Quelle approche l’Etat iranien en général et le gouvernement d’Hassan Roani suivent-ils [pour lutter contre le coronavirus]?

R: En Iran, ils ont choisi l’immunité collective. Ils n’ont pas pris la mise en quarantaine au sérieux, puis ont simplement donné des conseils aux gens, les ont laissés voyager pendant les vacances de Nowruz [Nouvel an perse], et craignant un «effondrement économique», les activités économiques ont repris. Étant donné que le gouvernement ne dispose pas des recours financiers nécessaires [les représentants du gouvernement de Hassan Rouhani] ont considéré que permettre la reprise des activités de services économiques était la solution. Pour cette raison, la deuxième vague du coronavirus a recommencé dans de nombreuses provinces et maintenant personne ne peut prédire le résultat (…)

Il est vrai que l’exécutif, en raison des sanctions qui ne permet pas d’exporter le pétrole, la grande corruption des organisations gouvernementales, la faiblesse des fondements économiques, le déficit budgétaire annuel, etc. n’a pas de ressources pour résoudre cette crise. Pourtant, il existe dans le pays d’énormes ressources qui pourraient être utilisées.

Selon les dernières statistiques de la Banque centrale de novembre 2019 (publiées par le quotidien iranien le 15 février), le volume de liquidité est de 2282 billions de tomans, auxquels s’ajoutent quotidiennement 1376 milliards de tomans. Quelque 75% de cette liquidité a été déposée auprès des banques et elles ont reçu un profit quotidien de mille milliards de tomans – avant la réduction des intérêts des banques – et il est dit que 500 personnes contrôlent la majeure partie de ce montant de liquidité. Si la moitié du bénéfice quotidien est considérée comme un impôt, 15 milliards de tomans peuvent être divisés en deux millions de tomans et donnés à sept millions et demi de ménages (environ 30 millions de personnes) chaque mois pour leurs dépenses. Ensuite, nous pourrions nous attendre à ce que ces ménages respectent la quarantaine, aient une chance de vivre et suivent les conseils de santé.

La majeure partie de cette énorme liquidité est contrôlée par certains « initiés » qui sont profondément impliqués dans le détournement de fonds et qui n’ont pas pu rassemblé autant de richesses par le biais d’activités économiques légitimes, propres et dynamiques. La moitié de ce montant sera d’un million de milliards de tomans (mille trillions de tomans). Or, si seulement la moitié de ce montant est alloué au peuple conformément à l’article 49 de la Constitution, il peut être utilisé pour payer deux millions de tomans par mois à dix millions de ménages (quarante millions de personnes) pendant deux ans.

Q: Parallèlement à l’épidémie de coronavirus et au manque de ressources et de crédits nécessaires, notre société a demandé à certaines institutions, qui ne sont pas surveillées, de rendre des comptes. Dans quelle mesure ces exigences sont-elles proches de la réalité? Les coûts potentiels de leur suivi pourraient-ils avoir un sens?

R: Parmi les entités économiques sous la supervision du chef suprême, il y a neuf institutions économiques, notamment: les coopératives militaires, la Fondation des martyrs et des anciens combattants, la Fondation du logement de la révolution islamique, la Fondation de secours Imam Khomeini, la Fondation Mostazafan, l’Organisation économique Razavi, Siège de l’exécution de la directive de l’imam Khomeiny, le centre de développement économique du futur, et le QG Khatam-al Anbiya des Gardiens de la révolution (pasdaran). Au cours des 30 dernières années, ces institutions ont progressivement accru leur richesse et leur liquidité. Il n’existe aucune information précise et claire sur l’équilibre des activités et la richesse de ces institutions, mais selon Reuters, il existe 95 milliards de dollars de richesse au Siège de l’exécution de la directive de l’Imam Khomeiny. Si nous considérons la valeur de cette richesse comme la valeur du jour, et si nous acceptons l’un de nos anciens responsables gouvernementaux (M. Behzad Nabavi, dans une interview accordée à l’agence de presse Alef le 21 septembre) qui a déclaré: «Dans notre pays , il existe quatre institutions qui contrôlent 60% de la richesse nationale. Cela comprend le siège exécutif de la directive de l’Imam (Setad Ejraie Farman Imam), la QG de Khatam-ol – Anbia, Astan-e Quds et la Fondation des opprimés et des handicapés », et si ces informations sont exactes, ce qui devrait être la richesse de tous les institutions économiques sous la supervision du guide suprême équivalent à mille milliards de dollars. Dix pour cent de profit de cette fortune équivaut à cent milliards de dollars, avec lesquels il est possible de couvrir les frais de subsistance de dix millions de ménages à faible revenu (quarante millions de personnes), y compris des propriétaires d’entreprises mal soutenus. Nous serons également en mesure de renforcer l’infrastructure du secteur de la santé, de coordonner les salaires des infirmières et de résoudre d’autres problèmes du gouvernement. Naturellement, la différence de qualité de vie des Iraniens après la répartition équitable de cette énorme richesse se justifie et rationalise la valeur de la prise de risque.

Toutes ces ressources sont disponibles au niveau national et peuvent être utilisées pour lutter contre le coronavirus, réduire l’inflation et même promouvoir le développement dans une certaine mesure. Pourtant, la condition la plus fondamentale pour atteindre ces objectifs est une gestion appropriée et fondée sur des principes, sans rhétorique. Ignorer cela aggravera considérablement les crises émergentes.

Q: Les efforts de l’Iran pour s’adapter se traduisent par quoi?

R: L’Iran n’a pas les bonnes conditions pour lutter contre les complications post-coronavirus et a de sérieux problèmes avec son infrastructure la plus élémentaire. La démocratie est la pierre angulaire de la cohésion, de l’unité, de l’empathie et du développement national qui n’existe pas en Iran.

Nous devons d’abord aborder la question de la démocratie afin de pouvoir résoudre la crise du coronavirus et d’autres crises comme celle-ci. D’une part, environ quatre millions de nos élites entrepreneuriales et technocratiques ont émigré. À cet égard et pendant la pandémie, nous avons vu que des dizaines d’experts iraniens étaient interrogés chaque nuit par des chaînes de télévision de langue persane et non persane, et leurs connaissances et leur expérience étaient utilisées.

Peu se considèrent comme les propriétaires de l’Iran et encouragent officiellement ou officieusement les autres à fuir le pays, offrant aux individus les conditions pour abandonner leur identité iranienne nationale et leur pays. Dans une telle situation, les dirigeants ne se fient pas fondamentalement sur leur peuple, mais ils comptent sur leur pouvoir consolidé. Une puissance consolidée deviendra progressivement fragile et ne durera pas. La fragilité du pouvoir a été mis en évidence dans les incidents [manifestations populaire ] de 2018 et 2019.

Dans un pays où les syndicats de travailleurs et d’enseignants, qui ne sont même pas politiques, sont considérés comme des menaces, cela montre que nos responsables n’ont pas progressé avec le temps. Bien que le coronavirus ait pu choquer nos responsables, il n’est plus possible de développer et même de gérer la société à l’ancienne.
Nous devons accepter que la gestion de la société avec force, bien qu’avec une façade légale, est révolue.

Si nos responsables essaient de comprendre les développements ultérieurs du coronavirus et de changer leurs manières, il y a de l’espoir. Si l’unité nationale est réalisée et que les erreurs du passé sont d’abord acceptées et que les responsables s’excusent ensuite auprès du peuple, nous pouvons espérer que l’Iran restera, et sinon, l’inondation qui conduira à la mauvaise gestion des affaires emportera tout avec elle.