vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeHonorer ceux qui ont été tués ou emprisonnés pour avoir touché à...

Honorer ceux qui ont été tués ou emprisonnés pour avoir touché à la sainteté des mollahs intouchables

Honorer ceux qui ont été tués ou emprisonnés pour avoir touché à la sainteté des mollahs intouchables

Selon des informations en provenance d’Iran, un journaliste affilié à l’État a été appréhendé pour avoir prétendument insulté le chef de la prière du vendredi à Karaj, à l’ouest de Téhéran.

Au milieu des querelles intestines qui s’intensifient au sein du régime, Mohammad-Mehdi Hosseini Hamedani a critiqué un membre du conseil municipal de Karaj parce que sa fille avait passé du temps dans les quartiers chics de Téhéran. Mahyar Taghikhani, un journaliste affilié à l’État, a demandé si Hamedani agirait si sa fille faisait de même.

Cela a suffi pour que le bureau d’Hamedani porte plainte pour diffamation contre Taghikhani, ce qui a finalement entraîné l’emprisonnement de ce dernier. Le pouvoir judiciaire du régime a condamné le journaliste sur la base de la « loi sur le blasphème en Iran ».

Lorsqu’il n’y a plus rien à piller, les voleurs s’affrontent, et c’est précisément pour cette raison que Hamedani a critiqué un responsable du conseil municipal de Karaj et que Taghikhani a publié un article sur Hosseini.

L’arrestation de Taghikhani a suscité beaucoup de remous au sein du régime, obligeant Hamedani à nier avoir porté des accusations contre le journaliste. Mais il a défendu l’arrestation de Taghikhani. « Le pouvoir judiciaire a bien rempli ses fonctions, et il doit continuer à appliquer rigoureusement la loi sur la base des informations pertinentes« , a-t-il déclaré le 20 mai, cité par le journal officiel Aftabnews.

L’arrestation de journalistes en Iran, même ceux liés au régime, n’est pas nouvelle. Selon le dernier rapport de Reporters sans frontières, sous le régime des mollahs, l’Iran se classe 178e sur 180 pays en termes de liberté de la presse.

« Au moins 1 000 journalistes et citoyens-journalistes ont été arrêtés, détenus, assassinés, disparus ou exécutés par le régime des mollahs depuis 1979« , ajoute le rapport.

Le régime iranien appréhende toute personne faisant un pas vers la vérité ou dévoilant les crimes et la kleptocratie des mollahs.

La constitution médiévale du régime iranien considère son règne sinistre comme divin et céleste, et ses responsables criminels comme des personnes sacrées.

À ce titre, tout ce qui porte atteinte à la théocratie au pouvoir en Iran est condamné comme « déviant de l’islam » et punissable.

Des milliers de personnes ont été purgées sous le prétexte de « blasphème » et de « propagation de la corruption sur terre ». Beaucoup d’autres endurent de lourdes peines de prison et subissent diverses tortures.

La Résistance iranienne a récemment révélé des documents accablants de l’Organisation des prisons iraniennes, notamment le nombre de personnes emprisonnées pour des motifs politiques.

Selon cette liste, les prisonniers, incarcérés pour leurs convictions politiques et idéologiques, sont condamnés à de lourdes peines pour avoir insulté les hauts responsables du régime, comme le Guide Suprême Ali Khamenei.

Dans la terminologie judiciaire du régime, les responsables sont considérés comme « sacrés » et les « sanctuaires islamiques » signifient les symboles des mollahs. De nombreux prisonniers subissent de longues peines de prison pour avoir « insulté » Khamenei et d’autres responsables du régime.

L’incarcération systématique et les mauvais traitements infligés aux dissidents, ou à quiconque ose dire la vérité, ne laissent aucune place à un « journalisme » authentique et impartial. Ceux qui tentent d’honorer leur mandat journalistique sont condamnés. Zahra Kazemi, une journaliste canadienne d’origine iranienne, a été arrêtée en 2003 et est morte sous la torture après avoir tenté de prendre des photos d’un rassemblement de familles de prisonniers d’Evin.

Deux reporters de l’environnement, Reyhaneh Yasini et Mashhad Karimi, ont perdu la vie dans un accident de voiture alors qu’ils se rendaient dans le nord-ouest de l’Iran. Il a été révélé par la suite que le bus transportant les deux journalistes avait été saboté alors qu’ils effectuaient des recherches sur une question environnementale liée aux projets des Gardiens de la révolution (pasdaran) dans le nord-ouest de l’Iran.

Les soi-disant « journalistes » actuels en Iran travaillent « volontairement » pour le régime et font partie du « ministère de la vérité » de Téhéran. Ils ont blanchi les crimes des mollahs. S’ils reconnaissent aujourd’hui une partie des réalités du pays, c’est en raison des pressions sociales croissantes.

Les animateurs de la télévision officielle iranienne, comme Ameneh Sadad-Zabih-pour et Ali Rezvani, sont tristement célèbres pour avoir arraché de faux aveux à des dissidents à l’antenne. En février 2013, le département du Trésor des États-Unis a imposé des sanctions à l' »Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), le groupe de tutelle de la radiodiffusion d’État, en tant qu’auteur de violations des Droits de l’Homme. » Ces sanctions ont été imposées, car l’IRIB est « impliqué dans la censure de multiples médias et la diffusion de confessions forcées de détenus politiques. »

Par ailleurs, Téhéran autorise de manière sélective les journalistes à se rendre en Iran pour y effectuer des recherches. Il n’est pas étonnant que ces soi-disant « journalistes » venant d’Iran édulcorent dans leurs rapports les horribles conditions de vie en Iran.

Le journalisme, en tant que noble profession, suppose de rapporter la vérité et de réaliser des contrôles et des équilibres pour faire levier sur le pouvoir de l’opinion publique contre le pouvoir de la règle. Comme cette profession a pratiquement disparu en Iran, se fier aux « sources officielles » n’est rien d’autre que se soumettre à un appareil de propagande qui répand des mensonges en guise de profession. Si le monde libre souhaite sérieusement apprendre la vérité sur l’Iran, ne serait-ce que pour honorer ces précieuses vies perdues pour avoir fait la lumière dans les coins les plus sombres du monde, il devrait commencer par boycotter les sources officielles et s’informer sur les alternatives.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe