dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireTard en soirée, Paris a réagi. Les sanctions visant l’Iran doivent être...

Tard en soirée, Paris a réagi. Les sanctions visant l’Iran doivent être « durcies », a ainsi déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

 Échec à Moscou ; la balle dans le camp de l’Iran

 Une réunion de suivi technique aura lieu à Istanbul le 3 juillet.
L’Orient-Le Jour – 20/06/2012 – À l’issue hier de deux jours de pourparlers à Moscou, l’Iran et les grandes puissances n’ont pas réussi à surmonter leurs divergences sur le programme nucléaire de Téhéran.

« Nous avons présenté nos positions au cours d’échanges qui ont été détaillés, âpres et francs. Après cinq sessions plénières et plusieurs rencontres bilatérales, nous avons commencé à aborder les problèmes critiques », a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, au cours d’une conférence de presse. « Cependant, il est clair qu’il y a des divergences significatives sur l’essentiel entre les deux parties », a-t-elle poursuivi, ajoutant : « La balle est dans le camp de l’Iran.

Nous attendons que l’Iran décide s’il veut faire fonctionner la diplomatie pour que des mesures destinées à rétablir la confiance soient prises et pour répondre aux préoccupations de la communauté internationale. Mais il y a encore beaucoup, beaucoup à faire. » Au cours des négociations, les grandes puissances ont réaffirmé leur demande à l’Iran de cesser ses activités d’enrichissement d’uranium à 20 % et de fermer son usine souterraine de Fordo, a-t-elle souligné. Une réunion au niveau des experts aura lieu le 3 juillet à Istanbul, a précisé Mme Ashton, faisant valoir qu’elle porterait sur des détails techniques plutôt que sur des questions politiques plus larges.

« Les divergences sont très significatives », a déclaré pour sa part le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, représentant la Russie dans les négociations. « C’est justement la raison pour laquelle nous avons eu besoin de cinq réunions plénières et de nombreuses rencontres bilatérales », a-t-il ajouté, cité par l’agence Interfax.

De son côté, le négociateur iranien Saïd Jalili a estimé que cette session de discussions avait été plus sérieuse et plus réaliste que les précédentes, mais il a réaffirmé que l’enrichissement de l’uranium était un droit garanti à l’Iran et qu’il n’y avait pas de raison de douter des intentions pacifiques du programme nucléaire iranien. Il a réaffirmé en outre que les résolutions du Conseil de sécurité visant l’Iran étaient « illégales », mais a souhaité néanmoins un nouveau cycle de négociations.

« Nous espérons que la rencontre technique (du 3 juillet) aboutira à des conclusions acceptables et fera des propositions de sorte que Mme Ashton et moi-même puissions décider de la date et du lieu des prochaines négociations », a-t-il ajouté. L’Iran a proposé quatre axes de coopération : la confiance, la coopération pour la transparence, la lutte contre la prolifération des armes nucléaires et la coopération nucléaire, a souligné M. Jalili. « Nous insistons sur le fait que la coopération peut s’engager lorsque des gestes sont faits de part et d’autre, des gestes qui ne sont pas contraires aux droits de l’Iran », a-t-il insisté.

Nouvelle guerre ?
Tard en soirée, Paris a réagi. Les sanctions visant l’Iran doivent être « durcies », a ainsi déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius. « La pression doit désormais s’accroître sur l’Iran avec la pleine application le 1er juillet par l’Union européenne de l’embargo pétrolier décidé en janvier dernier. Les sanctions continueront d’être durcies tant que l’Iran refusera de négocier sérieusement », a-t-il ajouté.
La menace d’enlisement, voire de rupture des discussions avec l’Iran, alimente l’hypothèse d’une intervention militaire d’Israël, qui a menacé de bombarder les sites nucléaires iraniens en cas d’échec des efforts diplomatiques. La réunion de Moscou est la troisième du genre depuis que l’Iran et les Occidentaux ont renoué le dialogue en avril après quinze mois d’interruption.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe