lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireSelon le CNRI, les sociétés en Iran visées par les sanctions de...

Selon le CNRI, les sociétés en Iran visées par les sanctions de l’ONU ont été rebaptisées

Associated Press, 23 février – Face à l’imminence d’une nouvelle épreuve de force entre l’Iran et les puissances occidentales, la secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, a déclaré jeudi que l’Amérique et ses alliés passeraient par le Conseil de sécurité et emploieraient tous les autres « moyens à disposition» pour ramener Téhéran à la négociation sur son programme nucléaire.

L’Agence internationale de l’Énergie atomique a rapporté jeudi que l’Iran avait accéléré ses activités d’enrichissement d’uranium au lieu de se soumettre aux demandes internationales réclamant leur halte.
 
Ce constat a des chances de pousser le Conseil de sécurité vers des sanctions plus larges que celles relativement limitées imposées le mois dernier…
 
Le refus de Téhéran de geler toutes ses activités liées à l’enrichissement a encouragé le Conseil de sécurité à imposer le 23 décembre des sanctions contre ses programmes nucléaires et missiles, ainsi que contre les personnes y participant. Là, il avait donné au pays 60 jours pour stopper l’enrichissement, faute de quoi, l’Iran ferait face à des mesures supplémentaires.
 
Des discussions sur une nouvelle résolution visant à faire pression sur l’Iran pour qu’il suspende son enrichissement doivent débuter la semaine prochaine, a annoncé un diplomate du Conseil de sécurité à New York, parlant sous couvert de l’anonymat en raison de la nature délicate du sujet.
 
Une partie de ces sanctions concernent les sociétés suspectées de jouer un rôle dans le programme nucléaire de l’Iran, mais un groupe iranien dissident affirme que Téhéran contourne ces mesures en rebaptisant ces sociétés ou bien en les déguisant, ou en en créant d’autres.

Selon une liste qu’Associated Press s’est procuré jeudi avant sa publication générale, le Conseil national de la Résistance iranienne affirme que les sociétés soumises à ces sanctions et qui ont été rebaptisées sont Farayand Technique Company et Pars Thrash Company. Les nouvelles sociétés nommées pour travailler sur le programme d’enrichissement iranien tout en évitant les sanctions sont Tamin Tajhizat Sanayeh Hasteieh, Shakhes Behbood Sanaat et Sookht Atomi Reactorhaye Iran.

Toutes sont dirigées par Gholamreza Aghazadeh, chef des programmes d’énergie atomique de l’Iran, et certaines autres ont à leur tête des personnes dont le nom figure sur la liste du Conseil de sécurité des individus impliqués dans le programme nucléaire iranien, selon le groupe, branche politique des Moudjahidine du Peuple d’Iran, qui prône le renversement du gouvernement islamique d’Iran.

Aucune autre déclaration indépendante ne vient confirmer les informations fournies par ce groupe, classé par les États-Unis et l’Union européenne parmi les organisations terroristes. Mais ce même groupe a divulgué par le passé les activités nucléaires iraniennes secrètes du pays, confirmées par la suite par l’AIEA et différents gouvernements.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe