mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireReuters : le gouvernement américain précise que les sanctions bancaires contre le...

Reuters : le gouvernement américain précise que les sanctions bancaires contre le régime iranien sont toujours en vigueur

Reuters : le gouvernement américain précise que les sanctions bancaires contre le régime iranien sont toujours en vigueur

Le gouvernement américain a rappelé en privé aux gouvernements des autres pays et aux banquiers américains que les sanctions bancaires contre le régime iranien restent en vigueur jusqu’à ce que ce pays respecte pleinement l’accord nucléaire conclu en juillet dernier. Cette mise en garde s’adresse notamment aux entreprises occidentales qui se sont précipitées pour investir dans le secteur pétrolier en Iran.

Le Département d’Etat américain a récemment envoyé un message à toutes ses ambassades à travers le monde pour réaffirmer que les sanctions contre le régime iranien sont toujours en vigueur, ont dit vendredi à Reuters des sources diplomatiques et gouvernementales.

Ce message souligne que les sanctions contre le régime iranien ne serait pas levées jusqu’à ce que l’Agence internationale de l’énergie atomique vérifie le respect de la part de ce régime de toutes les clauses de l’accord nucléaire signé en juillet 2015.

« Le gouvernement américain veut ainsi dire aux gouvernements des autres pays de ne pas partir de façon précipitée en Iran pour faire des affaires dans ce pays », a déclaré une source diplomatique basée à Londres.

La date d’un possible allègement des sanctions occidentales n’est pas encore déterminée, mais les experts disent que certaines transactions financières internationales avec des entités basées en Iran pourraient être possibles l’an prochain si le régime iranien respecte pleinement les clauses de l’accord.

Les lois américaines permettent au gouvernement des Etats-Unis de faire appliquer des sanctions, en ciblant les institutions financières dans différents pays qui font des affaires avec « National Iranian Oil Company » et ses filiales. Les entreprises qui ne respecteraient pas les sanctions risquent des amendes, des gels d’avoirs et d’être coupées du système bancaire américain.

En 2014, les États-Unis ont imposé une amende record à BNP Paribas. Cette banque française a accepté de payer une amende de près de 9 milliards de dollars en raison des accusations selon lesquelles BNP Paribas n’a pas respecté les sanctions en vigueur contre les régimes de Soudan, de Cuba et de l’Iran.

Le « Plan d’action conjoint » signé le 14 juillet 2015 par le régime iranien et les six puissances mondiales, notamment les Etats-Unis, impose des limites strictes au programme nucléaire de Téhéran, en échange d’un allègement des sanctions.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe