mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeRaid US contre cellules liées à l'Iran en Irak: 25 "criminels" tués...

Raid US contre cellules liées à l’Iran en Irak: 25 « criminels » tués (armée)

Agence France Presse  – L’armée américaine a affirmé avoir tué vendredi environ 25 "criminels" au cours d’une opération près de Baqouba au nord de Bagdad, visant des cellules soutenues par l’Iran.

Les militaires, qui menaient leur opération à l’ouest de Baqouba, à 60 km au nord de Bagdad, ont été "la cible d’un feu nourri d’un groupe armé retranché dans des positions défensives", selon un communiqué de l’armée.

Les soldats ont riposté, "mais l’ennemi a encore intensifié ses tirs et un soutien aérien a été appelé pour éliminer la menace". Les assaillants "ont manoeuvré agressivement" vers les militaires américains qui ont aussi "observé un individu armé en possession de ce qui semblait être une arme anti-aérienne".

"Le soutien aérien est intervenu, tuant environ 25 criminels et détruisant deux bâtiments", affirme le communiqué.

L’opération "visait un commandant des +groupes spéciaux+ liés à des membres des Gardiens de la révolution iraniens, impliqué dans des activités criminelles et les mouvements d’armes en Irak venus d’Iran", selon le texte.

L’armée américaine est engagée depuis des mois dans une lutte acharnée contre des cellules de combattants chiites, que Washington accuse d’être le fer de lance d’une guerre par procuration menée par l’Iran.

Connues sous l’appellation de "groupes spéciaux", ces unités clandestines reçoivent, selon les services américains, une aide financière et matérielle de l’Iran, ainsi qu’un entraînement à la guérilla. Téhéran dément ces accusations.

Le commandement américain en Irak accuse l’Iran de livrer à des groupes armés irakiens des Misagh-1 capables d’abattre des hélicoptère ou des avions américains.

Le 20 septembre, l’armée américaine a arrêté un ressortissant iranien au Kurdistan irakien (nord), qu’elle accuse d’être un agent de Téhéran chargé d’entraîner des "éléments extrémistes" en Irak et d’y mener des opérations ciblant les forces irakiennes et celles de la coalition.

La nouvelle opération de vendredi intervient dans un contexte de tension grandissante entre l’armée américaine et les principales formations chiites irakiennes -qui toutes disposent de milices armées-, mécontentes d’un vaste programme américain de mobilisation de groupes de combattants sunnites pour combattre al-Qaïda.

Fin août, le leader radical chiite Moqtada Sadr avait annoncé une trêve des attaques de sa puissante milice, l’armée du Mahdi.

"Nous continuerons à faire preuve de mesure envers ceux qui respectent leur promesse", souligne le communiqué américain.

"Mais nous ne ferons pas preuve de la même retenue envers les criminels qui déshonorent leur promesse en attaquant les forces de sécurité", met en garde le commandement américain, assurant qu’il "prendra les mesures nécessaires contre ces criminels".

L’Iran a toujours rejeté les accusations d’ingérences en Irak et estime que "l’occupation" américaine est à l’origine des maux de l’Irak.