vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismePour stabiliser le Moyen-Orient, il faut affaiblir les Pasdaran iranien

Pour stabiliser le Moyen-Orient, il faut affaiblir les Pasdaran iranien

Pour stabiliser le Moyen-Orient, il faut affaiblir les Pasdaran iranien

Les profits qui financent la terreur : de nouveaux rapports examinent les tentacules financiers du corps des gardiens de la révolution

Le corps des gardiens de la révolution islamique (Pasdaran) a le contrôle exclusif de près de la moitié des docks du pays et les utilise pour échapper aux sanctions, pour exporter des armes à ses mandataires en violation des embargos internationaux et pour mener à bien des activités illégales.

Ceci est basé sur un nouveau rapport de l’opposition iranienne en exil du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)/ moudjahidines du peuple iranien (OMPI), qui comporte des informations et des photographies de 90 docks qui sont contrôlés par les Pasdaran au sud de l’Iran, publiées dans un article de Patrick Goodenough sur cnsnews le 8 mars 2017. Voici la suite de l’article :

Publié lors d’une conférence de presse à Londres mardi, le rapport met à jour les activités d’un vaste empire que le gouvernement Trump pense à classer comme une organisation terroriste étrangère.

De plus, le bureau américain du CNRI lancera un nouveau livre mercredi qui dévoile les façons dont les Pasdaran et le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, ont pendant ces huit dernières années notamment, étendu leur contrôle sur les grands acteurs de l’économie iranienne, utilisant les profits pour soutenir le terrorisme.

Le livre intitulé : « L’expansion de l’empire financier des gardiens de la révolution : comment le Guide suprême et les Pasdaran volent les gens et financent le terrorisme international », met en garde les compagnies occidentales qui cherchent à faire affaire avec le secteur « privé » en Iran, maintenant que les sanctions ont été levées grâce à l’accord sur le nucléaire. Il est pratiquement certain qu’elles feront affaire avec « Khamenei et les Pasdaran. »

Il affirme : « Derrière les banques officielles et les compagnies se cache un réseau d’institutions contrôlées par la théocratie et notamment les Pasdaran. »

« Les compagnies, les gouvernements et les citoyens occidentaux qu’ils représentent ne peuvent pas éviter la réalité. C’est-à-dire que ceux qui dirigent l’économie iranienne sont ceux qui répriment la population iranienne et exportent le terrorisme et l’idéologie intégriste qui menace l’Occident. »

L’évènement de mercredi comporte un panel de discussion examinant les options pour contrer la menace posée par les Pasdaran.

Le rapport publié mardi à Londres affirme que les Pasdaran financent ses activités en faisant passer illégalement des biens allant du pétrole et du gaz, aux cigarettes et narcotiques, avec des importations et des exportations par les docks d’une valeur de 12 milliards de dollars par an.

Les ports sous leur contrôle sont situés dans le Golfe persique – dans les provinces frontalières comme Bushehr et Hormozgan et les îles du Golfe de Farsi – où la flotte des Pasdaran a capturé et humilié les marins américains après que leur petite patrouille soit entrée dans les eaux iraniennes sans le vouloir en janvier 2016 – et Faror.

Sous les ordres de Khamenei, le rapport indique que, « aucune autorité n’est autorisée à surveiller les activités des Pasdaran aux frontières terrestres, maritimes et aériennes et ils peuvent importer tout ce qu’ils souhaitent dans n’importe quelles quantités sans payer de taxes. »

Les Pasdaran contrôlent également les bateaux et les tanks de pétrole, dont certains sont loués par d’autres pays – comme le Venezuela – avec des fonds allant directement dans les coffres des Pasdaran.

Le CNRI/OMPI affirme que selon ses sources au sein du régime, les Pasdaran utilisent ses docks pour envoyer des armes à ses mandataires dans la région, comme les milices houthis au Yémen, avec des armes entrées illégalement par les ports en Oman (pour éviter le blocage des bateaux iraniens dans les ports yéménites.)

Une compagnie de transport maritime des Pasdaran, Admiral Group, a été fondée il y a cinq ans par les fils d’Ali Shamkhani, un ancien commandant de la marine des Pasdaran et ministre de la Défense, qui est désormais secrétaire du Conseil suprême national de sécurité du régime.

Selon le CNRI, la compagnie, qui possède neuf bateaux « a été engagé spécifiquement pour envoyer des armes au Yémen. »

D’autres compagnies de transport maritime impliquées dans de telles activités ont été identifiées comme étant Hafez Darya Arya et Valfarj.

Pour stabiliser le Moyen-Orient, il faut affaiblir les Pasdaran

Le membre du Comité des affaires étrangères au CNRI, Hossein Abedini, a déclaré que les révélations concernant le contrôle des Pasdaran des ports soulignent que l’organisation « utilise tous les moyens possibles, dont les leviers économiques, pour exporter l’extrémisme islamique et le terrorisme qui en émane. »

Il a souligné que de nombreuses compagnies iraniennes avec lesquelles les entreprises occidentales souhaitent faire des affaires « sont affiliées aux Pasdaran et les revenus générés par ces transactions du côté iranien, sont utilisés en pratique pour financer le terrorisme et l’intégrisme. »

Abedini a demandé que les Pasdaran soient désignés comme une organisation terroriste, et qu’ils soient visés entièrement dans des « sanctions sérieuses et complètes », avec toutes les entités étrangères qui font affaire avec eux.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe