lundi, février 6, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceOpposants iraniens en Irak : manifestation à Genève

Opposants iraniens en Irak : manifestation à Genève

ATS (Suisse), 9 avril – Des familles des opposants iraniens en Irak ont protesté jeudi à Genève devant le siège du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. Ils ont dénoncé les restrictions imposées aux résidents du camp d'Achraf et la menace de les expulser.

"Les déclarations du conseiller irakien à la sécurité nationale sur le déplacement forcé des résidents d'Achraf dans le désert irakien ne pourront conduire qu'à une catastrophe humanitaire", affirme un communiqué des Moudjahidine du Peuple.

Dans une pétition, ils demandent au gouvernement irakien de reconnaître les droits des résidents d'Achraf et de renoncer à toute forme d'extradition ou de déplacement forcé sur son territoire et de lever toutes les restrictions. Selon le mouvement d'opposants, trois médecins irakiens ont été empêchés de se rendre au chevet de malades dans le camp d'Achraf.

L'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) a dénoncé également jeudi le risque de voir les autorités irakiennes renvoyer en Iran les 3500 membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), résidant au camp d'Achraf en Irak depuis 22 ans.

Camp encerclé

"Selon les dernières informations reçues, les forces de sécurité irakiennes ont encerclé le camp pour empêcher les personnes d'y entrer ou d'en sortir. Ce développement fait suite à plusieurs déclarations tant par les autorités irakiennes qu'iraniennes, appelant à l'expulsion de l'OMPI d'Irak et à la fermeture du camp", a affirmé l'ONG.

Les opposants iraniens réfugiés en Irak pour "fuir la persécution et organiser la résistance contre le régime iranien" encourent "de graves risques de torture et autres violations sérieuses des droits de l'homme au cas d'un retour involontaire en Iran", souligne l'ONG.

Le 1er janvier, les Etats-Unis ont transféré au gouvernement irakien la responsabilité de la protection du camp d'Achraf sur la base de garanties qu'ils disaient avoir reçues de Bagdad. L'OMCT a appelé les autorités américaines à entreprendre "les démarches nécessaires pour assurer la protection effective des résidents d'Achraf".

Invoquant des "risques de friction avec l'Iran", le conseiller irakien à la sécurité nationale Mouaffak al-Roubaie avait indiqué le mois dernier envisager de déplacer les résidents du camp vers d'anciennes bases militaires abandonnées aux Irakiens par les Américains dans le désert d'Al-Anbar (ouest) et près de Samawa (sud).