samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe doute sur la finalité du projet d’accord nucléaire avec le régime...

Le doute sur la finalité du projet d’accord nucléaire avec le régime iranien

Le doute sur la finalité du projet d’accord nucléaire avec le régime iranien

Vendredi dernier, le régime iranien a présenté sa réponse officielle à une proposition américaine concernant le « texte final » de l’accord visant à rétablir l’accord nucléaire de 2015 ou Plan d’action global conjoint. Cependant, les autorités du régime et les médias d’État sont restés vagues sur ce sujet, évitant les délais ou les engagements fermes et estimant que le processus de négociation pourrait s’étendre jusqu’en septembre.

Entre-temps, 50 membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont écrit une lettre au président américain exhortant son administration à sortir de ce processus et à rejeter le JCPOA, plutôt que de risquer de mettre en œuvre un accord qui profite excessivement au régime iranien tout en échouant à stopper définitivement sa progression vers l’arme nucléaire.

Les inquiétudes concernant ces progrès se sont encore amplifiées mercredi lorsque l’Agence internationale de l’énergie atomique a publié un rapport confirmant qu’une installation nucléaire souterraine à Natanz avait commencé à alimenter en uranium la deuxième des trois « cascades » de centrifugeuses d’enrichissement avancées. Cette décision marque la dernière d’une longue série d’escalades du régime iranien visant manifestement à faire pression sur ses partenaires de négociation occidentaux pour qu’ils concèdent les derniers points de désaccord sur le JCPOA.

Aux termes de cet accord de 2015, le régime iranien devait limiter son enrichissement à 3,67 % de pureté fissile et éviter de stocker plus de 300 kg de substance. Aujourd’hui, le régime enrichit l’uranium à 60 %, ce qui le place à une courte étape technique de la qualité militaire, et son stock est passé à au moins 3 800 kg, ce qui donne au régime plus qu’assez pour développer une arme nucléaire s’il décide de « s’échapper ».

De nouvelles questions se sont posées sur les implications possibles de ces avancées dimanche lorsque les détails du soi-disant texte final sont parvenus à la presse internationale. Il est maintenant prévu que la remise en œuvre complète du JCPOA se déroulera en quatre phases sur 165 jours, mais il est actuellement difficile de savoir si ce processus impliquera l’imposition de restrictions substantielles sur l’activité nucléaire du régime iranien avant ou après que le régime aura accès aux actifs non gelés et autres avantages économiques.

Depuis que les négociations pour relancer le JCPOA ont commencé à Vienne il y a près de 18 mois, les responsables iraniens ont fait valoir que les États-Unis devraient lever toutes les sanctions contre le régime avant qu’il ne reprenne le respect actif des conditions initiales. Dans certains cas, ces responsables sont même allés jusqu’à affirmer qu’il devrait y avoir du temps pour que les avantages s’accumulent avant qu’une telle conformité ne soit attendue. Et peut-être le plus alarmant, un point de blocage clé dans les négociations depuis la fin de l’année dernière a été l’insistance de Téhéran pour que les États-Unis retirent les paramilitaires extrémistes du régime, le Corps des gardiens de la révolution islamique, de leur liste d’organisations terroristes étrangères, comme condition préalable à tout accord.

Dans le sillage de la présentation par l’Union européenne de son « texte final » en août, les responsables américains ont commencé à exprimer un plus grand optimisme quant aux perspectives d’une percée tout en affirmant que Téhéran avait finalement abandonné son ultimatum concernant le CGRI. Cependant, les signataires de la lettre de jeudi au président américain – 34 démocrates et 16 républicains – ont exprimé leur scepticisme sur ce point, ce qui correspond aux informations des médias d’État iraniens suggérant que Téhéran avait simplement changé de cap pour rechercher un allégement des sanctions ciblées, plutôt que la suppression pure et simple de l’appellation terroriste.

« La disposition signalée susmentionnée crée un précédent troublant », ont écrit les législateurs américains en référence à un extrait du projet de texte récemment publié. « Nous craignons que cela ne dilue considérablement l’efficacité des sanctions liées au terrorisme contre le CGRI, la branche terroriste paramilitaire de l’Iran, et fournisse à l’organisation une voie pour échapper aux sanctions. »

Bien que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ait exprimé sa conviction que le processus sera conclu dans quelques jours, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a renforcé l’idée que ce processus s’étendrait jusqu’en septembre lorsqu’il a déclaré qu’il restait des problèmes. « que nous devons renforcer dans le texte. »

Amir-Abdollahian a spécifiquement fait référence à la demande persistante de Téhéran pour la clôture d’une enquête de l’AIEA sur les dimensions militaires passées du programme nucléaire iranien – une enquête qui ne reste ouverte que parce que les autorités du régime ont refusé de fournir des explications complètes et crédibles sur la présence de matières nucléaires sur trois sites non déclarés dont l’agence a obtenu des échantillons après la mise en œuvre du JCPOA.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe