jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLa position nucléaire du régime iranien et l'instabilité sociale en Iran

La position nucléaire du régime iranien et l’instabilité sociale en Iran

La position nucléaire du régime iranien et l'instabilité sociale en Iran

Au cours des dernières années, l’aggravation de la crise économique en Iran a contribué à de nombreux troubles publics, y compris deux soulèvements à l’échelle nationale qui ont présenté des appels explicites à un changement de régime. Alors que les négociations nucléaires à Vienne reprenaient cette semaine, ces troubles ont persisté dans un certain nombre de régions, soulignant le fait que le peuple iranien tient le gouvernement actuel pour responsable de ses difficultés et a peu d’espoir que les efforts de Téhéran pour supprimer les sanctions économiques se traduiront réellement par de meilleures conditions économiques.

En décembre 2017, une manifestation a été organisée dans la ville de Mashhad pour exprimer des griefs concernant l’inflation, le chômage et la corruption gouvernementale associée. Cela a déclenché de manière inattendue le premier des soulèvements, qui s’est étendu à plus de 100 villes et villages. À l’époque, le Guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, a accusé le principal groupe d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), d’avoir aidé à populariser des slogans tels que « à bas le dictateur » tout en organisant activement les manifestations.

En novembre 2019, l’OMPI a également été tenu pour responsable de la résurgence du soulèvement, qui a touché presque immédiatement près de 200 localités. La continuité de ces soulèvements, l’audace de leurs messages et le rôle de l’OMPI ont tous contribué à la décision du régime de réprimer beaucoup plus férocement la deuxième série de manifestations. Les forces de sécurité et les paramilitaires du régime, le Corps des gardiens de la révolution islamique, ont ouvert le feu sur la foule, tuant environ 1 500 personnes en quelques jours seulement.

Cela a été largement reconnu comme la répression la plus sanglante contre la dissidence depuis de nombreuses années, et a été aggravée par le fait que des milliers d’autres militants ont été arrêtés pendant et après le soulèvement, dont beaucoup ont été soumis à des mois de torture dans des prisons iraniennes. La sévérité de la réponse de Téhéran souligne la profondeur de sa hantise de l’opposition organisée et en particulier de l’OMPI. Cela avait auparavant conduit les autorités iraniennes à massacrer 30 000 prisonniers politiques au cours de l’été 1988.

Les autorités du régime étant prêtes à augmenter le nombre de morts à des milliers, il va de soi que le régime se voit aujourd’hui particulièrement vulnérable face à une opposition organisée. Étant donné que cette opposition a apparemment été alimentée par la crise économique, il est naturel que la résolution de cette crise serait une priorité absolue pour la direction du régime.

Cependant, l’impasse mondiale persistante sur le programme nucléaire iranien suggère que ce n’est pas le cas. En refusant obstinément de démanteler ce programme ou même de mettre un terme à son accélération depuis que l’accord nucléaire de 2015 a été mis en vie il y a trois ans, Téhéran a montré sa décision de gaspiller les ressources de l’Iran pour une projection de force à l’étranger, alors qu’il pourrait utiliser ces mêmes ressources pour résoudre les problèmes qui sont devenus une force motrice derrière les manifestations populaires au cours des derniers mois.

La semaine dernière, les agriculteurs d’Ispahan se sont réunis dans le lit asséché de la rivière Zayandeh Roud pour exiger l’ouverture d’un barrage en amont. Loin d’accéder à cette demande raisonnable ou même d’y répondre publiquement, les autorités du régime ont violemment attaqué et dispersé les manifestants, pour découvrir qu’ils sont revenus le lendemain et ont reçu le soutien à la fois dans la rue et sur les réseaux sociaux d’une population militante beaucoup plus large.

Les récents affrontements suivent à peu près le même schéma que les soulèvements de 2018 et 2019, sans parler de nombreux cas de troubles à plus petite échelle. Cela montre que le régime s’appuie très fortement sur la répression violente pour faire taire les griefs du public, et qu’il n’a aucun plan pour répondre à ces griefs de manière consistante. En même temps, cela montre que la répression violente ne s’avère pas aussi efficace que Téhéran l’avait prévu – un fait qui a sans aucun doute laissé les mollahs désireux de trouver d’autres moyens d’affirmer leur force.

Les négociations nucléaires offrent au régime un débouché parfait pour ses ambitions, car elles attirent l’attention sur l’acquisition potentielle par Téhéran de l’arme ultime tout en permettant aux autorités iraniennes de se vanter de tenir tête à leurs adversaires occidentaux tout en exigeant des concessions qui enrichiraient le régime et d’étendre sa capacité à projeter sa force et à réprimer la dissidence.

Bien entendu, les négociations ne peuvent remplir cette fonction que parce que les adversaires occidentaux en question n’ont pas sérieusement repoussé le comportement provocateur de Téhéran. Avant même l’ouverture des négociations à Vienne plus tôt cette année, les Iraniens ont décidé
clair qu’ils ne participeraient que si les représentants des États-Unis étaient séparés. Puis, en juin, c’est l’Iran qui a interrompu les négociations alors qu’elles étaient encore en cours, citant l’élection présidentielle iranienne comme raison pour laquelle l’ensemble du processus devrait être réévalué.

Dès la reprise des pourparlers de Vienne lundi, Téhéran a commencé à réitérer sa demande de levée immédiate de toutes les sanctions américaines, avant que toute autre mesure ne soit prise pour rétablir l’accord nucléaire de 2015. C’est, bien sûr, un échec pour les participants occidentaux à ces pourparlers, d’autant plus que le régime iranien a fait de gros investissements pour faire avancer son programme nucléaire depuis que l’accord a commencé à se rompre. Il enrichit maintenant de l’uranium jusqu’à 60 % de pureté fissile et a produit des matières vitales pour une ogive nucléaire n’ayant aucune fonction civile.

Ce faisant, le régime iranien a refusé des investissements comparables à une population assiégée et a en fait rendu nettement moins probable que le pays reçoive finalement un allégement des sanctions. Comme pour les affaires intérieures de l’Iran, l’objectif principal ici est clairement de projeter une image de force, mais le résultat principal est plus susceptible d’être que Téhéran deviendra plus vulnérable face à l’opposition coordonnée d’adversaires tant dans le pays qu’à l’étranger.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe