mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire: le G8 menace l'Iran de "nouvelle mesures"

Nucléaire: le G8 menace l’Iran de « nouvelle mesures »

Agence France Presse –  Les pays du G8 ont menacé vendredi de prendre de "nouvelles mesures" à l’encontre de l’Iran si Téhéran continue à refuser de suspendre l’enrichissement d’uranium comme le demande la communauté internationale.

"Nous sommes toujours unis dans notre détermination à mettre fin aux inquiétudes sur la prolifération suscitées par le programme nucléaire de l’Iran", soulignent les Etats-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, l’Italie, le Japon, l’Allemagne et le Canada dans un communiqué publié à l’issue de leur sommet en Allemagne.

"Nous regrettons que l’Iran n’ait pas" respecté à ce jour les résolutions de l’ONU lui demandant d’arrêter son programme d’enrichissement de l’uranium, et "nous soutiendrons de nouvelles mesures au cas où l’Iran continuerait à ne pas remplir ses obligations", souligne le texte.

L’Iran est resté sourd aux injonctions du Conseil de sécurité qui a exigé dans trois résolutions successives (dont deux assorties de sanctions) qu’il suspende ce programme.

Les grandes puissances font de la suspension de l’enrichissement de l’uranium un préalable à l’engagement de négociations avec Téhéran sur des sujets de coopération, notamment sur le thème du nucléaire civil.

Si Téhéran parvient à donner des garanties à la communauté internationale que son programme nucléaire n’est "que de nature pacifique", alors "un chapitre complètement nouveau pourrait s’ouvrir dans nos relations avec l’Iran, non seulement dans le secteur de l’énergie nucléaire, mais aussi dans les domaines politique, économique et technologique", dit le G8.

L’ouverture de négociations entre les grandes puissances et Téhéran reste liée pour les grandes puissances à l’acceptation du mécanisme de "double suspension": suspension des activités d’enrichissement nucléaire contre suspension des sanctions adoptées par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Les grandes puissances craignent que la République islamique ne détourne son programme nucléaire civil à des fins militaires.

Téhéran a toujours démenti que son programme nucléaire civil ait un but militaire, affirmant simplement vouloir assurer l’approvisionnement de ses centrales nucléaires.