jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire iranien: Paris espère que Conseil de sécurité adoptera rapidement une nouvelle...

Nucléaire iranien: Paris espère que Conseil de sécurité adoptera rapidement une nouvelle résolution

The Associated Press – Après l’accord à Six conclu mardi à Berlin, la France compte sur l’adoption rapide par le Conseil de sécurité de l’ONU d’une troisième résolution de sanctions contre l’Iran, qui refuse de geler ses activités nucléaires sensibles comme l’enrichissement de l’uranium, a indiqué vendredi le ministère des Affaires étrangères.

"Aujourd’hui le travail se passe en priorité aux Nations unies et nous espérons arriver rapidement à l’adoption d’une résolution par le Conseil de sécurité", a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay, Pascale Andreani, au cours d’un briefing de presse.

Selon elle, l’adoption de ce texte, qui prévoit de "nouvelles sanctions" contre l’Iran dépend désormais "des discussions à New York", sans que l’on sache si elles seront longues ou pas.

La Russie, qui fait partie du groupe des Six (avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et la Chine) impliqués dans les discussions sur le nucléaire iranien, a d’ores et déjà fait savoir que le nouveau projet de résolution ne contient "aucune sanction dure" à l’encontre de Téhéran.

Selon une copie du projet obtenue vendredi par l’agence Associated Press, la nouvelle résolution prévoit d’allonger la liste des individus et entités dont les avoirs sont gelés, elle appelle tous les pays à "faire preuve de vigilance" dans la conclusion de nouveaux accords financiers avec l’Iran, elle appelle aussi à la "vigilance" dans les relations financières avec les banques basées en Iran et "en particulier les banques Melli et Saderat ainsi que leurs filiales et succursales à l’étranger".

Le texte demande à tous les pays d’inspecter les livraisons venant de ou à destination de l’Iran si l’on suspecte une tentative de violation de l’embargo, et d’empêcher l’entrée ou le passage des personnes impliquées dans le programme nucléaire iranien.

Pour la première fois, l’ONU viserait aussi le matériel et la technologie pouvant être utilisés dans les programmes nucléaires civils et militaires, à part sous l’égide de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et pour "l’utilisation exclusive dans des réacteurs à eau légère" à condition que la commission onusienne contrôlant les sanctions soit prévenue.

Cependant le projet de résolution souligne que les Six restent disposés à reprendre des négociations avec l’Iran sur la base de l’offre mise sur la table en juin 2006, que Téhéran a rejetée.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe