samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieNew York Times : seules les entreprises affiliées à Pasdaran bénéficient de contrats...

New York Times : seules les entreprises affiliées à Pasdaran bénéficient de contrats européens

New York Times : seules les entreprises affiliées à Pasdaran bénéficient de contrats européens

Les sociétés iraniennes ayant des liens avec l’État, comme le corps des  gardiens de la révolution islamique (Pasdaran), sont les seules entreprises bénéficiant de contrats majeurs annoncés par les entreprises européennes, le New York Times a rapporté vendredi.

Selon le journal : « Quelques semaines seulement après ce qui était annoncé comme le chaos post-sanctions concernant l’argent occidental et l’expertise en Iran, des limites à l’ouverture du pays commencent à émerger alors que le gouvernement conservateur cherche à limiter l’influence de l’occident. »

« Derrière les gros titres annonçant les marchés de grandes entreprises avec des sociétés européennes, il est de plus en plus clair que, jusqu’à présent, les seules offres conclues l’ont été avec les conglomérats soutenus par l’État. Ce sont les groupes qui dominent les principaux secteurs industriels et commerciaux de l’économie iranienne et sont strictement contrôlés par des fonds de pension et les sociétés d’investissement liés à des organisations étatiques, comme les gardiens de la révolution ».

« En conséquence, peu ou rien n’est injecté dans l’économie iranienne au niveau inférieur, et une énorme partie dans le secteur privé. »

Le rapport indique également que, malgré la levée des sanctions nucléaires sur le régime iranien « presque toutes les banques internationales continuent à se détourner du marché iranien en raison de la réglementation américaine unilatérale qui étiquettent l’Iran comme un État soutenant le terrorisme. »

D’autre part, bien que les sanctions aient été levées il y a environ deux semaines, les Iraniens se plaignent déjà de la lenteur du changement.

Selon le rapport, « l’un des rares indicateurs de changement visible pour tous, la monnaie nationale de l’Iran, le rial, n’a pas bougé depuis la levée des sanctions. »

Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a déclaré dans un communiqué le 17 janvier 2016 que la levée de certaines sanctions n’améliorera pas du tout la situation économique du peuple iranien et servira plutôt les politiques de répression du régime, l’exportation de l’intégrisme et le terrorisme, et la belligérance, notamment le massacre du peuple syrien.

La déclaration du CNRI dit : « La majeure partie de l’économie de l’Iran (plus de 50 % de son PIB) est contrôlée par 14 grandes entités, qui sont toutes affiliées à l’appareil militaire et de sécurité et contrôlées par le guide suprême Ali Khamenei, »

« Une grande partie des fonds dégagés finira dans les coffres de ces 14 entités économiques. Une bonne partie des dépenses de Pasdaran et l’aide financière mensuelle au dictateur syrien sont payées par les bénéfices de ces institutions. La majeure partie des fonds dégagés iront à ces pôles économiques et serviront donc Ali Khamenei et Pasdaran. »

 

SourceNew York Times

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe