mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMaryam Radjavi, un des plus grands leaders du 21e siècle – Tom...

Maryam Radjavi, un des plus grands leaders du 21e siècle – Tom Ridge

CNRI – « C’est pour moi un honneur extraordinaire et pour mes collègues américains un grand privilège d’avoir eu l’occasion à plusieurs reprises de travailler avec une personne que nous considérons clairement comme l’un des plus grands leaders et une des plus grandes inspiratrices du 21ème siècle. Vive Maryam ! Un jour, dans un futur assez proche espérons-le, nous pourrons vous accueillir aux États-Unis d’Amérique, représentant les aspirations démocratiques du peuple d’Iran », a déclaré Tom Ridge à Villepinte, près de Paris, le 18 juin.

Celui qui fut le premier secrétaire à la Sécurité intérieure des Etats-Unis (2003-2005) s’exprimait lors du plus grand rassemblement d’Iraniens jamais organisé à l’étranger. Les Iraniens et les partisans de la Résistance avaient afflué de toute l’Europe par centaines d’autobus, en trains ou en voitures, et par avions d’Amérique du Nord, du Moyen-Orient et d’Australie.

Des centaines de personnalités politiques et sociales internationales, des dizaines de délégations parlementaires, de hauts dignitaires notamment américains, entouraient Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI. Ce meeting monstre appelait à la protection d’Achraf et apportait un soutien massif à la Résistance iranienne.

Voici le texte de l’intervention chaudement applaudie de Tom Ridge :
Tout d’abord, permettez-moi d’exprimer ma profonde gratitude et ma profonde admiration pour les multiples occasions qui m’ont été données d’être parmi vous, de me tenir à vos côtés, d’œuvrer avec vous, pour voir finalement la démocratie l’emporter en Iran et les résidents du camp d’Achraf rendus à la liberté, protégés, et dotés d’un refuge sûr afin qu’à un moment donné, dans un futur proche, les voix que nous écoutons ici, puissent être entendues dans les rues et les communautés à travers l’Iran.

C’est pour moi un honneur extraordinaire et pour mes collègues américains un grand privilège d’avoir eu l’occasion à plusieurs reprises de travailler avec une personne que nous considérons clairement comme l’un des plus grands leaders et une des plus grandes inspiratrices du 21ème siècle. Vive Maryam ! Un jour, dans un futur assez proche espérons-le, nous pourrons vous accueillir aux États-Unis d’Amérique, représentant les aspirations démocratiques du peuple d’Iran. J’aimerais que mes concitoyens comparent votre vision pour le peuple de ce grand pays d’Iran, sa grande histoire et sa grande culture avec la vision pervertie d’Ahmadinejad et des mollahs radicaux. Je suis convaincu que si les Américains entendaient votre vision, ils élèveraient leurs voix pour soutenir avec force et constance Maryam Radjavi et l’opposition démocratique en Iran.

Un homme politique britannique célèbre a déclaré un jour : « Pour que le mal triomphe, il suffit que les hommes de bien ne fassent rien ». Alors que je regarde cette foule rassemblée il est évident qu’un grand nombre d’hommes et de femmes, de garçons et de filles de bien soutiennent les résidents du camp d’Achraf, soutiennent l’opposition démocratique en Iran pour s’assurer que le mal qui existe aujourd’hui en Iran prenne fin le plus tôt possible.

Je dois dire que le camp d’Achraf avec ses 3 400 hommes et femmes sont une très grande source d’inspiration pour vous, mais alors que je regarde cette foule rassemblée, permettez-moi de vous dire que je pense que vous êtes leur espoir. Je vous applaudis et vous félicite d’avoir organisé cette réunion aujourd’hui. Chaque jour où j’ai eu le privilège d’exercer à des fonctions officielles à Washington, et pendant lesquels j’ai travaillé avec mon collègue Andrew Card, le précédent orateur, pratiquement chaque jour nous avions une liste de menaces contre les États-Unis. Et je dois vous l’avouer, durant toute cette période alors que nous examinions les menaces et que nous examinions les organisations terroristes, ces individus ou ces groupes qui menaçaient la sécurité et la sûreté des États-Unis d’Amérique, pas une fois, jamais, jamais, jamais, l’OMPI n’est apparue sur une liste de menace pour les États-Unis d’Amérique. Ce n’est pas une organisation terroriste.

Depuis des siècles, les peuples aspirent à la liberté. Je crois, personnellement que partout autour du globe, les personnes aspirent, au fond de leur cœur et de leur esprit à être libre, à dire ce qu’elles pensent, à pratiquer leur religion, à choisir leur propres dirigeants, à être tolérants les unes envers les autres et à vivre de façon civilisée et respectueuse. Telle est la vision de Maryam Radjavi. Telle est la vision de l’opposition démocratique iranienne. Telle est la vision des hommes et des femmes du camp d’Achraf. Telle est la vision que l’Amérique, l’OTAN. Les démocraties occidentales au sein du monde occidental doivent soutenir et radier de la liste l’OMPI.

Quelques mots au nouveau gouvernement d’Irak, si je peux me le permettre : A titre personnel, je traite avec beaucoup de soldats qui sont rentrés d’Irak et d’Afghanistan et avec leurs familles. Mon pays s’est défait d’un énorme trésor mais au-delà des dollars dépensés, du sang de beaucoup, beaucoup d’Américains et, franchement, d’hommes et de femmes des pays de l’OTAN, et je déclare au gouvernement irakien, particulièrement à Al-Maliki, que les États-Unis et l’OTAN n’ont pas joint leurs forces en Irak pour saper un régime tyrannique répressif, un dirigeant qui était insensible aux droits universels de l’homme, nous n’avons pas versé ce sang et dépensé ce trésor pour trouver un leader qui a semblé de temps en temps démontrer la même insensibilité envers les droits universels de l’homme, cette même insensibilité envers les droits fondamentaux et universels de l’homme comme l’ont démontré les deux incursions injustifiées dans le camp d’Achraf. Nous avons dépensé près d’un billion de dollars. Plus de 4 000 hommes et femmes ont été tués, environ 30 mille blessés.

Al-Maliki, nous avons pris un engagement envers la population du camp d’Achraf. Vous avez promis de tenir cet engagement en vertu de la Quatrième Convention de Genève. Vous avez manqué de le faire. Il est grand temps de tenir votre parole pour que nous puissions tenir la nôtre.

Et pour finir, je déclare avec grand respect aux hommes et femmes qui dirigent mon pays, mon Président, ma Secrétaire d’État, des personnes biens et honorables, comme y ont fait allusion les orateurs précédents, des personnes intelligentes, engagées à faire ce qui est juste, que les faits sont obstinés. L’OMPI n’est pas une organisation terroriste. L’OMPI n’aspire aucunement à saper l’économie américaine, à tuer des civils innocents en Amérique. L’OMPI a été la source d’une grande partie des renseignements que nous avons tenté d’utiliser lors de nos discussions avec l’Iran. L’OMPI a été une amie. L’OMPI a été une alliée. Les sanctions n’ont pas marché contre l’Iran. La diplomatie n’a pas marché contre l’Iran. Les négociations n’ont pas marché contre l’Iran. Et l’ennemi numéro un du gouvernement en place en Iran est le leader de l’OMPI, à a tête de nombreuses forces démocratiques d’opposition.

Alors la bonne chose à faire est de reconnaître que mon ennemi en Iran est l’ennemi du monde, l’ennemi de l’OTAN et l’ennemi des États-Unis. L’ennemi de mon ennemi est mon ami. L’OMPI est l’amie des États-Unis, et c’est dans notre meilleur intérêt de soutenir son  retrait de la liste. Ça a été et cela continue d’être un grand honneur et un grand privilège de travailler avec vous, de travailler avec l’opposition démocratique. Puissions-nous continuer de travailler ensemble, puissent nos voix être soutenues, puissions-nous augmenter le niveau de décibels non seulement en France mais aussi aux États-Unis et partout dans le monde. Peu importe ce que font Ahmadinejad et les mollahs radicaux, nous devons être plus forts et nous faire entendre davantage chaque jour.

Je vous applaudis. J’applaudis votre engagement à cette cause. Il est facile d’être les amis de ceux qui soutiennent une cause juste et la cause est juste mais elle est aussi simple. Retirons l’OMPI de la liste, apportons la protection du camp d’Achraf jusqu’à ce que nous puissions leur trouver un refuge sûr ailleurs, et rassemblons-nous bientôt à Téhéran pour nous réjouir de l’implosion de la démocratie à travers le pays.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe