mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeMaryam Radjavi demande à la Norvège et aux Européens d'imposer un embargo...

Maryam Radjavi demande à la Norvège et aux Européens d’imposer un embargo au régime en Iran

TV2, Norvège, journal télévisé 18h30, 6 novembre  – Arrivée à Oslo il y a quelques heures, la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, demande à la Norvège et aux autres pays européens d’imposer un embargo général au régime au pouvoir en Iran. Radjavi a perdu tout espoir dans la « politique de dialogue » avec le régime iranien.

 

TV2, Norvège, journal télévisé 18h30, 6 novembre  – Arrivée à Oslo il y a quelques heures, la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, demande à la Norvège et aux autres pays européens d’imposer un embargo général au régime au pouvoir en Iran. Radjavi a perdu tout espoir dans la « politique de dialogue » avec le régime iranien.

Maryam Radjavi, dirigeante et héroïne de la Résistance iranienne, a reçu un accueil chaleureux et jovial des Iraniens venus l’attendre à l’aéroport d’Oslo. Constamment menacée de mort par le régime iranien, elle ne s’étonne pas de ce que l’ambassade ait menacé le parlement norvégien parce qu’elle doit y effectuer une rencontre demain.

Maryam Radjavi : Premièrement, vous pouvez imaginer ce qu’ils font en Iran avec l’opposition, les dissidents, les prisonniers politiques et les minorités ethniques et religieuses. Deuxièmement, je pense que cela reflète la faiblesse de ce régime. Regardez combien il est instable pour être incapable de supporter qu’à des milliers de kilomètres de l’Iran, en Norvège, son opposition rencontre quelques heures les membres de ce parlement.

Présentateur : A ses yeux, tous les efforts pour négocier avec ce régime ne servent à rien.

Question : Alors, le boycott plutôt que le dialogue ?

Maryam Radjavi : Exactement. Nous demandons un embargo à la place du dialogue, car le dialogue a échoué.

Question : Est-ce que votre vie est en danger ?

Maryam Radjavi : Toujours. Vous pouvez imaginer qu’un régime aussi alarmé par une heure de rencontre au parlement de Norvège, ne reculera devant rien.