lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL'occident devrait s'en prendre aux dirigeants impitoyables de l'Iran

L’occident devrait s’en prendre aux dirigeants impitoyables de l’Iran

Par la  Baronne Gibson, membre de la Chambre des lords britannique

Middle East Times, 18 janvier –  Ces dernières années, le régime iranien et ses activités liées au terrorisme et aux armes nucléaires ont provoqué l’émoi non seulement dans le monde politique, mais aussi dans les médias. Cependant, la nature malfaisante de ce régime n’a rien de nouveau. Tous ceux qui ont examiné les actions de ce régime depuis la Révolution 1979 à ce jour sauront qu’il est mauvais de la tête au pied, ayant mené une campagne de 28 ans de violence, de meurtre et de destruction contre le peuple de l’Iran.

En fait, les violations des droits de l’homme à l’intérieur de l’Iran ont atteint un niveau affreusement choquant. Ces deux dernières semaines, nous avons vu trois personnes pendues le 10 janvier et cinq autres individus à se faire amputer des mains et des pieds le 7 janvier. Ces crimes s’ajoutent à la lapidation, au fouet en public, aux yeux arrachés et à plus de 170 autres formes de torture que ce régime commet dans ses sinistres prisons. Ce sont les vérités qui se trouvent derrière les frontières de l’Iran et il est important que ces victimes ne soient pas oubliées. Non seulement elles ne doivent pas être oubliées, mais en fait il faut voir en elles la solution, parce que c’est toujours ceux qui demandent la démocratie et la liberté en Iran qui finissent les premiers pendus à des grues dans les centres des villes iraniennes.

Amnesty International s’est récemment prononcée contre la lapidation à la mort en Iran. Dans sa déclaration, elle a aussi abordé la question des droits de la femme. En tant que personne ayant consacré beaucoup de mon temps à promouvoir l’égalité des droits au Royaume-Uni, je ne peux assez souligner l’importance d’un tel soutien pour les droits des femmes en Iran.

Une autre question majeure qui a besoin d’être bien plus divulguée est le terrible nombre d’enfants de rue en Iran. Dans un état aussi riche en pétrole, il est vraiment choquant que tant d’enfants vivent dans les caniveaux des villes de l’Iran, sans nourriture ni abri nécessaire à la vie la plus élémentaire. Avec l’Iran qui continue d’exécuter des mineurs de moins de 18 ans, les enfants iraniens vivent une vie dure et dangereuse.

Ces violations des droits de l’homme et la nature et la forme de ce régime aujourd’hui remontent à l’ayatollah Khomeiny. Khomeiny considérait les violations des droits de l’homme comme un instrument pour maintenir son propre pouvoir et celui de son régime. Cependant, Khomeiny a eu besoin de vendre ces violations comme une nécessité à ses mercenaires et pour cela il a utilisé un outil dont il savait qu’il marcherait mieux que tout, la religion. En créant le Corps des gardiens de la révolution iraniens, récemment inscrit comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, il a créé une force non seulement pour commettre ces violences dans le pays, mais aussi propager plus largement au Moyen-Orient l’intégrisme islamique qu’il a lui-même créé, un intégrisme dénué de l’essence de l’islam authentique pratiqué par tant de fidèles. 

Aujourd’hui on peut voir que le CGR répand cette idéologie, une idéologie qui a une conséquence, le carnage. Ce carnage est maintenant visible dans les rues de l’Irak, du Liban et de la Palestine jusqu’au Pakistan. L’assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan était une représentation par trop vive de ce que nous devons affronter maintenant pour réaliser la paix dans cette région. En Irak, le financement et l’approvisionnement en armes du régime iranien aux insurgés irakiens ont causé la mort de troupes britanniques et de la coalition ainsi que celles de centaines d’Irakiens innocents. Il faut y ajouter le soutien de l’Iran au Hezbollah et au Hamas qui créent une atmosphère d’intégrisme islamique et le programme d’armes nucléaires de l’Iran, qui constitue la  plus grande menace à la paix du monde, comme nous le savons.

Pour remporter ce combat contre l’intégrisme islamique, nous devons l’abattre à sa source, Téhéran. L’intégrisme islamique a commencé par la création du régime de l’ayatollah Khomeiny et finira avec sa chute. Cependant, le soutien pour le changement en Iran ne signifie pas un soutien à une intervention extérieur dans le pays. La guerre n’est  simplement pas une option envisageable. Cependant, il n’est pas acceptable non plus que le climat actuel continue. Les partisans d’un dialogue renforcé avec l’Iran veulent que nous croyions à des modérés en Iran qui voudraient changer. C’est une vue complètement erronée de toute la base de ce régime.

C’est cependant sur cette base que le gouvernement britannique a basé sa politique étrangère tout entière vis-à-vis de l’Iran. C’est la politique mal avisée de complaisance, qui a permis au régime de continuer ses violations des droits de l’homme, de continuer son soutien au terrorisme et de continuer sans relâche sa quête de l’arme nucléaire. En outre, cette politique a été la cause première de l’inscription sur la liste du terrorisme de l’opposition démocratique de l’Iran, les Moudjahidine du peuple d’Iran en 2002.

De nombreux parlementaires britanniques ont estimé que cette étiquette de terrorisme était absolument injuste et un acte honteux contre une organisation dévouée à l’instauration de la démocratie en Iran. Indignés par cette injustice et la promptitude du gouvernement à satisfaire Téhéran, 35 députés et pairs, moi y compris, avons entraîné le Parlement britannique au tribunal. Le 30 novembre dernier la Commission d’Appels des Organisations Proscrites s’est prononcée  en notre faveur, indiquant que la décision du gouvernement était "perverse" et "défectueuse" et lui ordonnant d’enlever l’OMPI de sa liste du terrorisme. De plus, la POAC a poursuivi en rejetant la demande d’appel du gouvernement.

Cette victoire survient après une décision sans précédent de la Cour européenne de Justice de décembre 2006. La CEJ a jugé l’inscription sur la liste du terrorisme de l’Union européenne comme illégale et a ordonné son annulation. Cependant, plus d’une année après, l’OMPI reste toujours sur la liste de l’UE, un acte qui est un défi direct au jugement de la CEJ. Dick Marty, un enquêteur suisse travaillant pour l’instance des droits de l’homme du Conseil de l’Europe a mené une enquête sur la liste du terrorisme. Evoquant le cas de l’OMPI, il a estimé qu’  « il reste quasiment impossible, en pratique, d’être retirée de la liste noire – une situation qui est illégale et inacceptable ».

L’OMPI doit maintenant être immédiatement retirée des deux listes du terrorisme. L’OMPI offre une solution qui peut apporter un changement en Iran, où une démocratie fleurissante mènera au développement de la démocratie partout dans la région et à la fin de l’intégrisme islamique. L’OMPI, membre du Conseil national de la Résistance iranienne, compte parmi ses membres 1000 femmes.  Les femmes contrôlent la totalité de son conseil de direction. En fait le CNRI, dont l’OMPI est une organisation membre, est dirigé par Mme Maryam Radjavi. Radjavi agit comme une lueur d’espoir pour le peuple d’Iran et la population de toute la région. En soutenant Radjavi et sa troisième voie qui préconise le changement démocratique par les Iraniens pour les Iraniens nous pouvons non seulement empêcher une nouvelle guerre dans la région, mais nous pouvons enfin nous mettre à semer des graines de démocratie pour l’Iran et la région.

———————————

La baronne Gibson of Market Rasen est un membre travailliste de la Chambre des lords britannique et un membre du Comité Parlementaire britannique pour la Liberté en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe