jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'Iran se prépare-t-il à la guerre ?

L’Iran se prépare-t-il à la guerre ?

 Par Claude Salhani

Middle East Times, 29 septembre – L’Iran a procédé à un tir d’essai de missile, baptisé «messager de l'espoir», en disant qu'il s’agissait d’un satellite de communication, viennent de révéler des sources hors d’Iran.

De nouvelles informations venant de l'intérieur de l'Iran montre que la République islamique va de l'avant avec sa production de missiles balistiques, en grande partie réalisées au fond de tunnels secrets creusés autour de Téhéran.

Les mêmes sources signalent que le 17 août, l’Iran a procédé à un tir d’essai de missile nommé « Safir Omid», ou messager de l’espoir, en disant qu'il s’agissait d’un satellite de communication.

«C'est une opération militaire, un programme militaire, déguisé en programme civil», a déclaré Alireza Jafarzadeh, une personnalité de l’opposition iranienne à Washington, qui est proche des Moudjahidin-e-Khalq ou MeK – un groupe de résistance iranien opposé au régime des mollahs en Iran. Le MeK est également connu sous le nom d’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran.

Jafarzadeh a qualifié l’essai du mois d'août « d’effort très concerté pour dissimuler la nature militaire du lancement ».

Le missile a été tiré du désert iranien, sur une base militaire sous le contrôle de l’Organisation iranienne de l’air et de l’espace. Le site est situé à 70 km de Semnan dans la direction de Kavir. Le lancement a déjà été utilisé pour tester les missiles Shahab.

L'installation se compose de plusieurs grandes salles, une salle de commande et la rampe de lancement de missiles. Il y a un prototype exposé dans le hall, que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a vu.

Le missile testé le mois dernier était un Shahab III modifié. Le but était d'améliorer la portée et la précision.

"L'objectif est d'adapter une tête nucléaire sur des missiles", a déclaré Jafarzadeh. "C'est un refus de se plier exigences des Nations Unies», a-t-il dit.
 
L'essai a été un échec, selon des sources de la résistance à l'intérieur de l'Iran et le missile n'a pas atteint la hauteur désirée.

Pendant ce temps, au milieu des craintes que les États-Unis ou Israël puissent lancer des frappes aériennes contre l'Iran pour détruire autant que possible son programme de construction nucléaire, la République islamique a mis en œuvre des changements à son infrastructure de défense. 

Le ministère iranien de la défense a été transféré dans un lieu secret, selon des sources de la résistance dans le pays. Il y a environ un mois, le ministère de la Défense a transféré ses opérations de la rue Chariati au secteur Seyyed Khandan de Téhéran, à la rue Langari, au nord de la place No-Bonyad. L'adresse actuelle du ministère est : Avenue des Pasdaran, place No-Bonyad, rue Chahid Langari.

Les rapports disent que le complexe de la défense occupe une très grande superficie et que ses immeubles de bureaux sont dispersés. Il n'y a pas de bâtiment central, les installations sont réparties sur l'ensemble du site. L'emplacement a été gardé secret par le régime et tous les membres du personnel ont reçu l'ordre de ne pas divulguer la nouvelle adresse. Le bureau du ministère du Renseignement a adopté des mesures sévères dans l'espoir de prévenir toute fuite.

Dans des développements ultérieurs, le commandant du programme aérien et aérospatial iranien Ahmad Vahid Dastjerdi a été remplacé par Mohammad Farrahi qui est un proche d’Ahmadinejad.

On signale également des modifications concernant l’unité de missiles du Corps des gardiens de la révolution (CGR). Selon les informations des MeK, le gouvernement iranien a choisi de rendre l’unité de missiles totalement indépendante, relevant directement du commandant du CGR.

Le plan, selon la résistance iranienne, est d’accroitre le nombre d'unités de missiles balistiques.

« Le régime des mollahs, ignorant les demandes du monde civilisé, poursuit son ingérence en Irak, son soutien aux groupes extrémistes et terroristes et son exportation du terrorisme et de l’intégrisme dans la région », a déclaré Jafarzadeh. « En conséquence, le monde est confronté à une crise sans précédent. »

Jafarzadeh a accusé les pays occidentaux, dont «le manque de fermeté" ces six dernières années a seulement encouragé Téhéran à accélérer son programme d’armes nucléaires. Jafarzadeh l’a qualifiée de politique n’offrant que des carottes.

«Je tiens à souligner que la crise atomique des mollahs n’a qu'une seule solution : un changement démocratique en Iran », a déclaré le représentant de l'opposition iranienne. Bien que, a-t-il ajouté, l'Occident reste convaincu qu'il peut toujours provoquer des « changements de comportement» chez les mollahs au pouvoir. « Il s'agit d'un mirage et d’une illusion. Il s'agit de la politique de complaisance déguisée. »

Jafarzadeh a déclaré que «le changement démocratique en Iran est tout à fait accessible et que les moyens de l'atteindre sont à portée de la main ». L'Occident est soit naïf sur la profondeur de la haine du peuple iranien à l’encontre du régime, soit il veut ignorer le potentiel explosif de la société iranienne, a ajouté Jafarzadeh.

Il a demandé que l'Occident reconnaisse le droit du peuple iranien à un changement démocratique.

« La résistance iranienne peut allumer le moteur de mouvements massifs en Iran. Un grand groupe bi-partisan de membres du Congrès croit que maintenir le principal mouvement d'opposition, à savoir l’organisation des moudjahidin du peuple de sur la liste terroriste est un sérieux obstacle au changement démocratique en Iran. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe