vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'Iran reste vraiment le pays absolu des bourreaux (Me Patrick Baudouin)

L’Iran reste vraiment le pays absolu des bourreaux (Me Patrick Baudouin)

CNRI – « Demandons à l’Etat français de faire en sorte que l’on cesse ces coups de mains donnés au régime iranien, car il s’agit d’une  véritable complicité vis-à-vis du régime, et que l’on aborde les vrais problèmes, c’est-à-dire, d’utiliser un certain nombre de sanctions, de pression et cela peut être fait, il n’y a pas d’impuissance dans ce domaine, vis-à-vis de régime iranien. Parallèlement, au lieu de les combattre, de venir en aide à tous ceux qui luttent contre ce régime. », a déclaré Me Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH, qui intervenait lors d’une conférence sur la peine de mort en Iran, à la Maison de la Chimie à Paris le 5 octobre, à l’initiative du Comité français contre les exécutions en Iran.

 

Il était entouré de juristes et de défenseurs des droits de l’homme, comme le Bâtonnier Gilles Paruelle, le député maire de Montreuil Jean-Pierre Brard, le Dr Saleh Radjavi représentant du CNRI en France, Me Daniel Jacoby ancien président de la FIDH, Mgr Jacques Gaillot, Pierre Bercis, président des Nouveaux Droits de l’Homme, Mme Anissa Boumediene,  écrivain et islamologue, et Me Reza  Rohani, président de la commission des Minorités au CNRI.

Voici un extrait de son intervention :

Oui, je ne voudrais pas être long d’autant plus que j’imagine que vous avez déjà entendu certainement beaucoup de choses sur les bienfaits de régime iranien actuel. Alors ce que je voudrais c’est de souligner au nom de la Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme, que nous sommes à quelques jours de la journée mondiale pour l’abolition de la peine de mort. Et évidement cette journée permet de pointer du doigt chaque année les Etats, les pays qui continuent à pratiquer ce châtiment barbare. Et évidement hélas, l’Iran est un de ces pays qui a érigé la peine de mort en moyen de gouvernement, s’agissant d’intimider et d’éliminer tous ceux qui ne sont pas de l’avis du pouvoir en place. L’Iran est un des pays qui aujourd’hui dans le monde pratique le plus de façon massive, je dirai imperturbable, sans état d’âme, sans remise en cause, sans possibilité de remise en cause, ce châtiment qu’est la peine de mort.

On voit aujourd’hui par exemple, c’est d’ailleurs toujours très révélateur de faire la liste des Etats qui pratiquent, l’Iran est évidement très mauvaise compagnie avec des pays comme la Chine, et hélas les Etats Unis.  Mais si l’on se tourne par exemple vers les Etats-Unis, on voit un début de mouvement de refus avec d’abord un peu moins, bon, c’est une satisfaction mineur, minime, mais un peu moins tout même d’exécutions pratiquées, et puis dans un certain nombre d’Etats, des moratoires. C’est-à-dire que l’on suspend la mise en œuvre de la peine de mort vous me direz la suspension ce n’est pas, bon c’est évidement une demie, un quart de victoire, c’est surtout très significatif d’une hésitation à maintenir ce châtiment.

On peut dire que l’Iran reste vraiment le pays absolu des bourreaux. Parce que là, il n’y a pas de remise en cause. Et aujourd’hui à l’occasion de cette journée je crois que c’est une bonne occasion de pointer du doigt à travers une violation des droits de l’homme très symbolique, car quoi de plus abominable que de priver de la vie, et de pratiquer au surplus ce châtiment d’une façon politique. C’est-à-dire encore une fois pour éliminer, ça ne change rien à la cruauté, comprenez bien mon propos de la peine de mort. Mais c’est même pas pour des crimes de droit commun. C’est aussi pour les prétendus crimes de droit commun, mais c’est pour éliminer, c’est pour terroriser. Donc il faut absolument dénoncer cette pratique, et puis au-delà bien évidement toutes les violations des droits de l’homme qui se trouvent commises par le régime iranien.

Alors on a entendu, je pense que le propos a peut-être déjà été abordé, on a entendu il n’y a pas si longtemps le président Ahmadinejad dans l’enceinte onusienne, qui a essayé tout à la fois de jouer une opération de séduction et puis aussi une opération qu’on pourrait qualifier, c’était sans doute pas son objectif, mais en tout cas c’est ce que voyait le téléspectateur, de répulsion à travers un certain nombre des propos absolument scandaleux, et qui démontrent l’entêtement de ce régime et de son président à vouloir maintenir une chape de plomb et à vouloir n’écouter personne, et continuer ces pratiques répressives. Alors une fois qu’on a dit ça évidemment c’est toujours le même problème. Quand on l’ analyse et la critique, la condamnation de ces agissements ne souffrent pas de discussion possible. L’interrogation suivante c’est comment faire pour essayer d’entraver et de mettre un terme aussi rapide que possible à des régimes de cette nature telle que le régime iranien.

Eh bien je crois que l’une des clés c’est au moins de venir en aide à ceux qui sont dans l’opposition, à ceux démocrates ou opposant de toute nature, qui veulent la fin de ce régime et qui veulent instaurer une société plus juste. Alors lorsque l’on voit aujourd’hui en France par exemple à travers un procédure dans laquelle je suis l’un des avocats qui défendent les Moudjahidine du peuple, quand on voit la justice française s’acharner, sans motif, avec un entêtement absurde, dans une procédure qui dure depuis 4 ans,  et qui n’a abouti rien et qui se terminera nécessairement en queue de poisson, eh bien quand on voit cette justice s’acharner de cette manière, il faut le dénoncer. Il faut dire que l’Etat français, aurait mieux à faire de condamner, ceux qui aujourd’hui commettent vraiment des violations des droits de l’homme, et nous en avons des exemples hélas tous les jours, c’est-à-dire, ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui à Téhéran, plutôt que de venir encore une fois essayer d’entraver l’action des opposants qui veulent un autre régime, qui veulent une justice pour l’Iran.

Donc, il faut essayer de faire pression sur nos gouvernements, en l’espèce puisque nous sommes en France sur le gouvernement français, pour qu’il aborde les vrais problèmes, nous avons un ministre des affaires étrangères, qui a un passé qui plaide dans sa faveur pour ce qui est du respect des droits de l’homme. Maintenant il est confronté aux réalités du pouvoir, il lui appartient de ne pas rompre avec les principes au nom de la realpolitik, qui trop souvent prévaut dans ce type de relations.

Donc demandons à l’Etat français de faire en sorte que l’on cesse ces coups de mains donnés au régime iranien, car il s’agit d’une  véritable complicité vis-à-vis du régime, et que l’on aborde les vrais problèmes, c’est-à-dire, d’utiliser un certain nombre de sanctions, de pression et cela peut être fait, il n’y a pas d’impuissance dans ce domaine, vis-à-vis de régime iranien. Parallèlement, au lieu de les combattre, de venir en aide à tous ceux qui luttent contre ce régime. Ce sera la seule façon de faire avancer des choses et de faire puiser un régime qui porte comme étendard le recours à la peine de mort et autre mauvais traitement.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe