mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran procède à des essais secrets de missiles nucléaires, déclare un ministre...

L’Iran procède à des essais secrets de missiles nucléaires, déclare un ministre britannique

AP – L’Iran a procédé à des essais secrets de missiles balistiques en plus d’un programme de 10 jours de manœuvres militaires publiques, a avancé la Grande-Bretagne mercredi.

Le ministre des Affaires étrangères William Hague a déclaré à la Chambre des Communes qu’il y avait eu des essais secrets de missiles en mesure de transporter une arme nucléaire, mais il n’a pas défini de façon précise quand les tests se seraient déroulés.

L’Iran a « effectué des essais secrets de missiles balistiques et des tirs de roquettes, il a notamment procédé à des essais de missiles capables de transporter une charge nucléaire », a déclaré Hague.

La Grande-Bretagne pense que Téhéran a procédé à au moins trois essais secrets de missiles balistiques de moyenne portée depuis octobre, n pleine intensification évidente de son programme nucléaire et de la surveillance de l’AIEA. L’Iran expose actuellement son matériel militaire dans une série de manœuvres militaires dans une démonstration apparente de transparence, et a tiré mardi 14 missiles lors d’essais publics.

Cependant, le Royaume-Uni pense que les essais secrets de missiles démontrent que les dirigeants iraniens cherchent à échapper à la surveillance des dimensions réelles de leur programme d’armement.

«S’ajoutant au récent rapport de l’AIEA et aux questions sans réponse concernant son programme nucléaire, ils ne servent qu’à ébranler davantage les affirmations de l’Iran selon lesquelles son programme nucléaire est entièrement destiné à des fins civiles », a déclaré un porte-parole du Bureau du Foreign Office, sous la condition habituelle de l’anonymat conforme à la politique.

Un rapport de l’AIEA le mois dernier a listé « les tirs et l’instrumentation à haute tension d’essais d’explosifs sur de longues distances et de possibles essais souterrains » comme l’un des sept « domaines de préoccupations » indiquant que l’Iran pourrait mener un travail d’armement nucléaire clandestin. Hague a également déclaré que la Grande-Bretagne était inquiète de la décision de Téhéran d’accroitre sa capacité à enrichir l’uranium à un niveau supérieur sur le site de Fordow près de la ville sainte de Qom, au centre de l’Iran.

Il a annoncé son intention de tripler sa capacité à produire de l’uranium enrichi à 20 pour cent. « Ce sont des niveaux d’enrichissement bien plus élevés que nécessaire pour l’énergie nucléaire pacifique », a déclaré Hague.

L’uranium faiblement enrichi – à environ 3,5 % – peut être utilisé pour alimenter un réacteur afin de produire de l’électricité, alors que l’uranium enrichi à environ 90 pour cent de pureté peut être utilisé pour développer une tête nucléaire.

Un enrichissement à 90 % peut être fait bien plus aisément à partir de matière enrichie à 20% de pureté qu’à partir de matière faiblement enrichie.

Certains responsables occidentaux affirment que l’Iran accélère ses tentatives visant à produire une arme nucléaire, en partie parce que les leaders ont été ébranlés par les protestations contre des régimes autoritaires au Moyen-Orient.

L’Iran et l’Occident demeurent en conflit sur son programme nucléaire. Les États-Unis et leurs alliés insistent sur le fait qu’il vise à développer des armes nucléaires – une accusation que l’Iran rejette.

« Nous maintiendrons et continuerons à accroître la pression sur l’Iran afin de négocier un accord concernant son programme nucléaire », a déclaré Hague.

Hague a également condamné Téhéran pour son soutien aux violentes mesures de répression contre les manifestations anti-régime en Syrie.

« L’Iran continue de contribuer délibérément à la répression des protestations légitimes en Syrie et continue de réprimer les protestations au niveau national », a-t-il déclaré.

(Traduit de l’original en anglais)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe