jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL'Iran poursuit ses activités d'enrichissement d'uranium

L’Iran poursuit ses activités d’enrichissement d’uranium

NOUVELOBS.COM – L’Iran poursuit ses activités d’enrichissement d’uranium, en dépit de la résolution de l’ONU lui laissant 60 jours pour les stopper. Telle est la conclusion du rapport de l’AIEA.

L’agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a rendu public, jeudi 22 février, un rapport sur le nucléaire iranien, concluant que le pays a poursuivi ses activités d’enrichissement d’uranium, ce qui pourrait l’exposer à un durcissement des sanctions internationales.

L’AIEA fait également état du refus de l’Iran de se séparer d’un document de 15 pages, servant de plan de base à la fabrication de bombes atomiques.

Le rapport constate que Téhéran a installé des centaines de centrifugeuses dans une installation souterraine à Natanz, alors que la résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU le 23 décembre 2006 lui demandait de geler ses activités d’enrichissement avant le 21 février, afin de s’assurer qu’il ne cherche pas à se doter de l’arme atomique. L’AIEA souhaite de ce fait mettre en place des caméras de surveillance dans les installations souterraines d’enrichissement de Natanz.

Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, était le premier à encourager Téhéran à "se conformer aussi rapidement que possible à la résolution du Conseil de sécurité", a-t-il encore rappelé jeudi, lors d’une conférence de presse, à Vienne.
 
L’Iran sanctionné par une résolution de l’ONU
 
Cette résolution imposait des sanctions à l’Iran pour le contraindre à stopper ces activités, dont le but est de produire du combustible nucléaire, pour un usage civil ou militaire.

Elle chargeait également Mohamed Elbaradei, directeur général de l’AIEA, de présenter un rapport sous 60 jours, déterminant si l’Iran s’était ou non plié aux exigences de la communauté internationale.

Mardi, Ali Larijani, qui dirige la négociation sur le nucléaire côté iranien, avait déclaré à Mohamed Elbaradei "que les sanctions n’auront aucun effet sur l’Iran et que l’Iran ne cessera en aucun cas les activités d’enrichissement ou liées à l’enrichissement sous la pression", selon un diplomate.
 
La Maison Blanche "déçue"

 
La Maison Blanche s’est dite "déçue" a rapporté le porte-parole de l’administration Gordon Johndroe.
"Nous allons examiner le rapport dans son entier et discuter avec nos partenaires et nos alliés", a-t-il ajouté sans plus de précision.

Ramener l’Iran aux négociations
 
Par ailleurs, Condoleezza Rice, secrétaire d’Etat américaine, a déclaré jeudi, à Berlin que la question du nucléaire iranien devait être à nouveau posée au Conseil de sécurité de l’ONU.

"Le but est de ramener l’Iran aux négociations une fois qu’il aura suspendu ses activités d’enrichissement", a-t-elle indiqué, soulignant que les Russes, les Européens et les Américains "partageaient l’objectif d’encourager l’Iran à revenir à la table des négociations".

"L’espoir, c’est que les sanctions montrent aux Iraniens dans quel isolement ils se trouvent, que cet isolement va probablement s’aggraver et qu’il est temps d’emprunter une voie différente", a-t-elle ajouté".
 
Unité et fermeté de la communauté internationale
 
Du côté de Paris, si le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères a rappelé que le but est que "la porte reste ouverte au dialogue" avec l’Iran, il n’a pas manqué d’insister sur la condition sine qua none: la suspension des "activités nucléaires sensibles" par "les autorités iraniennes".

La France entend en effet "poursuivre sur la voie de la fermeté", et "préserver l’unité de la communauté internationale". Elle demande une nouvelle résolution de l’ONU pour "continuer les sanctions".

Lors des entretiens du chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy, mercredi, à Moscou, un porte-parole a constaté "une convergence" avec la Russie, à propos de l’"approche, combinant unité et fermeté de la communauté internationale".
 
Toutefois, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne semble pas prêt à coopérer: il a de nouveau proclamé, jeudi, le droit de l’Iran de posséder la technologie nucléaire.

Il affirme que son programme d’enrichissement nucléaire a un objectif purement civil.

Le rapport doit être transmis au conseil des gouverneurs de l’Agence des 35 Etats membres et au Conseil de sécurité de l’ONU.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe