jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran accusé de cacher un site d’armes nucléaires secret

L’Iran accusé de cacher un site d’armes nucléaires secret

L’Iran accusé de cacher un site d’armes nucléaires secretDe Con Coughlin, rédacteur en chef pour la défense et la sécurité

The Daily Telegraph – De nouvelles preuves ont émergé indiquant que l’Iran travaille sur un projet militaire secret de développement d’armes nucléaires qui n’a pas été déclaré aux inspecteurs des Nations Unies responsables de la supervision du programme nucléaire de l’Iran.

Les experts nucléaires travaillant pour l’Agence internationale de l’Energie atomique à Vienne font pression pour que les Iraniens dévoilent tout à propos d’un réseau de laboratoires de recherche dans une base militaire secrète située en-dehors de la capitale, Téhéran.

Le projet porte le nom de code Zirzamin 27, et son objectif est de permettre aux Iraniens d’entreprendre l’enrichissement d’uranium à des fins militaires. Zirzamin signifie « sous-sol » en farsi, ce qui suggère que les laboratoires sont souterrains et 27 renvoie à la révolution iranienne qui a eu lieu il y a 27 ans.

Les inquiétudes concernant l’activité à Zirzamin 27 seront évoquées cette semaine au meeting du conseil des gouverneurs de l’AIEA à Vienne, qui débute aujourd’hui.

Les suspicions grandissent quant à la possibilité que l’Iran détienne un programme de recherche nucléaire militaire secret depuis que les inspecteurs de l’ONU ont découvert des particules d’uranium enrichi dans un complexe de recherches à Lavizan, base militaire située dans la banlieue de Téhéran, en 2003.

Les Iraniens ont accepté d’autoriser les inspecteurs de l’AIEA à visiter le complexe de Lavizan, mais ils l’ont rasé avant que les inspecteurs n’arrivent.

Les hauts responsables nucléaires ont ignoré les requêtes répétées des dirigeants de l’AIEA pour une explication détaillée du projet Lavizan. Actuellement, l’AIEA étudie de nouvelles informations indiquant que le projet de recherche de Lavizan a été déplacé dans une base militaire secrète à l’extérieur de Téhéran.

Bien que les hauts responsables de l’AIEA ne connaissent pas le lieu précis de Zirzamin 27, ils détiennent des détails approfondis sur ses activités.

« Il s’agit d’un événement extrêmement alarmant », selon un haut diplomate occidental travaillant pour l’AIEA. « Ces  preuves indiquent que les Iraniens continuent de développer des armes nucléaires, bien qu’ils affirment le contraire et que leurs ambitions nucléaires sont entièrement pacifiques. »

Téhéran a invariablement avancé que son programme nucléaire avait pour but de développer une industrie d’énergie nucléaire nationale. Mais l’insistance de l’Iran à développer ses propres moyens pour enrichir l’uranium laisse à penser qu’il poursuit un programme bien avancé de développement d’armes nucléaires.

L’opération Zirzamin 27serait sous contrôle des Gardiens de la Révolution d’Iran sous les ordres de Mohsen Fakhrizadeh, chef du Centre moderne de préparation défensive et de technologie, site de recherche militaire top secret.

Selon des informations examinées par les responsables de l’AIEA, les scientifiques travaillant à Zirzamin doivent porter des uniformes militaires standards lorsqu’ils entrent et quittent le complexe afin de faire croire qu’il s’agit d’activités militaires normales. Ils sont autorisés à enfiler des vêtements de protection uniquement une fois à l’intérieur du site.

Une attention spéciale est également accordée au développement de systèmes de ventilation spécialisés afin d’assurer qu’aucune particule compromettante de matériel radioactif ne puisse s’échapper.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe