lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes travailleurs de l'acier retraités protestent dans la capitale iranien pour la...

Les travailleurs de l’acier retraités protestent dans la capitale iranien pour la troisième journée consécutive

Les travailleurs de l'acier retraités protestent dans la capitale iranien pour la troisième journée consécutive

CNRI – Les travailleurs de l’acier iraniens retraités ont manifesté pour la troisième journée consécutive mardi, devant le Majlis, ou parlement, du régime iranien, à Téhéran pour réclamer leurs pensions en retard.

La protestation des travailleurs retraités de l’industrie sidérurgique iranienne a commencé à 7h30 heure locale. Les manifestants scandaient « nous voulons la justice », en ajoutant qu’ils ne cesseraient pas leurs protestations tant que leurs demandes n’auront pas été satisfaites.

Les forces de sécurité étatiques répressives du régime étaient fortement présents et ont tenté d’empêcher la population locale de se joindre à la manifestation.

Lundi, les travailleurs de l’acier retraités ont organisé une manifestation similaire à l’extérieur du Majlis, qui a commencé à 8 heures du matin. Une heure plus tard, 50 agents des forces de sécurité répressives sur des motos ont pris position à proximité du Majlis pour empêcher une escalade de la protestation.

Un des manifestants a déclaré que les agents de sécurité avaient confisqué les téléphones mobiles de plusieurs femmes qui filmaient et photographiaient le rassemblement. Les agents de police et ceux en civil ont également empêché d’autres personnes de se rendre à proximité du site du rassemblement et de rejoindre les manifestants.

Un autre manifestant a souligné que près de 85 000 travailleurs de l’acier à la retraite avaient deux mois de retard sur le versement de leurs pensions. Il a ajouté que la Caisse de pensions de l’industrie sidérurgique était incapable de payer sa dette, et que ce fonds ferait bientôt faillite.

Dimanche environ 5000 travailleurs retraités de l’industrie de l’acier ainsi que leurs familles se sont rassemblés devant le parlement pour protester contre le retard du paiement de leurs pensions et d’autres problèmes d’assurance. Beaucoup d’entre eux étaient allés à Téhéran d’Ispahan, au centre de l’Iran.

Les manifestants portaient des pancartes avec leurs réclamations.

Les manifestants affirment qu’ils ont été privés de certaines primes au cours des cinq dernières années, comme par exemple celles qu’ils auraient du recevoir pour leur dur travail et pour avoir eu des enfants et un conjoint.

Selon les rapports de Téhéran, le régime iranien a envoyé des centaines de forces de répression de ses unités spéciales et des agents en civil sur le lieu de la manifestation. Les forces du régime contrôlaient les rues à proximité, notamment celle où se trouve l’hôpital Shafa Yahyaian, et ont empêché les gens et les véhicules de s’arrêter dans les rues avoisinantes.

Le journal d’Etat Javan a reconnu le 14 avril dernier, que les pensions des retraités leur avaient été usurpées. Le journal avait rapporté les propos d’un retraité qui disait qu’un mois de sa pension avait été perdue à travers de multiples retards. Ce retraité a déclaré: « au début, nos pensions étaient payées au début du mois un peu comme tout le monde. Depuis environ un an ou un an et demi, nos pensions ont été retardées jusqu’à 16 mois ».

Javan a écrit: « le retard dans le paiement des pensions des retraités et des salaires des employés est un nouveau scénario, qui a vu le jour il y a un ou deux ans. Cela exerce une pression sur les retraités ».

Le 11 avril, plus de 10 000 chauffeurs de camion se sont mis en grève à Bandar Abbas, Shiraz, Ispahan et Yazd pour protester contre une augmentation des impôts lourds et la corruption dans l’Organisation d’entretien des routes et des transports de l’Etat.

M. Abbas Davari, président du Comité de travail du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), le 12 avril a salué les chauffeurs en grève et a appelé tous les syndicats et organisations syndicales du transport, ainsi que d’autres défenseurs des droits du travail à soutenir la chauffeurs en grève en Iran.

Il a exhorté le peuple iranien, en particulier les jeunes, à soutenir et à exprimer leur solidarité avec les chauffeurs de camions qui travaillent dur, ainsi que leurs familles.

« Alors que le régime iranien dépense des milliards de dollars de la richesse du peuple iranien, pour ses interventions bellicistes, pour l’exportation du terrorisme dans la région, pour ses programmes nucléaires et de missiles, la classe privée de la société ne récolte que pauvreté, misère, pillage de leurs salaires, et oppression », rapporte un communiqué du Comité du travail du CNRI.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe