samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes protestations étudiantes continuent en Iran

Les protestations étudiantes continuent en Iran

CNRI  – 27 mai 2007
Les étudiants de Tabriz (nord-ouest) ont organisé un sit-in pour protester contre la détention d’un des leurs. 300 étudiants ont pris part au sit-in. Ils ont exigé la libération immédiate de Nader Mahd-Gharebagh arrêté pendant la commémoration du soulèvement de la province de l’Azerbaïdjan.

CNRI

27 mai 2007
Les étudiants de Tabriz (nord-ouest) ont organisé un sit-in pour protester contre la détention d’un des leurs. 300 étudiants ont pris part au sit-in. Ils ont exigé la libération immédiate de Nader Mahd-Gharebagh arrêté pendant la commémoration du soulèvement de la province de l’Azerbaïdjan.Dans leur résolution les manifestants ont annoncé qu’ils continueraient à s’opposer aux lois violant les droits de l’homme et les droits civils jusqu’à la libération de leur camarade sans aucune condition préalable. Ils se sont aussi réservés le droit de continuer à protester.

27 mai 2007
Les étudiants de l’Université Azad de Kermanchah (ouest) se sont rassemblés en signe de protestation devant l’École d’Ingénieurs. Le but du rassemblement visait diverses questions éducatives, culturelles, de service et de santé. Les protestataires ont déclaré que le service qu’ils recevaient était bien en dessous de ce pour quoi ils avaient payé.

28 mai 2007
Selon une dépêche de l’agence de presse officielle ILNA, les étudiants de l’Université Avicenne d’Hamadan (ouest) mènent un sit-in pour protester contre les conditions de vie dans les cités universitaires.

Le sit-in a commencé samedi dernier pour protester contre la dégradation des chambres et  la réduction à un an du séjour autorisé en Cité U.

Les étudiants se sont plaints que durant leur sit-in pas même un responsable de l’administration universitaire ne se soit arrêté pour leur parler. D’autre part, ils ont qualifié leur démarche de manifestation politique. Les étudiants ont affirmé qu’ils continueraient leur sit-in jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites.

29 mai 2007
Dans ses médias officiels, le régime des mollahs a dû se résoudre à rapporter les protestations des étudiants de l’Université Polytechnique de Téhéran. 
 
Le journal Chargh aborde le problème dans son édition de mardi : les étudiants de l’université Amir Kabir se sont réunis hier midi pour protester contre la détention d’un certain nombre d’étudiants. Les manifestants se sont réunis devant le Département de Chimie pour entonner des chants sur l’unité des étudiants.

Ils ont ensuite marché vers le quartier principal de l’Université où ils ont montée une exposition. Les étudiants portaient des pancartes disant : “le train du mouvement d’étudiant n’a plus de frein ” (en référence aux déclaration d’Ahmadinejad sur l’absence de frein du programme nucléaire), “la liberté est le droit inaliénable des étudiants” (en référence au slogan officiel sur le nucléaire), “Nos amis sont emprisonnés, libérez tous les prisonniers”.

Cette agence de presse gouvernementale a précisé que les étudiants se sont ensuite réunis dans la  partie principale de l’université.

À la fin un manifestant a expliqué comment battait le coeur de mouvement. “Malheureusement aujourd’hui certains ne se rendent pas compte que la liberté est une nécessité pour les êtres humains. Pourquoi les professeurs devraient-ils être forcés à la préretraite sans la moindre raison ? Pourquoi les étudiants devraient-ils être expulsés ou interdits d’université ? L’université est le foyer de l’étudiant. Comment osez-vous leur interdire leur maison ? Si vous voyez les étudiants battre des mains aujourd’hui, cela ne veut pas dire qu’ils sont heureux. Ils protestent juste contre tous les problèmes auxquels ils doivent faire face."

Sous la pression des protestations, le régime des mollahs a été finalement dû reculer et libérer un étudiant, Babak Zamanian. Il avait été arrêté il y a 38 jours, accusé "d’action contre la sécurité nationale." Il a été par la suite transféré à la section 209 de la prison d’ Evine, section aux mains des services de renseignements.

Les étudiants de Polytechnique à Téhéran se sont rassemblés lundi pour exiger la libération de tous les militants, particulièrement ceux de Polytechnique, la suppression de toutes les mesures disciplinaires et le départ du président non élu de l’université.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe