mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes Iraniens au Royaume Uni luttent pour libérer l'Iran de la dictature

Les Iraniens au Royaume Uni luttent pour libérer l’Iran de la dictature

Opinion

Birmingham Post – L’Iran et les Etats-Unis ont recommencé à se parler hier pour la première fois après plus d’un quart le siècle, mais Laila Jazayeri, la présidente de l’Association de Femmes anglo-iraniennes, soutient que le régime iranien reste une menace internationale.

On a longtemps fustigé le régime iranien pour ses violations des droits de l’homme et son attitude méprisable envers des femmes. Cependant, les lapidations, des pendaisons publiques, les amputations et la torture semblent toujours loin de la vie britannique.

De nos jours avec beaucoup d’Iraniens résidant au Royaume-Uni en raison de la persécution politique dans leur pays, de nombreux Britanniques ont vu des vidéos sorties d’Iran et entendu de vive voix l’enfer que vivent les Iraniens sous la dictature de Téhéran.

Comme d’autres Iraniens, ceux qui vivent à Birmingham continuent leur lutte au Royaume-Uni, exigeant que leur pays soit libérés des dictateurs afin que leur peuple puissent vivre dans une démocratie comme ils le font ici en Grande-Bretagne.

Cette lutte les emmène dans un voyage vers le sud à Londres devant le ministère britannique des Affaires étrangères (MAE) où la communauté iranienne de toute l’Angleterre se rassemble quotidiennement, exigeant que le gouvernement britannique cesse sa politique de complaisance avec le régime iranien. Sous la pluie ou le soleil, ces manifestants se réunissent tous les jours devant le MAE pour y dire clairement leurs demandes.

Ils se tiennent aux côtés de ceux qui aspirent à la liberté à l’intérieur de l’Iran. Les étudiants, les enseignants et les fonctionnaires expriment leur colère contre les dirigeants religieux en se rassemblant dans les rues et en protestant contre la répression, la torture et la brutalité à l’encontre de la population. Ils font cela en sachant parfaitement qu’une telle manifestation peut les conduire à la mort, comme de nombreux manifestants qui ont été arrêtés et dont on n’a plus jamais entendu parler.

Cette répression fait partie de la vie iranienne depuis de nombreuses années maintenant, mais sa réalité a gagné en importance en Grande-Bretagne alors que la menace du régime iranien s’est étendue bien au-delà de ses frontières, dans les rues de l’Irak où ses bombes versent le sang irakien au fil des jours, aux patrouilles de soldats britanniques tués par des bombes de bord de route iraniennes et plus récemment aux marins britanniques illégalement arrêtés par des gardiens de la révolution et forcés à de fausses confessions à la TV.

Le régime iranien représente maintenant une menace extrêmement dangereuse pour le monde, non seulement en raison de ses efforts manifestes pour se doter de la bombe atomique, mais aussi de la propagation de sa vision intégriste de l’islam. Cette propagation de l’intégrisme a entraîné des milliers de morts à travers le monde dans des attentats terroristes comme ceux de Londres et Madrid. L’échec de n’avoir su faire preuve de fermeté avec l’intégrisme islamique venant de Téhéran expose sans aucun doute chaque passant dans les rues des grandes villes d’Angleterre au danger de telles attaques.

Ce n’est plus une question touchant seulement les Iraniens. C’est pourquoi beaucoup de députés et de Lords rejoignent ce rassemblement devant le MAE. Il y a des pairs du secteur de Birmingham, Lord Corbett of Castle Vale et  Lord King of West Bromwich. Lord Corbett est au premier rang de la campagne en faveur de la démocratie en Iran depuis de nombreuses années maintenant et à cet égard il préside le Comité Parlementaire britannique pour la Liberté de l’Iran, un groupe parlementaire multipartite qui fait campagne inlassablement pour la liberté et la démocratie en Iran.

Le slogan principal scandé par les manifestants est "Ni guerre, ni complaisance, soutien à la Résistance iranienne". La politique de complaisance du gouvernement britannique vis-à-vis du régime iranien a seulement encouragé les mollahs. Je pointe le doigt sur l’Iran fonçant avec son programme d’armes nucléaire et son vaste soutien continu au terrorisme dans le monde, y compris l’arrestation illégale des marins britanniques, comme la preuve manifeste des échecs de cette politique de complaisance.

Cette politique de complaisance a été suivie à un tel degré que l’ancien ministre des Affaires étrangères Jack Straw est allé jusqu’à proscrire l’opposition iranienne démocratique,  l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (l’OMPI), pour terrorisme dans un acte méprisable de complaisance envers le régime iranien. Comme il a admis en février 2006 sur la B.B.C., le régime iranien l’avait exigé de lui et il a plié.

Cette proscription au Royaume-Uni a conduit l’OMPI à aussi être taxée de terrorisme par l’Union européenne. Sachant que cette étiquette n’avait aucune justification légale, l’OMPI a porté plainte contre l’UE à la Cour européenne de Justice (CEJ) où la cour s’est prononcée dans une décision sans précédent en faveur de l’OMPI. La décision était extrêmement claire disant que l’OMPI n’aurait jamais du être placée sur la liste et devait en être retirée sur le champ.

Cependant, dans sa politique de complaisance avec les mollahs, le gouvernement persiste  à proscrire honteusement l’OMPI en violant ouvertement l’état de droit.

Plus de 1,000 parlementaires à travers l’Europe ont exigé la mise en oeuvre immédiate du jugement de la CEJ et une majorité de parlementaires du Royaume-Uni a exigé que l’OMPI soit immédiatement réhabilitée. Cette campagne a maintenant mené à 35 députés et Lords à porter la proscription de l’OMPI devant la justice du Royaume-Uni. C’est une action sans précédent de la part d’un groupe de parlementaires britanniques. C’est révélateur de l’immense appui dont l’organisation bénéficie non seulement parmi les Iraniens, mais aussi parmi les parlementaires du monde entier.

Pour neutraliser la menace posée au monde par le régime iranien nous devons soutenir les forces démocratiques qui luttent contre ce régime intégriste. Un tel appui doit commencer par le retrait immédiat de l’OMPI de la liste noire. Le régime iranien doit recevoir un message clair du gouvernement britannique comme quoi nous soutenons la démocratie et non la dictature. Echouer dans ce domaine laisserait ainsi n’importe quelle perspective de démocratie en Irak en lambeaux et n’importe quelle perspective d’un processus de paix du Moyen-Orient mort-né.

Les Irakiens ont apporté un soutien clair à l’OMPI avec plus de 5,2 millions d’Irakiens signant une pétition exigeant que le régime iranien soit expulsé d’Irak et l’OMPI être soutenu pour l’organisation démocratique qu’elle est.

L’OMPI soutient une interprétation modérée et démocratique de l’islam en contraste direct avec l’islam meurtrier intégriste préconisé par les mollahs iraniens. C’est l’islam qui doit être soutenu non seulement pour sauver des vies des Iraniens, mais aussi pour sauver les vies d’Irakiens innocents et nos vies ici au Royaume-Uni.