vendredi, janvier 27, 2023
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Iran ProtestationsLe VEVAK créent une association écran de soutien aux réfugiés iraniens en...

Le VEVAK créent une association écran de soutien aux réfugiés iraniens en France

CNRI – Le ministère des Renseignements du régime des mollahs (VEVAK) vient de créer une association factice en France.

Il compte s’en servir comme d’un levier pour faire avancer ses complots contre la Résistance iranienne, recruter pour son réseau de renseignements et d’espionnage mais aussi pour piéger les demandeurs d’asile et les Iraniens résidant en France.

La nouvelle association du VEVAK, domiciliée dans le 15e arrondissement de Paris, a été baptisée "Association pour la protection des émigrants d’Iran". A travers ce nom, le VEVAK cherche à dissimuler la véritable nature de ce bureau et à qui sont affiliés ceux qui y travaillent. D’autant plus que ce genre d’association écran sert aussi de tête de pont à des plans et des activités terroristes du régime iranien.

Le VEVAK a monté cette association avec certains de ses agents envoyés d’Iran et d’autres résidant à l’étranger, comme Chadanlou et Firouzmand.

Le 28 avril 2004 lors des interrogatoires menés par le département d’Etat américain dans la Cité d’Achraf en Irak qui abrite les Moudjahidine du peuple d’Iran, Javad Firouzmand, alias Afchine Boroumand avait quitté la résistance et rejoint le camp de sortie sous contrôle américain avant de rallier le régime en Iran le 9 mars 2005. A l’époque où il était à la Cité d’Achraf, il était en relation secrète avec l’ambassade du régime à Bagdad et son agent de liaison avec le VEVAK à Téhéran s’appelait Mohammad Alavi.

Peu de temps après avoir rallié le régime et reçu une formation, Djavad Firouzmand a été envoyé en Turquie le 11 mai 2005. C’est avec les moyens et l’argent du réseau du VEVAK à l’étranger, particulièrement avec l’aide d’agents comme Karim Haghi, qu’il a pu régler ses problèmes de transfert et de séjour dans ce pays. Deux mois après l’arrivée de Firouzmand en Turquie, il a arrangé son transfert en France avec l’assistance notamment de Manoutchehr Chalali et d’Ali Rastbine, des membres de lobbys au service du régime iranien dans l’hexagone, et il est arrivé en avion le 12 juin 2005 à Paris où il a demandé l’asile.

Il réside actuellement en France où il entretient des relations étroites avec les autres agents du régime iranien, comme avec ceux résidant dans d’autres pays d’Europe, pour faire progresser les plans du VEVAK contre les réfugiés politiques, particulièrement contre la Résistance.

L’absence de réaction des services concernés en France face à la présence et à la liberté d’action d’agents connus des services de renseignements des mollahs, a encouragé l’arrogance et le développement du VEVAK et sa mise en place d’une nouvelle base en France pour espionner et mener des complots et créer des réseaux sous le couvert d’une association de réfugiés iraniens.

Pour la commémoration de la rafle du 17 juin contre la Résistance en France et simultanément à l’arrivée du nouveau gouvernement français, le VEVAK veut lancer sa nouvelle association écran sous la marque de « la protection des émigrants d’Iran  » ! Une association qui de par sa nature et sa raison d’être et dans le cadre d’une branche du VEVAK à l’étranger, est entièrement tournée contre les réfugiés et les Iraniens libres. Elle est surtout au service des buts politiques et de propagande des mollahs contre les Moudjahidine du peuple et la résistance, afin de maintenir ouvert le dossier du 17 juin et de demander au nouveau gouvernement français d’exercer des pressions sur la Résistance.

L’accentuation par le régime de ce genre d’intrigues découle de la montée des crises en Iran et sur le plan international ; des crises qui le poussent à la fuite en avant dans sa guerre contre le peuple iranien et la communauté internationale. D’autant plus que la levée des restrictions pesant sur le dossier du 17 juin et le verdict de la cour européenne de justice annulant le nom de l’OMPI de la liste du terrorisme ont réduit à néant les plus grands investissements et marchandages du régime des mollahs. Il est plus que jamais préoccupé par son avenir, surtout par la menace et le danger croissants que représente pour lui la résistance légitime du peuple iranien.

Tout en soulignant la nécessité de faire preuve de fermeté avec le régime des mollahs, la Résistance iranienne appelle les autorités concernées du gouvernement français à appliquer la décision du 29 avril 1997 de l’Union européenne de refuser les visas aux agents de renseignements du régime et de les refouler hors des pays de l’Union européenne. Elle les appelle à ne pas permettre aux agents du régime de venir en France et à fermer leurs fausses associations et organes écrans.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 30 mai 2007

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe