mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes enseignants iraniens en grève pour la quatrième fois cette année

Les enseignants iraniens en grève pour la quatrième fois cette année

Les enseignants iraniens en grève pour la quatrième fois cette année

Des enseignants et des éducateurs iraniens sont descendus dans la rue lors d’une manifestation nationale la semaine dernière, leur quatrième manifestation en cette année persane. Des manifestations se tenaient à Mashhad, Kermanshah, Ourmia, Ardebil, Khorramabad, Sanandaj et Marivan, en présence d’enseignants en service et à la retraite, comme ce fut le cas lors des trois précédentes grèves.

Les enseignants exigeaient le paiement de leurs salaires en retard, la libération des enseignants emprisonnés lors des précédentes manifestations, et la gratuité de l’éducation pour tous les enfants.

A Kermanshah, dans l’ouest de l’Iran, les enseignants iraniens ont organisé un rassemblement massif devant le ministère de l’Éducation et ont scandé « Enseignants en service et à la retraite, unissez-vous ! » Les femmes ont été particulièrement actives lors de ces manifestations, bien qu’elles soient de toute façon à l’avant-garde du soulèvement anti-régime.

A Sanandaj, les enseignants ont brandi des pancartes avec le slogan « On devrait plaider pour une société dont les enseignants sont emprisonnés » et faire des demandes en faveur d’une éducation gratuite pour tous les enfants en Iran.

Parallèlement, les enseignants se sont rassemblés à l’extérieur du ministère de l’Éducation à Mashhad, Ourmia et Marivan.

A Ourmia, le rassemblement s’est tenu malgré la présence des forces de sécurité, qui sont souvent dépêchées sur les lieux de manifestations pacifiques car le régime craint que les manifestations ne se propagent, comme en décembre 2017. Selon un témoin oculaire, le nombre de troupes envoyées pour disperser la foule de manifestants était beaucoup plus important que le nombre de participants. Pourtant, plusieurs enseignants ont été arrêtés.

Les enseignants iraniens ont déjà organisé des manifestations, des grèves et des sit-in à l’échelle nationale en mai, octobre et novembre.

En novembre, ils ont exigé des salaires décents, le respect, l’assurance maladie, une éducation gratuite pour les enfants iraniens et la libération des enseignants emprisonnés arrêtés en octobre.

En octobre, la grève a eu lieu dans plus de 60 villes de 26 provinces. Ils ont protesté contre l’inflation, les prix élevés, la baisse du pouvoir d’achat des enseignants, la privatisation de l’éducation et le paiement des frais de scolarité par les étudiants, ainsi que contre la fraude et les détournements du Fonds de réserve des enseignants.

Cependant, ils ont également organisé au moins 280 petites manifestations au cours de l’année écoulée, soit trois fois plus que les 88 manifestations tenues entre le 21 mars 2017 et le 20 mars 2018. Et l’année n’est pas encore terminée.

Les salaires des enseignants en Iran sont inférieurs des deux tiers par rapport au seuil de pauvreté, mais la plupart d’entre eux ont des contrats temporaires et ne reçoivent donc qu’environ un quart du montant minimum nécessaire pour survivre. Environ 80 % des Iraniens vivent en dessous du seuil de pauvreté.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe