mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe Pentagone accuse l'Iran d'utiliser le Hezbollah pour soutenir des militants chiites...

Le Pentagone accuse l’Iran d’utiliser le Hezbollah pour soutenir des militants chiites en Irak

The Associated Press – L’Iran utilise le Hezbollah libanais comme "intermédiaire" pour armer les militants chiites en Irak et a aidé à la préparation d’une attaque à Kerbala ayant coûté la vie à cinq soldats américains, a accusé lundi l’armée américaine.

Ali Moussa Dakdouk, un agent du Hezbollah capturé le 20 mars dans le sud de l’Irak, a déclaré que les auteurs de cette attaque à Kerbala "n’auraient pas pu mener cette opération complexe sans le soutien et la direction" de la force Qods, des troupes d’élite iraniennes, selon le général américain Kevin Bergner.

Dakdouk a servi pendant 24 ans le Hezbollah et "travaillait en Irak comme représentant de la force Qods", a indiqué ce porte-parole de l’armée américaine. Dakdouk aurait fait office d’agent de liaison entre les Iraniens et un groupe chiite dissident dirigé par Qais al-Khazaali, ancien porte-parole de l’imam radical Moqtada al-Sadr.

Selon le général Bergner, l’attaque de Kerbala, qui a visé en janvier un bâtiment de l’administration provinciale, a été perpétrée par le groupe d’Al-Khazaali, et les Iraniens ont aidé à sa préparation. Al-Khazaali et son frère Ali al-Khazaali ont été capturés avec Dakdouk.

Des documents saisis montrent que la force Qods avait obtenu des informations détaillées sur les positions des soldats américains sur le site et leurs activités, et "ces renseignements ont été fournis aux assaillants", selon Bergner.

L’attaque de Kerbala est l’une des plus audacieuses et élaborées lancées contre les forces américaines depuis l’invasion de l’Irak en 2003: une dizaine d’hommes armés se faisant passer pour militaires américains ont réussi à franchir les points de contrôle pour entrer dans le bâtiment visé. Un soldat américain a été tué dans l’assaut initial et quatre GI enlevés ont été par la suite retrouvés morts, tués par balles.

La force Qods, liée aux Gardiens de la Révolution en Iran, avait déjà été accusée par l’armée américaine d’armer et de financer les extrémistes irakiens pour lancer des attaques contre les soldats américains et irakiens. Des accusations réfutées par Téhéran.

Selon Bergner, des extrémistes irakiens ont été conduits en Iran par groupes de 20 à 60 hommes pour s’entraîner dans des camps "pas très loin de Téhéran". Ils seraient ensuite retournés en Irak pour former des "groupes spéciaux" afin de commettre attaques, attentats et enlèvements. "Nos renseignements révèlent que les dirigeants de l’Iran sont au courant de cette activité", assure le général américain.

Dakdouk avait pour mission "d’organiser les groupes spéciaux d’une manière semblable à celle du Hezbollah au Liban", précise Bergner. La milice chiite libanaise aide les Iraniens comme "intermédiaire (…) pour faire des choses que ces derniers ne voulaient pas avoir à faire eux-mêmes" mais elle ne semble pas disposer d’un réseau étendu en Irak, ajoute-t-il.