jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe message d’un éminent prisonnier politique à l’occasion de la Journée Internationale...

Le message d’un éminent prisonnier politique à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

Le message d’un éminent prisonnier politique à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme

CNRI – L’éminent prisonnier politique, Abolghasem Fouladvand, dans un message à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme a déclaré : « nous commémorons la Journée Internationale de la Femme alors que le régime des mollahs a toujours adopté une attitude misogyne à l’encontre des femmes pendant tous les 38 ans. Ils ont en fait méprisé les droits des femmes à travers l’oppression et la violence dans mon pays. »

Ce qui suit est une partie de sa lettre

« Khomeini a commis le crime à la base en forçant le port du voile ou en inventant la devise de « porter un foulard ou être un opprimé. » Dès que le régime des mollahs a commencé à régner, les femmes ont été privées de la possibilité d’occuper des postes judiciaires, de travailler dans les ministères ou de se présenter à l’élection présidentielle. Le régime a explicitement annoncé que les femmes ont une faible priorité et qu’elles n’ont pas de droits de l’homme.

Quelques années plus tard, Rafsanjani, Khamenei, Raeessi, Nayeri, Pourmohammadi, Khatami, Karoubi et consorts occupaient de grands postes au sein du régime. « Cependant, de nombreuses femmes, filles et mères ont été violées et la plupart d’entre elles ont été abattues par les agents et sur l’ordre de Khomeini. Ils ont même abattu les femmes enceintes.

Ces genres de crimes ont été commis depuis que Khamenei a pris le pouvoir après la mort de Khomeini. Dès qu’une fille courageuse comme Reyhaneh s’est vengée face à l’agent du renseignement du régime en état de légitime défense, Khamenei et ses mercenaires l’ont condamnée à la peine de mort.

Les mollahs criminels mettent la pression sur les femmes et les filles en créant des maisons de chasteté et en appliquant des lois misogynes. Ils vendent les jeunes filles de 8-12 ans au nom du mariage. Selon les statistiques, il y a actuellement plus de 5000 femmes sans-abri à Téhéran.

Si les femmes et les filles iraniennes protestent contre les crimes du régime des mollahs, elles seront massacrées par les agents de renseignement ou condamnées à une peine d’emprisonnement ; et celles qui se joignent au mouvement de résistance organisé seront tuées par les mercenaires du régime, comme ce qui est arrivé à Saba, Asieh, Pouran, Zahra et Zohreh.

En bref, afin de relancer la parité entre les hommes et les femmes et pour la concrétisation du mouvement de litige, le régime des mollahs doit être jugé par les tribunaux internationaux compétents pour avoir infligé des discriminations sexuelles aux femmes et violé des filles et des mères dans les prisons.

Comme l’affirme la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Rajavi, le jour arrive où ce régime sera démoli de façon inattendue par les courageuses femmes iraniennes ; celles –là qui ont effectué des changements considérables. Les fondatrices de milliers d’Ashrafs.

 

Lire aussi: 

Maryam Radjavi : le leadership des femmes et une génération d’hommes pour l’égalité et l’émancipation- a l’occasion de la journée internationale des femmes 2017 – vidéo

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe