lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe durcissement des sanctions contre l'Iran au programme de la réunion de...

Le durcissement des sanctions contre l’Iran au programme de la réunion de Londres

The Associated Press  – Les représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne devraient envisager lundi à Londres des restrictions sur le commerce et les armes contre l’Iran. Un durcissement des sanctions contre Téhéran, la communauté internationale cherchant à renforcer la pression alors que le régime des mollahs continue à la défier en poursuivant son programme nucléaire.

Jeudi, l’Agence internationale à l’Energie atomique (AIEA) a confirmé que non seulement Téhéran n’avait pas respecté l’ultimatum fixé au 21 février par le Conseil de sécurité pour geler son programme d’enrichissement de l’uranium, mais avait au contraire étendu ces programmes.

Selon un haut responsable britannique s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, les diplomates réunis à Londres devraient notamment envisager de s’en prendre aux lucratifs crédits à l’exportation que l’Iran reçoit de l’Europe pour soutenir son commerce, évaluées à 15 milliards d’euros. Egalement au programme, des restrictions sur les exportations d’armement destinées à l’Iran.

Cette pression renforcée n’est pas pour le plaisir, a-t-il ajouté. Elle a pour "objectif que l’Iran se penche sur nos inquiétudes et le fasse via des négociations". Selon lui, les sanctions économiques limitées infligées à Téhéran en décembre auraient commencé à porter leurs fruits: "elles ont un impact à Téhéran, elles y suscitent un débat".

La résolution du 23 décembre ordonnait l’arrêt des livraisons à l’Iran de tous matériels et technologies susceptibles de contribuer à ses programmes nucléaires et de missiles, ainsi que le gel des avoirs de dix sociétés iraniennes et de 12 individus liés à ces programmes.

De nouvelles mesures pourraient également concerner des interdictions de circulation pour des individus et une extension à d’autres sociétés ou personnes du gel des avoirs.

Moscou et Pékin, qui ont des liens commerciaux importants avec Téhéran, avaient contraint les autres membres permanents à adoucir les sanctions de décembre, empêchant notamment des mesures de restrictions de circulation. Ils devraient en faire de même à Londres, même si tous les pays impliqués sont favorables à un durcissement global des sanctions, toujours selon ce diplomate britannique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe