samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLe dénonciateur de Moudjahidine serait un authentique terroriste

Le dénonciateur de Moudjahidine serait un authentique terroriste

Par Jean-François DUPAQUIER

L’Echo régional – Le 5 avril 2005, Mohammad Sobhani manifestait devant la mairie d’Auvers pour protester contre l’asile donné par la France aux Moudjahidine du Peuple. Il a été interpellé après une attaque au couteau !

Mohammad Hossein Sobhani est-il un pacifique démocrate qui a "pété les plombs" en participant à une attaque au couteau contre des réfugiés iraniens en France ou un agent de la sinistre Vevak, l’agence de renseignements du régime des mollahs qui impose à l’Iran une impitoyable "loi islamique"? Ce témoin privilégie du juge Bruguière est en tout cas mis en examen pour avoir, avec deux de ses petits camarades, attaqué des opposants iraniens au couteau en plein Paris.

Attaque au couteau

Mohammad Hossein Sobhani fait partie d’un groupe de trois hommes arrêtés par des policiers à la suite d’une rixe entre iraniens à Paris dont les victimes sont des membres des Moudjahidine du peuple.

Rajout 1

Cette agression  a été dénoncée jeudi par l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), mouvement d’opposition à la République islamique, lors d’une conférence de presse qui portait sur l’enquête judiciaire concernant des activités terroristes présumées de l’OMPI, en cours depuis un vaste coup de filet en France et notamment à Auvers-sur-Oise le 17 juin 2003.

"Protection des émigrants"

Selon l’OMPI, certains de leurs sympathisants se sont rendus dimanche à une réunion dans le XIV arrondissement de Paris visant à la création d’une "association pour la protection des émigrants d’Iran".

"C’était à l’évidence une nouvelle provocation de personnages téléguidés par les services secrets iraniens, explique un membre de l’OMPI. Le régime des mollahs s’est encore radicalisé ces derniers mois. En Iran même, des groupes de "Gardiens de la Révolution" le visage masqué attaquent maintenant des habitants dans leurs maisons, frappent aussi les femmes dont la tenue ne leur plaît pas, enlèvent des gens".

Condamnations à mort

En mai dernier, quelque 45 personnes auraient été exécutées en Iran, pour nombre d’entre eux des opposants politiques ou réputés tels. Les membres des Moudjahidine du peuple d’Auvers-sur-Oise signalent aussi nombre des manifestations officiellement publiques mais en réalité réservées à quelques initiés, baptisées "conférences de presse" qui ont lieu notamment à Paris. Ces soi-disant réunions de presse n’ont d’autre but que d’alimenter des sites Internet à la gloire du régime des mollahs, et décriant l’action de l’OMPI.

La réunion organisée le 17 juin dernier n’a pas bénéficié du même secret. Au contraire, les militants pro iraniens, qui avaient choisi cette date anniversaire de la rafle d’Auvers-sur-oise, voulaient lui donner une large publicité.

Comme on pouvait s’y attendre, des Moudjahidine du peuple sont venus devant la salle de réunion et ont protesté, estimant que les services de renseignements iraniens orchestraient cette initiative. Des hommes les ont alors agressés avec des bombes lacrymogènes. Un iranien a été blessé sérieusement avec un couteau.

Coup de couteau

Un responsable du centre où se tenait la réunion avait prétendu dimanche que ce sont des opposants à la tenue d’un séminaire de l’association Arya (aide et défense aux familles des réfugiés politiques – iraniens – en France), qui ont fait irruption dans le local et ont déclenché une bagarre.

Trois hommes, "des agents du régime iranien" selon l’OMPI, ont été interpellés dont l’auteur du coup de couteau. La victime, un Iranien réfugié au Danemark, était présente à la conférence de presse jeudi.

"Des agents du régime iranien"

L’agresseur à l’arme blanche a été placé en détention provisoire dans l’attente d’un débat différé devant le juge des libertés et de la détention, selon la même source judiciaire. Les deux autres ont été libérés.

Placé en détention

Ils ont été mis en examen pour "blessures volontaires avec armes en réunion" par la juge Michèle Ganascia. Sept membres de l’OMPI se sont constitué  partie civile, a annoncé leur avocat Me William Bourdon.

Selon l’OMPI, l’un des trois hommes mis en examen est Mohammad Hossein Sobhani, réputé agent des services de renseignements iraniens et l’un des témoins à charge entendus par la DST dans le cadre de l’enquête judiciaire sur l’OMPI. Il s’était fait remarquer à Auvers-sur-Oise le 5 avril 2005 par sa véhémence dans une manifestation dirigée contre la municipalité d’Auvers-sur-Oise et l’OMPI, comme le photographe de l’Echo avait déjà pu le remarquer à cette époque (photo ci-dessus). Le fait que cet individu soit le principal accusateur des Moudjahidine du Peuple dans le dossier du juge Bruguière ne manque pas de susciter des questions sur la solidité de ce dossier.

Questions sur un dossier

Pour Me Bourdon, cette agression "va démontrer l’instrumentalisation du dossier d’instruction par les services secrets iraniens".

Dix-sept personnes, dont Maryam Radjavi, la dirigeante de l’organisation d’opposition, ont été mises en examen en 2003.

Lors de la conférence de presse organisée par la Ligue des droits de l’Homme quatre ans après le coup de filet de 2003, les intervenants, dont l’avocat Henri Leclerc, ont dénoncé un dossier "vide" et "entièrement politique".

Le dossier de la rafle est-il vide?

Selon Me william Bourdon, l’élargissement en mars de l’enquête des juges Jean-Louis Bruguière et Marie-Antoinette Houyvet aux conditions de financement de l’OMPI a pour but de "retarder une ordonnance de non-lieu pour les infractions terroristes".

Samedi 30 juin, un grand rassemblement "pour  une nouvelle politique" est prévu au Parc d’expositions de Villepinte à l’initiative des Moudjahidine.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe