mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLa Turquie s'inquiète de plus en plus du programme nucléaire du régime...

La Turquie s’inquiète de plus en plus du programme nucléaire du régime iranien

 « Bien que l'Iran prétende que son programme vise à développer des centrales d’énergie nucléaire, cet argument ne semble avoir convaincu aucun des pays concernés, y compris la Turquie. »

CNRI – « L'Iran est confronté à de graves troubles sociaux et à la misère qui vont un jour exploser. Mais s’il possède l’arme atomique avant que de graves troubles sociaux n’éclatent, cette situation sera incomparablement plus grave », a dit un diplomate turc, qui a requis l'anonymat, au quotidien turc de langue anglaise Today’s Zaman le 11 avril.

« Même si l'Iran ne doit pas utiliser sa capacité nucléaire, s’il l’obtient, il deviendra une menace pour toute la région », a déclaré la source diplomatique turque à Today's Zaman. « Le président Abdullah Gül a précisé les préoccupations de la Turquie concernant l'Iran alors qu’il se rendait à Téhéran début mars, disant que la Turquie s'opposait à la volonté de son voisin d’acquérir des armes nucléaires. La Turquie a toujours été opposée à ce que l'Iran puisse se doter d'armes nucléaires, mais a préféré ne pas le rendre public », ajoute l’article.

« Bien que l'Iran prétende que son programme vise à développer des centrales d’énergie nucléaire, cet argument ne semble avoir convaincu aucun des pays concernés, y compris la Turquie. »

« La Turquie a déjà lancé des plans pour construire ses propres centrales nucléaires à des fins pacifiques pour répondre à ses besoins croissants en énergie dans ce pays manquant de ressources énergétiques. Mais si l’on n’arrête pas l'Iran et qu’il se dote d’armes nucléaires, il est à craindre que la Turquie et d'autres pays de la région pourraient être contraints de développer des armes nucléaires. »

Le quotidien turc écrit qu’ « en raison de l'existence de plus d'un centre de pouvoir dirigeant les affaires de l'État en Iran, la Turquie n’a pas reçu de remontées rassurantes de Téhéran sur ses efforts diplomatiques avec ce pays ».

« Les Iraniens nous écoutent, mais nous ne recevons pas de réactions en retour », a souligné la source diplomatique turque.

« On spécule que si l'Iran n'accepte pas un précédent paquet (qui sera bientôt modifié) offert par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies ainsi que l'Allemagne, appelle le P5 +1, Téhéran, pourrait faire face à un embargo de pétrole ou de gaz», ajoute l’article.