mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLa résistance iranienne est la clé du changement en Iran – Maryam...

La résistance iranienne est la clé du changement en Iran – Maryam Radjavi

CNRI – « Ce mouvement joue un rôle capital dans les changements à venir en Iran. Il détient la clé du problème de l’Iran et constitue la réponse à l’exigence fondamentale de la société iranienne pour un changement.
Il s’agit d’un mouvement fondé sur le pluralisme, la séparation de la religion et de l’État, l’égalité des sexes et pour un Iran non nucléaire », a déclaré Maryam Radjavi dans un message diffusé à La Haye le 30 octobre. Il s’agissait d’une réunion dans la ville qui abrite la Cour pénale internationale pour appeler à la reconnaissance du camp Liberty comme un camp de réfugiés et à la condamnation des crimes de Khamenei, guide suprême des mollahs, et de Maliki, premier ministre irakien, contre les Moudjahidine du peuple d’Iran (Ompi) dans les camps d’Achraf et de Liberty.
Voici le message de la présidente élue de la Résistance iranienne :

Permettez-moi d’exprimer ma gratitude aux membres distingués du panel pour leur attention quant à la question iranienne ainsi que pour leur soutien à la Résistance iranienne pour la liberté et la démocratie.
Ces trois dernières décennies, l’on peut difficilement trouver une période où la situation aura été aussi critique en Iran :
– Effondrement de l’économie avec 50% d’inflation
– 30% de chômage et chute de 75% de la valeur de la devise iranienne
– Conflits internes dans les cercles dirigeants
– La pression qui émane du mécontentement social
– Ainsi que le probable renversement du régime syrien, le plus sérieux allié stratégique du régime iranien

Tout indique que l’Iran est prêt pour le changement.

Dans ces circonstances, le retrait de la liste terroriste américaine de la plus grande opposition organisée iranienne va dans la bonne direction d’une solution authentique : Une solution iranienne, fondée sur le formidable potentiel de la société iranienne pour un changement : le renversement de la dictature religieuse par le peuple iranien et sa résistance.

Cela a d’une part incité la société iranienne et particulièrement la jeunesse à voir la faiblesse des mollahs tout comme les progrès de la résistance, et d’autre part a renforcé la crainte des mollahs quant à leur avenir.

L’annulation de cette étiquette reflète non seulement la légitimité du mouvement de Résistance ; mais elle signale aussi la fausseté des accusations contre le mouvement de Résistance et démontre les capacités de ce mouvement :
– Aptitude à gagner une grande bataille juridique et politique complexe
– Aptitude à écraser l’énorme campagne de désinformation lancée par les mollahs et leurs alliés qui prônent la politique de la complaisance
– Aptitude à former un front politique international pour la défense de la liberté et de la démocratie en Iran
De toute évidence, cette victoire est le fruit de la persévérance et des sacrifices dont ont fait preuve les membres de la Résistance, du soutien sans compter du peuple iranien et de la solidarité de personnalités honorables et respectables comme vous à travers le monde.

Ce mouvement joue un rôle capital dans les changements à venir en Iran. Il détient la clé du problème de l’Iran et constitue la réponse à l’exigence fondamentale de la société iranienne pour un changement.
Il s’agit d’un mouvement fondé sur le pluralisme, la séparation de la religion et de l’État, l’égalité des sexes et pour un Iran non nucléaire.

Par conséquent, ceux qui tirent profit du maintien du régime actuel en Iran ne cachent pas leurs craintes après le retrait de l’OMPI de la liste terroriste. Ils attaquent de façon agressive ce mouvement. Suite au retrait de l’OMPI de la liste terroriste, la campagne de diabolisation contre la Résistance a connu un vif regain. Ils tentent de déformer l’image de la Résistance par des étiquettes ridicules comme celle de « secte » ou prétendent qu’elle n’a pas de base sociale en Iran.

Le rapport annuel de 2011 de la Sécurité et du Renseignement intérieur des Pays-Bas a une fois encore statué que :
« En 2011, l’AIVD a constaté que le ministère du Renseignement et de la Sécurité iranien s’active constamment dans le lobbying contre l’Ompi, mouvement d’opposition iranien aux Pays-Bas. L’organisme de renseignement iranien assure la gestion et le financement des initiatives qui visent à diaboliser l’OMPI aussi bien dans les médias que parmi les politiciens. »

Quelle est la vérité ? La question ne porte pas sur la qualification de secte ni l’ampleur du soutien populaire de la Résistance. La vérité est qu’aujourd’hui ou dans l’avenir, aucune solution ne portera ses fruits sans le rôle clef de la Résistance iranienne.

Les tenants de la complaisance attaquent l’alternative démocratique au régime pour aider ce dernier à rester au pouvoir. Les sanctions internationales sont essentielles mais insuffisantes. Le facteur clé pour un changement est la Résistance iranienne. Par conséquent, seule une politique qui allie les sanctions au soutien à l’opposition iranienne nuira vraiment au régime.

Ce qui bloque la situation en Syrie, c’est l’ingérence considérable du régime des mollahs. Et ce qui peut arrêter les mollahs, c’est également la Résistance iranienne qui recherche le changement démocratique en Iran …

Pendant de nombreuses années, l’Occident a ignoré le mouvement capable d’organiser l’énorme potentiel de la société iranienne pour un changement. Suite au retrait de l’OMPI de la liste américaine, tous les obstacles restants devraient également être levés pour ouvrir la voie à la Résistance iranienne.

Chers amis,

J’aimerais également saisir l’occasion pour souligner la nécessité d’une intervention énergique des États-Unis et de l’Union Européenne sur la situation des membres de l’opposition à Achraf et à Liberty. A l’heure actuelle, ils sont privés des normes des droits de l’homme et humanitaires, et c’est le résultat de la complaisance des puissances occidentales avec le fascisme religieux au pouvoir en Iran et son gouvernement fantoche en Irak.

Par leur silence et leur inaction, ils permettent dans la pratique la poursuite de la répression et des crimes des mollahs contre les membres de l’opposition.

De fait, les résidents de Liberty sont actuellement privés du minimum de leurs droits juridiques, alors qu’ils sont des personnes protégées en vertu de la Quatrième Convention de Genève et qu’ils ont été reconnus comme des demandeurs d’asile et des « personnes relevant de la compétence » du HCR.

Malheureusement, les Nations Unies n’ont pas rempli leurs obligations juridiques envers les résidents non plus.
Le plus regrettable est que dans la pratique, le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU se tient également du côté du gouvernement irakien.

J’appelle les États-Unis ainsi que les États membres de l’UE comme le gouvernement néerlandais à contraindre le gouvernement irakien à cesser d’enfreindre les droits juridiques et humains des résidents de Liberty et d’Achraf, et à exhorter l’ONU à proclamer le camp Liberty comme un camp de réfugiés afin de faciliter la réinstallation des résidents.
Une fois encore, je vous remercie tous.