mardi, décembre 6, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueMaryam Radjavi salue la mémoire de Mario Stasi, la voix de la...

Maryam Radjavi salue la mémoire de Mario Stasi, la voix de la conscience et de la justice en France

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a rendu hommage à Mario Stasi, ancien bâtonnier du barreau de Paris qui vient de quitter ce monde, saluant en lui la voix de la conscience et de la justice en France. Cette haute figure du barreau, a-t-elle ajouté, a mené pendant plus d’un demi-siècle un combat brillant pour la défense des droits humains, qui a connu son apogée ces dix dernières années avec la défense de la Résistance iranienne. Le soutien de Mario Stasi à la résistance iranienne et Achraf, et sa défense de cette cause durant une décennie dépassait un simple dossier de défense juridique, car c’était une solidarité profonde avec la résistance pour la liberté du peuple iranien contre la politique honteuse de complaisance avec le fascisme religieux.

Nous n’oublierons pas que Mario Stasi avait résumé le dossier ouvert le 17 juin 2003 contre la Résistance iranienne en ces quelques mots : « c’est un dossier qui sent le pétrole ». Avec les autres avocats de la défense, il l’avait mené à un non-lieu pour l’accusation de terrorisme. Il s’est tenu aux côtés de la résistance durant toute la campagne visant à la faire sortir de la liste du terrorisme, une campagne qui après avoir engrangé des victoires en Grande-Bretagne et à l’Union européenne, s’est enfin terminée par la sortie de la liste noire américaine.

Il avait dit : Où que nous soyons nous devons prendre la défense des Achrafiens parce qu’ils souffrent pour le peuple iranien et nous espérons que l’Iran prendra sa place au sein des pays démocratiques.

Son discours bouleversant au lendemain du massacre de dizaines d’Achrafiens le 8 avril 2011 constitue un legs. Il s’était indigné face au silence qui entourait ces crimes, en citant Charles Péguy : « complice c’est pire qu’auteur, car c’est la lâcheté en plus », ajoutant que « depuis le début que je suis à vos côtés, je me permets de dire que j’ai Achraf dans mon cœur », et « la première leçon qu’il faut tirer de ce drame, c’est de combattre plus fort ». Il avait conclu par ces mots : « Nous sommes tous des Achrafiens ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 5 novembre 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe